Rechercher

COVID: La 4e dose devrait bientôt être administrée à des Israéliens immunodéprimés

Les rappels ne seront pas administrés à tous ceux dont le système immunitaire est affaibli. Ils suivront les données sur les personnes qui conservent ou non la protection du rappel

Un Israélien reçoit une dose du vaccin COVID à Katzrin, sur le plateau du Golan, le 12 décembre 2021. (Crédit : Michael Giladi/Flash90)
Un Israélien reçoit une dose du vaccin COVID à Katzrin, sur le plateau du Golan, le 12 décembre 2021. (Crédit : Michael Giladi/Flash90)

Certains Israéliens, dont le système immunitaire est affaibli, se verront probablement proposer une quatrième dose de vaccin contre la Covid, dans les semaines à venir, a déclaré une membre du groupe consultatif gouvernemental sur les pandémies.

La professeure Galia Rahav, cheffe de l’unité des maladies infectieuses de l’hôpital Sheba, a déclaré mardi au Times of Israel, que si les quatrièmes injections pour la population générale ont été exclues pour le moment, ses recherches en cours soulignent leur importance pour certaines.

« Dans environ deux semaines, je donnerai mes recommandations et nous conseillerons probablement d’administrer les quatrièmes vaccins à certaines personnes immunodéprimées », a déclaré Mme Rahav, qui mène certaines des recherches clés qui ont conduit au déploiement des rappels en Israël.

La recherche examine les niveaux d’anticorps chez plus de 300 personnes considérées comme immunodéprimées pour différentes raisons.

Professeure Galia Rahav à Tel Aviv, le 22 juin 2020. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Contrairement aux troisièmes injections, qui ont été prescrites à tous les Israéliens immunodéprimés dès qu’elles ont été déployées, les quatrièmes injections seront probablement administrées avec parcimonie.

Selon Mme Rahav, l’approche devrait être très différenciée et se concentrer sur les personnes souffrant de pathologies spécifiques qui les rendent particulièrement vulnérables.

« Dans nos recherches, nous constatons des situations très différentes chez les immunodéprimés », a-t-elle déclaré. « Les personnes séropositives réagissent au vaccin et les personnes atteintes d’un myélome multiple également, même si elles ont normalement des problèmes d’anticorps et ne réagissent généralement pas bien aux vaccins.

« Il existe également des différences entre les personnes qui ont reçu des greffes. Les patients qui ont reçu une greffe de moelle osseuse réagissent toujours bien à la troisième injection, mais pas ceux qui ont reçu une greffe de cœur ou de rein. Il en va de même pour les patients atteints de leucémie. »

Un agent de santé prélève un échantillon test sur des Israéliens dans un complexe de drive-in pour vérifier s’ils ont été infectés par le coronavirus, le 10 décembre 2021. (Olivier Fitoussi/Flash90)

« L’immunodépression est très différente selon les patients, donc la réponse au vaccin est très variée. Certaines personnes immunodéprimées répondent au vaccin comme des personnes saines et d’autres non, » commente Rahav.

Galia Rahav a déclaré que la « nouvelle excitante » de son étude en cours est qu’en général, le vaccin est « très immunogène », ce qui signifie qu’il provoque une bonne réponse immunitaire même chez ceux qui ont souvent du mal à en susciter une.

Elle a toutefois reconnu que certaines personnes ne réagissent pas au vaccin et a déclaré que pour ces personnes, si elles ont reçu trois injections et ne développent toujours pas d’immunité, il est peu probable qu’une quatrième injection les aide, et il n’y a donc pas vraiment de raison de leur en administrer une.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...