Rechercher

Critiqué pour la rénovation de sa maison, Bennett déclare qu’il paiera sa nourriture

Le Premier ministre assure avoir agi conformément au protocole mais dit tenir compte de l'opinion publique ; le Likud raille cette décision et attire l’attention sur les rénovations

Le Premier ministre Naftali Bennett assiste à la fête traditionnelle marocaine de la Mimouna, au moshav Shilat, le 23 avril 2022. (Crédit: Flash90)
Le Premier ministre Naftali Bennett assiste à la fête traditionnelle marocaine de la Mimouna, au moshav Shilat, le 23 avril 2022. (Crédit: Flash90)

Le Premier ministre Naftali Bennett a déclaré mercredi qu’il allait payer de sa propre poche pour couvrir les frais de nourriture de sa famille, plutôt que de continuer à utiliser une allocation de l’État.

« J’ai toujours pensé que d’être à l’écoute de la critique n’avait rien d’humiliant. Qu’au contraire, c’est un privilège », a déclaré M. Bennett dans un communiqué.

Tout en notant avoir toujours agi conformément au protocole et ne pas être devenu Premier ministre « pour l’argent ou l’honneur », Bennett a déclaré : « Je suis conscient du ressentiment que cela a suscité parmi la population. »

Il a indiqué avoir informé le personnel de son cabinet qu’il couvrirait dorénavant personnellement toutes les dépenses de nourriture pour sa famille.

Cette décision fait suite à un récent reportage télévisé sur les dépenses dans la résidence privée de M. Bennett à Raanana, auquel le Premier ministre avait répondu en affirmant que ses dépenses étaient bien inférieures à celles de son prédécesseur, le leader de l’opposition MK Benjamin Netanyahu. Selon le reportage, Bennett aurait préféré commander des plats à emporter, plutôt que d’employer un cuisinier sur place.

Le parti du Likud de Netanyahu a raillé l’annonce de Bennett selon laquelle il paierait pour ses frais de bouche et a déclaré que le Premier ministre « jetait du sable aux yeux du peuple » en raison du coût élevé des rénovations en cours dans sa maison privée, où il a choisi de vivre, plutôt que de vivre dans la résidence officielle à Jérusalem.

« Il doit rembourser aux citoyens israéliens les 50 millions de shekels qu’il a illégalement gaspillés à leurs frais pour la rénovation de sa maison privée à Raanana », a déclaré le parti dans un communiqué.

Dans une décision très controversée, Bennett a continué à vivre exclusivement dans sa maison privée de Raanana, plutôt que de déménager dans la résidence du Premier ministre dans le quartier de Rehavia à Jérusalem. Bennett a d’abord défendu ce choix comme étant pour le bien de ses enfants, qui ont pu continuer à fréquenter leurs écoles à Raanana et maintenir une routine plus normale, plutôt que de les déraciner dans une nouvelle ville. Il a continué à justifier sa décision comme étant nécessaire pour permettre au service de sécurité du Shin Bet d’effectuer des rénovations dans sa résidence de Jérusalem.

La transformation de la maison privée de Bennett en résidence officielle temporaire aurait coûté quelque 50 millions de shekels et impliqué d’importants travaux de sécurité qui ont affecté de ses voisins.

La question de la restauration à la résidence du Premier ministre a attiré l’attention du public ces dernières années en raison d’une affaire impliquant des allégations de services de restauration achetés illégalement lorsque Netanyahu était au pouvoir, affaire dans laquelle sa femme, Sara Netanyahu, a été condamnée au terme d’un accord de plaidoyer en 2019.

Grâce à cet accord, Netanyahu avait échappé à une condamnation pour fraude aggravée, en admettant un chef d’accusation moins grave.

La sécurité autour de Bennett a été renforcée mardi après qu’une lettre adressée au Premier ministre et à sa famille comprenait des menaces de mort et une balle.

Le député Amichai Chikli lors d’une réunion de la commission de la Chambre de la Knesset concernant la demande du parti Yamina de le déclarer  » transfuge « , le 25 avril 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le député Amichai Chikli, qui a été exclu lundi du parti Yamina de Bennett en raison de son opposition constante au gouvernement, a déclaré mercredi à la radio 103FM que le tapage fait autour de la lettre était un symptôme du parti pris contre l’ancien Premier ministre Netanyahu.

« J’ai suivi les déclarations des leaders d’opinion lorsque des choses similaires se sont produites contre Netanyahu et d’autres premiers ministres, et il est très difficile de faire abstraction de nos préjugés », a-t-il déclaré à la station. « De manière générale, ce phénomène est méprisable, erroné et dangereux ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...