Dan Shapiro sera-t-il l’ancien-nouveau ambassadeur des États-Unis en Israël ?
Rechercher

Dan Shapiro sera-t-il l’ancien-nouveau ambassadeur des États-Unis en Israël ?

L'ex-envoyé est pressenti comme candidat possible, avec le gourou de l'énergie Amos Hochstein et l'ex-député Robert Wexler, alors que David Friedman se prépare à la vie d'après

Tammy Friedman, (à gauche), l'ambassadeur David Friedman (deuxième à gauche) et l'ancien ambassadeur Dan Shapiro (à droite) à la résidence de l'ambassadeur à Herzliya en 2017. (Ambassade des États-Unis)
Tammy Friedman, (à gauche), l'ambassadeur David Friedman (deuxième à gauche) et l'ancien ambassadeur Dan Shapiro (à droite) à la résidence de l'ambassadeur à Herzliya en 2017. (Ambassade des États-Unis)

Le prochain ambassadeur américain en Israël pourrait être un visage familier : l’ancien envoyé Daniel Shapiro, qui est en haut de la liste des possibles remplaçants de David Friedman, qui quitte son poste avec la fin de l’administration Trump.

Le nom de M. Shapiro est apparu avec d’autres candidats potentiels lors de conversations avec d’anciens fonctionnaires et d’autres personnes connaissant le point de vue de l’administration entrante sur le processus.

M. Shapiro a été ambassadeur en Israël de juillet 2011 jusqu’au début de l’administration Trump, il y a exactement quatre ans. Parlant hébreu, il est resté en Israël après la fin de son mandat pour que ses filles puissent terminer leurs études. Il travaille maintenant pour le groupe de réflexion de l’Institute for National Security Studies à Tel Aviv, où il est un éminent invité. Il vit à Raanana, une ville de la classe moyenne supérieure au nord de Tel Aviv, populaire auprès des anglophones.

Il a refusé de commenter ses projets futurs ou de dire s’il sera le choix de Biden.

L’ancien ambassadeur des États-Unis en Israël, Dan Shapiro, participe à la conférence Meir Dagan pour la stratégie et la défense, au collège de Netanya, le 21 mars 2018. (Meir Vaaknin/Flash90)

Un autre nom est mentionné : Amos Hochstein, un ancien diplomate qui a dirigé le Bureau des ressources énergétiques du Département d’État américain de 2015 à 2017, dirigeant les efforts diplomatiques de l’administration Obama liés aux questions énergétiques.

Hochstein, qui est né et a grandi en Israël avec des parents américains, a été auparavant envoyé spécial pour l’énergie internationale pour l’administration Obama, où il a aidé l’Ukraine et d’autres alliés européens à trouver des sources d’approvisionnement en gaz naturel non russe. Il a également joué un rôle essentiel dans l’obtention d’un accord permettant à Israël de fournir du gaz naturel à la Jordanie en 2014.

La découverte d’importantes réserves de gaz en Méditerranée orientale au cours de la dernière décennie a joué un rôle de plus en plus important dans la diplomatie régionale.

Alors qu’il était au Département d’État, Hochstein a mené un effort infructueux pour négocier la discussion entre Israël et le Liban sur leur frontière maritime et leurs droits sur les champs gaziers méditerranéens. Les pourparlers n’ont commencé que l’année dernière, sous l’égide du secrétaire d’État adjoint aux affaires du Proche-Orient, David Schenker.

Le vice-président américain de l’époque, Joe Biden, (à gauche), s’entretient avec Amos Hochstein, alors envoyé spécial du département d’État pour les affaires énergétiques internationales, lors d’un déjeuner de travail organisé dans le cadre du Sommet sur la sécurité énergétique dans les Caraïbes, au département d’État à Washington, le 26 janvier 2015. (AP Photo/Pablo Martinez Monsivais/Fichier)

Hochstein a quitté l’État en 2017 et conseille les entreprises privées tout en restant un commentateur assidu de la diplomatie énergétique dans les médias.

Bien qu’ils ne fassent pas partie du gouvernement et ne soient pas directement impliqués dans la campagne ou la transition de Biden, Hochstein et Shapiro ont tous deux encouragé le nouveau président et son administration depuis les coulisses.

Une autre possibilité qui a été mentionnée est celle de l’ancien membre du Congrès de Floride, Robert Wexler.

Robert Wexler and Israeli PM Netanyahu. (photo credit: Courtesy of S.Daniel Abraham Center for Middle East Peace)
Robert Wexler (à gauche) et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. (Autorisation du S.Daniel Abraham Center for Middle East Peace)

Wexler, un démocrate, a représenté le 19e district du Congrès de Floride de 1997 à 2010, et depuis lors, il est président du S. Daniel Abraham Center for Middle East Peace.

L’administration a tenu ses cartes serrées sur la poitrine concernant le processus de nomination, et n’a fait aucune annonce d’éventuelles affectations à l’étranger avant la cérémonie inaugurale. Nombre des nominations qu’elle a annoncées sont le fait d’anciens fonctionnaires de l’administration Obama, comme le nouveau secrétaire d’État Anthony Blinken.

L’ambassade américaine à Jérusalem a refusé de commenter. Friedman restera en charge de l’ambassade jusqu’à 19 heures, heure d’Israël, lorsque la transition du pouvoir à Washington aura officiellement lieu.

Friedman, un avocat spécialisé dans l’immobilier et étroitement lié au mouvement des implantations, a passé les derniers jours de son mandat à faire ses adieux et à recevoir les éloges du gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui a maintenu une alliance étroite avec la Maison Blanche pendant les années Trump.

Sur cette photo du 11 janvier 2021, l’ambassadeur des États-Unis en Israël, David Friedman, assiste à sa réunion d’adieu à la Knesset. (Dani Shem Tov/Porte-parole de la Knesset)

« Je dois dire qu’au fil des ans, j’ai rencontré de nombreux ambassadeurs de nombreux pays, y compris des États-Unis, notre grand allié, mais je peux dire qu’il n’y a jamais eu de meilleur ambassadeur que David Friedman pour établir les liens profonds entre Israël et les États-Unis, pour corriger les injustices diplomatiques qui ont été créées au fil des ans dans la diplomatie mondiale concernant Israël et pour fixer le statut de Jérusalem comme capitale d’Israël, et bien d’autres choses dont certaines restent encore à dire », a déclaré Netanyahu lors d’une réunion du cabinet dimanche, en présence de Friedman.

Friedman possède un appartement à Jérusalem qu’il a acquis avant de devenir ambassadeur et a été aperçu récemment dans sa résidence de la rue Pinsker où il se prépare à la vie post-ambassadeur. Il a également ouvert un compte Twitter privé.

Au cours de l’été, le Département d’État a vendu la résidence officielle de l’ambassade à Herzliya à Sheldon et Miriam Adelson, dans le but apparent de contrecarrer toute tentative de rapatrier le vaisseau-mère de l’ambassade à Tel Aviv à l’avenir. Le transfert de propriété aura lieu officiellement en mars. Dans l’intervalle, des questions ont été soulevées quant à la pertinence de la nouvelle résidence officielle à Jérusalem.

Friedman, dont la nomination en 2017 s’est heurtée à des obstacles en raison de précédents commentaires qualifiant de « kapos » le lobby progressiste pro-israélien de J Street, a déclaré au New York Times qu’il prévoit de partager son temps entre Jérusalem, New York et la Floride, et ne demandera pas la citoyenneté israélienne avant au moins quatre ans, dans l’espoir de revenir au gouvernement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...