Décès d’un résistant juif hollandais âgé de 98 ans
Rechercher

Décès d’un résistant juif hollandais âgé de 98 ans

Henk van Gelderen a rejoint les rangs de la résistance après que son usine a été confisquée par les forces d'occupation allemandes pour fabriquer des étoiles jaunes

L'étoile jaune, que les Juifs étaient forcés de porter pendant le règne nazi, où l'on peut lire "Juif", est exposée dans une vitrine du mémorial de Wewelsburg à Bueren-Wewelsburg, en Allemagne, le 22 janvier 2015. (Photo par Caroline Seidel/picture alliance via Getty Images)
L'étoile jaune, que les Juifs étaient forcés de porter pendant le règne nazi, où l'on peut lire "Juif", est exposée dans une vitrine du mémorial de Wewelsburg à Bueren-Wewelsburg, en Allemagne, le 22 janvier 2015. (Photo par Caroline Seidel/picture alliance via Getty Images)

AMSTERDAM (JTA) — Henk van Gelderen, un membre juif hollandais de la résistance dont l’usine a été utilisée pour confectionner des étoiles jaunes antisémites, est décédé à l’âge de 98 ans.

Le journal De Stentor a annoncé mardi la mort de van Gelderen.

L’usine de l’homme, NV Stoomweverij Nijverheid, située dans la ville d’Enschede, dans l’est du pays, a été confisquée par les forces d’occupation allemandes peu après qu’elles ont envahi les Pays-Bas en 1940. Elle a été utilisée pour produire 569 355 étoiles jaunes que les nazis ont forcé les Juifs à porter.

Van Gelderen est entré dans la clandestinité à Amsterdam. Il a pris une fausse identité et a travaillé avec une cellule de la résistance qui était connue pour ses faux documents et ses laissez-passer de grande qualité pour les individus qui étaient recherchés par les nazis.

Son frère aîné, Matthieu, qui était aussi dans la résistance, a été arrêté et assassiné peu avant que les Pays-Bas ne soient libérés par les Alliés.

Van Gelderen avait été nommé maire honorifique d’Enschede en mars.

Dans un entretien, Van Gelderen a expliqué ce qu’il avait ressenti au sujet des employés qui ont fabriqué les étoiles jaunes pour les Allemands avec des machines qu’il avait achetées.

« Que pouvaient-ils faire ? », a-t-il déclaré. « L’usine avait un chef allemand. Ils avaient des ordres. Ils devaient manger. S’ils ne l’avaient pas fait, d’autres l’auraient fait. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...