Israël en guerre - Jour 282

Rechercher

Depuis Israël, Gérard Larcher veut que « l’émotion nourrisse la raison pour la paix »

Le président du Sénat français a notamment visité le kibboutz attaqué de Kfar Aza, a été confronté aux alarmes à la roquette et a rencontré Isaac Herzog

Le président du Sénat français Gérard Larcher lors d'une conférence de presse, à Tel Aviv, le 21 décembre 2023. (Crédit : Alberto PIZZOLI / AFP)
Le président du Sénat français Gérard Larcher lors d'une conférence de presse, à Tel Aviv, le 21 décembre 2023. (Crédit : Alberto PIZZOLI / AFP)

Une délégation sénatoriale de toutes les sensibilités politiques a voyagé en Israël et dans les Territoires palestiniens.

Le président de la chambre haute, Gérard Larcher, et des présidents de groupes parlementaires, ont ainsi notamment rencontré Isaac Herzog, président israélien, Amir Ohana, président de la Knesset, Yair Lapid, chef de l’opposition, Mahmoud Abbas, dirigeant de l’Autorité palestinienne, et des familles d’otages à Gaza.

Dans une interview à i24NEWS à Tel Aviv, Gérard Larcher est notamment revenu sur les sirènes d’alerte aux roquettes en provenance de Gaza auxquelles il a été confronté à Tel Aviv. « Ce que nous avons vécu, c’est ce que vivent les Israéliens jour après jour. Partager même un moment de leurs angoisses, c’était important pour nous. C’est le sens de notre venue », a-t-il déclaré.

Il a également évoqué son passage à Kfar Aza, l’un des kibboutz attaqués par le Hamas le 7 octobre : « Ce qui s’est passé est indicible, complètement contraire à toutes les valeurs. Et cela ne peut pas complètement s’oublier au prix d’une négociation ou d’un accord […] Nous avons touché la réalité de près avec des moments d’émotion. Mais l’émotion doit nourrir la raison pour la paix. »

Sur la position de la France, le président du Sénat a tenu à rappeler « la légitimité d’Israël à se défendre et à protéger ses citoyens » : « Cette légitimité passe par l’élimination du Hamas. C’est un sujet que nous avons partagé y compris avec l’Autorité palestinienne. La question humanitaire est aussi présente et nous l’avons portée […] Mais il faut comprendre que s’il n’y a pas d’élimination d’une organisation terroriste, il n’y aura pas de paix durable. »

Gérard Larcher s’est dit aussi « préoccupé par le nord d’Israël » : « Après l’opération au Liban, on n’est pas totalement allé au bout des choses et notamment l’application de la résolution de l’ONU. Le Hezbollah est à la fois aux portes d’Israël avec un armement incroyable et en même temps dans une déstabilisation permanente du Liban. »

Le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas (à droite) recevant le président du Sénat français Gérard Larcher, à Ramallah, le 20 décembre 2023, sur une photo fournie par le bureau de presse de l’Autorité palestinienne. (Crédit : Thaer GHANAIM / HO / PPO / AFP)

Sur sa rencontre avec Mahmoud Abbas, dirigeant de l’Autorité palestinienne, le président du Sénat a déclaré : « L’échange n’a pas été un échange de choses convenues. J’ai retenu que son Premier ministre a dit qu’il n’était pas question qu’il y ait une solution avec le Hamas. »

Après son « Ferme ta gueule ! » début décembre à l’adresse de Jean-Luc Mélenchon, Gérard Larcher a expliqué : « Mes mots n’étaient pas choisis, c’était ceux du cri du cœur. Je n’ai pas supporté deux choses dans l’attitude de M. Mélenchon. Ce sont les mots qu’il avait eus à l’encontre de Yaël Braun-Pivet [qui a « campé à Tel Aviv »] et de Ruth Elkrief [« manipulatrice », « fanatique » anti-musulmane, selon le leader d’extrême gauche]. C’était pour moi insupportable. Cela a provoqué ma réaction. »

Le 17 décembre, en visite à Tel Aviv, la ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, avait déclaré, à l’issue d’un entretien avec son homologue israélien, Eli Cohen, que la France était préoccupée « au plus haut point » par la situation à Gaza, appelant à « une nouvelle trêve immédiate et durable ».

Elle a aussi promis que la France « n’oubliait pas » les personnes « assassinées avec une cruauté absolue, dont 41 compatriotes » le 7 octobre. Elle a rappelé que trois Français étaient « retenus, disparus ou otages dans la bande de Gaza », assurant que la France ne ménageait pas ses efforts pour les faire libérer.

Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen (à droite) rencontre la ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna, en visite, le 17 décembre 2023. (Crédit : Shlomi Amsalem/Ministère des Affaires étrangères)

Elle a en particulier abordé les crimes dont les femmes ont été victimes. « Parmi le flot de récits épouvantables de ces exactions barbares commises par le Hamas, les récits des violences sexuelles et sexistes infligées par les terroristes du Hamas sont glaçants par leur caractère systématique et peut-être même systémique », a-t-elle dit, déplorant « l’énergie que mettent certains à nier ces crimes ». « Inutile de dire que la France croit en la parole de ces femmes victimes, que la France croit celles et ceux qui ont eu à constater ces viols et ces mutilations, ces profanations », a-t-elle déclaré.

« Personne ne doit oublier ce qui s’est passé le 7 octobre, une attaque terroriste massive commise avec barbarie (…) et avec ce que vous savez d’abomination, de violence, y compris de violences sexuelles », avait auparavant souligné la ministre, qui a visité le centre d’identification des corps et des victimes installé sur une base militaire à Choura, à quelques kilomètres de Tel Aviv.

https://twitter.com/gerard_larcher/status/1738129326271287734

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.