Députés arabes : les tueurs d’Israéliens sont des “martyrs”, “victimes de l’occupation”
Rechercher
Zahalka confirme : nous avons observé une minute de silence… en mémoire de tous les Palestiniens morts

Députés arabes : les tueurs d’Israéliens sont des “martyrs”, “victimes de l’occupation”

Alors que les députés juifs sont scandalisés, les députés arabes défendent leur rencontre avec les familles des terroristes, disent qu’elles doivent être autorisées à récupérer les corps

Les députés arabes israéliens Jamal Zahalka (à gauche) et Basel Ghattas. (Crédit : Flash 90)
Les députés arabes israéliens Jamal Zahalka (à gauche) et Basel Ghattas. (Crédit : Flash 90)

Jamal Zahalka, député de la Liste arabe unie à la Knesset, a déclaré vendredi que les terroristes qui tuent des Israéliens sont des « victimes de l’occupation », défendant sa rencontre avec leurs familles aux côtés des députés Hanin Zoabi et Basel Ghattas plus tôt dans la semaine. Ghattas les a décrits, pour sa part, comme des « martyrs ».

La rencontre, pendant laquelle les familles ont demandé aux députés de les aider à faire pression sur le gouvernement pour rendre les corps des terroristes pour des funérailles, s’est attirée des condamnations de tout l’échiquier politique israélien.

Zahalka a déclaré à la Deuxième chaîne que la visite avait été dénaturée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui avait déclaré jeudi que « des membres de la Knesset qui vont consoler les familles des terroristes qui ont assassiné des Israéliens ne méritent pas de faire partie de la Knesset israélienne ».

Les députés ont rencontré le père de Baha Alian, un Palestinien qui faisait partie du duo qui a tué les Israéliens Haim Haviv, Alon Govberg et Richerd Lakin à Jérusalem en octobre, et avec des proches d’autres terroristes.

Trois députés arabes israéliens rencontrent les familles de terroristes palestiniens, le 2 février 2016. (Crédit : Palestinian Media Watch)
Trois députés arabes israéliens rencontrent les familles de terroristes palestiniens, le 2 février 2016. (Crédit : Palestinian Media Watch)

Zahalka a affirmé que le visite n’avait pas pour objectif de soutenir les familles. Il a déclaré que lui et les autres députés condamnaient les violences commises par les assaillants décédés. « Nous y sommes allés pour entendre les familles sur le sujet du transfert des corps. C’est tout. Il n’y avait rien d’autre dans cette visite. »

Interrogé sur le sens de la minute de silence observée par les députés pendant la rencontre jeudi en mémoire des tueurs morts, Zahalka a déclaré que beaucoup de rencontres entre Palestiniens commencent par une minute de silence « en mémoire de tous les Palestiniens morts » et que les députés ne rendaient pas hommage aux terroristes eux-mêmes. « Nous avons observé une minute de silence », a-t-il déclaré. Il a démenti un article disant que les députés avaient parlé des terroristes morts comme des « martyrs ».

Quand il a été interrogé pour définir les Palestiniens qui ont attaqué et tué des civils israéliens innocents, Zahalka a déclaré qu’ « ils sont des victimes de l’occupation ».

Le député arabe israélien Basel Ghattas de la Liste arabe unie (à gauche) à la Knesset , le 12 février 2015 (Hadas Parush / Flash90)
Le député arabe israélien Basel Ghattas de la Liste arabe unie (à gauche) à la Knesset , le 12 février 2015 (Hadas Parush / Flash90)

Dans un entretien avec la Dixième chaîne, son collègue Ghattas a dit des terroristes morts : « En tant que peuple, nous les considérons comme des martyrs. Vous [les Israéliens juifs] ne résolvez pas la racine du problème, qui est l’occupation. »

Vendredi, Zoabi avait écrit en arabe sur Facebook : « Nous défendons notre dignité humaine et nationale. C’est notre devoir et notre droit. Le crime réel est de retenir les corps. Il est de notre devoir de faire notre maximum pour que les corps soient rendus [aux familles]. »

La députée faisait référence à la politique israélienne de retarder le retour des corps des Palestiniens tués pendant qu’ils menaient une attaque contre des Israéliens, afin d’essayer d’empêcher que leurs funérailles ne deviennent une source d’incitations à d’autres violences.

Ghattas a également utilisé Facebook vendredi pour défendre ses actions, accusant Israël de « fascisme », selon la Deuxième chaîne.

« Quand les trompettes du fascisme incitent [à la haine] contre nous, cela signifie que nous protégeons les valeurs humaines, a-t-il écrit. Nous condamnons les incitations [à la haine] contre les membres du parti [pendant qu’ils] accomplissent leur devoir d’aider les familles à retrouver les corps de leurs enfants que les autorités israéliennes détiennent, en contradiction avec les lois et les valeurs internationales. »

Netanyahu et le président de la Knesset Yuli Edelstein ont déclaré jeudi qu’ils portaient conjointement une plainte sans précédent devant le comité d’éthique de la Knesset contre ces trois députés, déclarant que la rencontre constituait une incitation [à la violence] et un « encouragement au meurtre ».

L’Union sioniste, le plus grand parti de l’opposition, a déclaré dans un communiqué que la « visite par les députés du Balad [un des partis représentés au sein de la Liste arabe unie] avec les familles des terroristes encourage à plus de terrorisme et à tuer des innocents ».

Le dirigeant de Yesh Atid, Yair Lapid, a déclaré que la rencontre était « un spectacle de haine et de subversion contre l’Etat d’Israël »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...