Netanyahu dépose une plainte contre des députés de Balad
Rechercher

Netanyahu dépose une plainte contre des députés de Balad

Zoabi, Zahalka et Ghattas ont rencontré les parents de terroristes palestiniens, y compris certains qui ont tué des Israéliens

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (2 à droite), le président du parlement israélien Yuli Edelstein (2 à gauche), le chef de l'opposition, Isaac Herzog (à gauche) et Tzahi Hanegbi (à droite)  à une réunion de la commission sur le conflit israélo Parlement le 29 juin 2015 (Crédit : Miriam Alster / FLASH90)
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (2 à droite), le président du parlement israélien Yuli Edelstein (2 à gauche), le chef de l'opposition, Isaac Herzog (à gauche) et Tzahi Hanegbi (à droite) à une réunion de la commission sur le conflit israélo Parlement le 29 juin 2015 (Crédit : Miriam Alster / FLASH90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président de la Knesset Yuli Edelstein ont déposé conjointement une plainte au comité d’éthique de la Knesset contre trois députés arabes qui ont déclenché la fureur du reste de la classe politique israélienne en rencontrant les familles de terroristes ou leurs représentants.

La controverse qui faisait la Une des journaux israéliens vendredi éclate dans un climat de violences renouvelées, avec une série d’attaques anti-israéliennes par des Palestiniens. Elle touche à la question sensible de la non-restitution par Israël des corps des terroristes à leurs proches.

Les députés Basel Ghattas, Jamal Zahalka et Haneen Zoabi ont rencontré mardi des représentants des proches et d’un groupe de soutien aux familles pour récupérer les corps.

La plainte sans précédente conteste la décision des députés de la Liste arabe unie Hanin Zoabi, Jamal Zahalka et Basel Ghattas, tous les trois des membres de la faction Balad du parti, affirmant que la rencontre constituait une incitation à la haine et une « incitation au meurtre ».

Le président de la Knesset Yuli Edelstein lors d'une session plénière, en mars 2013 (Crédit photo : Yonatan Sindel/Flash90)
Le président de la Knesset Yuli Edelstein lors d’une session plénière, en mars 2013 (Crédit photo : Yonatan Sindel/Flash90)

« Il est inconcevable qu’à un moment où des citoyens innocents sont massacrés dans les rues d’Israël, ces députés vont consoler les familles des meurtriers, et avec une insolence incroyable osent porter les revendications des familles au gouvernement », a dénoncé Edelstein jeudi, peu de temps après que l’information sur la rencontre ait été révélée.

« Je vois cela comme une grave insulte à la législature israélienne et à l’Etat d’Israël et espère que ces actions seront enfin notées par les juges de la Haute Cour de justice, la prochaine fois qu’ils débattront d’un recours contre la disqualification des candidats indignes de se présenter aux élections en tant que législateurs ».

Le comité d’éthique de la Knesset n’est pas tenu de discuter d’une plainte déposée par un député et ce même si le plaignant choisit de la rendre public, comme Netanyahu et Edelstein l’ont fait.

Les députés de la Liste arabe unie Hanin Zoabi (au centre), Jamal Zahalka (à droite) et Basel Ghattas (centre gauche, derrière Zoabi) s'adressant la presse à Jérusalem, le 17 février 2015 (Crédit : Hadas Parush / FLASH90)
Les députés de la Liste arabe unie Hanin Zoabi (au centre), Jamal Zahalka (à droite) et Basel Ghattas (centre gauche, derrière Zoabi) s’adressant la presse à Jérusalem, le 17 février 2015 (Crédit : Hadas Parush / FLASH90)

Plus tôt jeudi, Netanyahu a déclaré que les députés arabes qui ont rencontré les proches de terroristes palestiniens ne sont « pas dignes de servir » dans le Parlement israélien.

« Des membres de la Knesset qui apportent leurs réconforts aux familles de terroristes qui ont assassiné des Israéliens ne méritent pas de siéger à la Knesset », a dit jeudi soir le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dans un communiqué. Il a demandé au président de la Knesset d’examiner quelles sanctions pouvaient être prises.

Un jour avant que le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, ne reçoive les familles des terroristes palestiniens à son bureau à Ramallah, les trois députés de la Knesset de la Liste arabe unie ont également rencontré les familles des terroristes.

Une organisation palestinienne représentant les familles des « Shahid » [martyres] a invité tous les députés de la Liste arabe unie, une liste comprenant tous les parties arabes de la Knesset, de les rencontrer à Jérusalem. Trois députés de Balad, l’un des partis de la Liste arabe unie, ont répondu à l’invitation.

Les députés ont rencontré le père de Baha Alian, un Palestinien qui faisait partie d’une cellule de deux hommes qui a tué trois Israéliens (Hayim Haviv, Alon Govberg et Richard Lakin) à Jérusalem en octobre, et d’autres parents d’autres terroristes.

Les parents ont demandé aux députés de les aider à faire pression sur le gouvernement pour récupérer les dépouilles des terroristes pour les enterrer. La demande des familles a été transférée au ministère de la Sécurité intérieure, a annoncé une porte-parole du parti Balad.

Certains rapports israéliens ont déclaré que la réunion a commencé par une minute de silence pour les « martyrs ».

Balad, le parti des trois élus parlementaires, a expliqué dans un communiqué qu’il s’agissait d’aider les familles dans leurs efforts pour récupérer les dépouilles soustraites par Israël « en violation de toutes les lois (…) humanitaires internationales ».

La confiscation est « un acte de vengeance » contre les familles, dénonce Balad qui fait partie avec d’autres partis arabes de la Liste arabe unie, la troisième formation au Parlement.

Les Arabes israéliens représentent 17,5 % de la population. Ils se revendiquent Palestiniens pour leur grande majorité.

La rencontre, qui n’a été révélée que jeudi, a été fermement condamnée presque par l’ensemble de la classe politique.

La ministre adjointe aux Affaires étrangères, Tzipi Hotovely, a fustigé « les députés arabes qui ne manquent pas une occasion de soutenir le terrorisme. Ils nuisent avant tout à leur propre population, ils ne représentent rien et ne font la promotion de rien d’autre que le terrorisme et ne font que travailler activement contre l’Etat d’Israël. Le peuple arabe est le premier qui doit venir contre ses représentants qui agissent comme des agents du terrorisme et non comme ses représentants à la Knesset ».

Likud MK Zeev Elkin (photo credit: Uri Lenz/Flash90)
Ze’ev Elkin (Crédit photo: Uri Lenz/Flash90)

Le ministre de l’Intégration, Zeev Elkin, a déclaré qu’il « a toujours affirmé que les députés Balad travaillaient pour le bénéfice des éléments terroristes et contre l’Etat d’Israël et leur place est en dehors de la Knesset israélienne ».

« La Commission électorale centrale les a encore une fois disqualifié leur candidature aux élections et que par l’intervention de la Haute Cour de justice, ils apportent aujourd’hui la honte au titre de ‘membre de la Knesset’. Cette disgrâce doit cesser ! », s’est-il emporté.

Le ministre de l’Education et le dirigeant du parti HaBayit HaYehudi, Naftali Bennett, a appelé les citoyens arabes d’Israël à condamner les actes des députés. « La visite de députés aux familles des meurtriers est une tache noire qui sera écrite dans l’histoire d’Israël », a-t-il dénoncé.

« Je demande à l’opinion publique arabe : vous êtes beaucoup mieux qu’eux. Condamnez-les, répudiez-les. Il n’y aura pas d’unité entre nous si les représentants de notre peuple rencontrent ceux qui nous assassinent », a-t-il dit.

Oren Hazan, député du Likud (droite, le parti de Netanyahu), a dénoncés ces élus arabes comme les membres d’une « cinquième colonne ». L’Union sioniste (centre-gauche) a estimé que la rencontre « favorisait le terrorisme ».

Le député de l'Union sioniste Itzik Shmuli vu lors de la conférence du parti travailliste à Tel-Aviv le 14 décembre 2014 (Crédit : Tomer Neuberg / Flash90)
Le député de l’Union sioniste Itzik Shmuli vu lors de la conférence du parti travailliste à Tel-Aviv le 14 décembre 2014 (Crédit : Tomer Neuberg / Flash90)

L’union sioniste, le plus grand parti de l’opposition, a critiqué la rencontre et a déclaré dans un communiqué que la « visite des députés Balad aux familles des terroristes encourage plus de terrorisme et de meurtre d’innocents ».

L’un des députés du parti, Itzik Shmuli, a tweeté que la réunion était « écoeurante, écoeurante, écoeurante. Même si vous prenez en compte les vues extrémistes de Balad, c’est un geste condamnable qui donne du soutien au terrorisme ».

Le chef du parti Yesh Atid, Yair Lapid, a qualifié la rencontre de « spectacle de haine et de subversion contre l’État d’Israël, il y a un soutien et un encouragement au meurtre des innocents ici. Nous ne pouvons pas rester silencieux sur ces actions honteuses. Nous avons besoin de répudier les députés qui ont rencontré les familles de ces terroristes méprisables. Les députés Balad endommagent et salissent tout un pan [de la société israélienne] d’une manière sans précédent ».

Le chef Yisrael Beitenu, Avigdor Liberman, a déclaré que la réunion entre les familles des terroristes et les membres de la Liste arabe unie était la preuve qu’ils étaient « les représentants des organisations terroristes à l’intérieur de la Knesset ».

Avigdor Liberman lors de la réunion du parti Yisrael Beytenu à la Knesset, le 4 mai 2015 (Crédit photo: Miriam Alster / Flash90)
Avigdor Liberman lors de la réunion du parti Yisrael Beytenu à la Knesset, le 4 mai 2015 (Crédit photo: Miriam Alster / Flash90)

« La rencontre entre les députés Balad et les familles des terroristes qui ont assassiné des Juifs est seulement un rappel pour ceux qui en ont encore besoin, dans le gouvernement et le système d’application de la loi, que ces terroristes devraient être expulsés de la Knesset dès que possible et probablement de l’Etat d’Israël aussi », a déclaré Liberman.

Devant l’enchaînement des violences, Israël a annoncé qu’il ne restituerait plus les corps des terroristes. Dans les faits, il en a rendu plusieurs dizaines mais en conserve encore dix.

Cette pratique est très mal vécue par les Palestiniens pour des raisons religieuses, qui commandent d’enterrer les morts au plus vite, et humaines.

Le journal juif américain Forward a annoncé en décembre que la ministre de la Justice Ayelet Shaked avait rencontré la mère d’un suspect américano-israélienne qui est détenu dans le cadre de l’enquête sur l’incendie criminel de Duma en juillet, qui a tué trois membres d’une famille palestinienne, y compris un bébé de 18 mois.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...