Des avions israéliens auraient frappé des cibles du Hezbollah en Syrie
Rechercher

Des avions israéliens auraient frappé des cibles du Hezbollah en Syrie

Des médias arabes parlent de frappes aériennes sur des postes militaires du groupe terroriste chiite près de la frontière libanaise ; le Hezbollah dément, Israël ne dit rien

F-16D de l'armée de l'air israélienne , le 28 juin 2010. Ilustration. (Crédit : Ofer Sidon/Flash90)
F-16D de l'armée de l'air israélienne , le 28 juin 2010. Ilustration. (Crédit : Ofer Sidon/Flash90)

Des figures de l’opposition syrienne ont annoncé que des avions israéliens avaient frappé mercredi des cibles appartenant au Hezbollah, groupe terroriste chiite, dans les montagnes de Qalamoun, le long de la frontière syro-libanaise, selon des sites d’informations israéliens citant des médias arabes.

Les articles donnent peu de précision, annonçant seulement que des cibles ont été frappées depuis le ciel trois fois.

L’armée israélienne a déclaré mercredi qu’elle « ne commenterait pas » les informations sur des frappes en Syrie.

Un compte Twitter lié au Hezbollah a démenti toute attaque sur ses quartiers généraux de Qalamoun.

Qalamoun est considéré comme un bastion crucial du Hezbollah, reliant Damas à l’est du Liban, serait utilisé comme route d’approvisionnement pour les transferts d’armes entre le régime et le Hezbollah, qui se bat aux côtés des forces du président Bashar el-Assad.

Ce mois-ci, les médias libanais avaient annoncé qu’Israël avait frappé un convoi d’armes de quatre camions appartenant au Hezbollah près de Maarba, au nord de Damas.

Personne n’avait été tué dans la frappe de 4 août, selon le site d’informations Mulhak.

Un porte-parole de l’armée israélienne avait à ce moment refusé de commenter cette information.

Depuis le début de la guerre civile syrienne il y a cinq ans, plusieurs frappes aériennes en Syrie ont été attribuées à Israël.

Le Hezbollah a des milliers de combattants en Syrie, qui fournissent une aide militaire au régime d’Assad pour réprimer la rébellion.

En mai, le Hezbollah avait annoncé que son plus haut commandant en Syrie, Mustafa Badreddinne, avait été tué par une frappe aérienne présumée israélienne.

En avril, le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait confirmé qu’Israël avait mené des dizaines de frappes contre le Hezbollah pour empêcher le groupe terroriste d’obtenir des armes sophistiquées. Il s’agissait d’une rare admission israélienne d’implication dans des attaques aériennes en Syrie.

Israël a promis d’empêcher le Hezbollah d’obtenir des armes pouvant « changer le jeu », en particulier, des systèmes comportant des armes chimiques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...