Des capteurs de détection de tunnels installés le long de la frontière libanaise
Rechercher

Des capteurs de détection de tunnels installés le long de la frontière libanaise

L'armée israélienne a lancé ce projet un an après la découverte de tunnels transfrontaliers creusés par le groupe terroriste chiite du Hezbollah

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des soldats israéliens mènent des fouilles pour découvrir des tunnels d'attaque creusés en Israël depuis le sud Liban. L'armée israélienne pense que le Hezbollah avait l'intention de les utiliser dans de futurs conflits, en janvier 2019. (Crédit : Armée israélienne)
Des soldats israéliens mènent des fouilles pour découvrir des tunnels d'attaque creusés en Israël depuis le sud Liban. L'armée israélienne pense que le Hezbollah avait l'intention de les utiliser dans de futurs conflits, en janvier 2019. (Crédit : Armée israélienne)

Dimanche, l’armée israélienne a commencé à installer une série de capteurs souterrains le long de la frontière nord afin de détecter n’importe quel tunnel entrant dans le territoire israélien depuis le Liban. Cette initiative intervient un an après que Tsahal a découvert et détruit six passages souterrains creusés par le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah.

Le lieutenant colonel Jonathan Conricus, porte-parole de Tsahal, a déclaré que la décision d’installer maintenant les capteurs à proximité de Misgav Am n’était pas basée sur de nouveaux renseignements indiquant que le Hezbollah creuserait des tunnels transfrontaliers dans la zone. La technologie de capteurs utilisée a récemment été déclarée opérationnelle, à la suite d’une série de tests.

« L’installation de ce système est une mesure infrastructurelle préventive, elle n’est pas basée sur de nouveaux renseignements », a déclaré le militaire.

Le premier de ces capteurs, qui collecte des données acoustiques et séismiques, sera installé à proximité de la communauté de Misgav Am dans la Galilée du nord. La mise en place devrait prendre plusieurs semaines, a déclaré Conricus.

L’armée a semblé vouloir faire une large publicité autour de cette nouvelle initiative afin d’éviter toute confusion ou panique de deux côtés de la frontière.

« C’est une procédure qui sera vue et entendue à la fois dans notre territoire et du côté libanais – nous voulons éviter toute incompréhension », a déclaré le général Hidai Zilberman, porte-parole de Tsahal.

Tsahal révèle ce qu’il a dit être le plus long tunnel d’attaque transfrontalier creusé par le Hezbollah depuis le Liban vers Israël, le 29 mai 2019. (Armée israélienne)

L’armée a prévu d’installer des systèmes de détection supplémentaires le long d’autres points de la frontière à l’avenir. Le nombre exact de capteurs et leur localisation dépendront des renseignements quant aux endroits où le Hezbollah a l’intention de creuser ses tunnels et les financements disponibles.

Conricus a estimé que dans l’ensemble, l’armée allait opérer le long de la frontière pendant plusieurs mois afin de mettre en place les capteurs.

En décembre 2018, Tsahal a lancé l’Opération Bouclier du nord, un effort pour localiser et détruire les tunnels creusés par le Hezbollah dans le nord d’Israël depuis le sud Liban. Au total, l’armée a déclaré avoir trouvé six de ces passagers et qu’elle les avait rendus inopérables – en utilisant des explosifs ou en les remplissant de béton – l’année dernière.

Des haut gradés israéliens avaient déclaré qu’ils pensaient que ces six tunnels étaient les seuls que le Hezbollah avait creusés afin de pénétrer en Israël, même si le groupe terroriste était peut-être en train d’en creuser plus.

Ces derniers mois, Conricus a déclaré que l’armée avait réalisé une série de tests avec la nouvelle technologie de capteurs afin de s’assurer qu’ils pourraient être déployés.

« Nous avons maintenant la technologie disponible que nos officiers ingénieurs professionnels considèrent comme prête à devenir opérationnelle », a-t-il dit.

Des soldats israéliens mènent des fouilles pour découvrir des tunnels d’attaque creusés en Israël depuis le sud Liban. L’armée israélienne pense que le Hezbollah avait l’intention de les utiliser dans de futurs conflits, en janvier 2019. (Crédit : Armée israélienne)

Conricus a déclaré que l’armée avait informé la force de maintien de la paix des Nations unies au Liban, qui opère dans le sud Liban, ainsi que les autorités locales israéliennes.

Tsahal pense que les six tunnels creusés par le Hezbollah dans le nord d’Israël ont été construits avec l’objectif spécifique de permettre à des milliers de combattants du Hezbollah de lancer une attaque d’infiltration sur des cibles civiles et militaires dans le nord d’Israël lors d’une manoeuvre surprise dans un futur conflit.

Il y a environ huit ans, le Hezbollah a créé une unité de forces spéciales – connue comme l’unité Radwan – chargée spécifiquement de pénétrer en Israël en causant autant de dégâts et de destruction que possible, aussi bien pour la destruction en elle-même que pour la « symbolique » d’avoir des troupes qui mènent des attaques à l’intérieur d’Israël.

L’armée considère que la découverte et le destruction de ces tunnels a permis de faire disparaître ce qui aurait autrement pu constituer une arme potentiellement dévastatrice dans l’arsenal du Hezbollah.

Dès 2014, des résidents de villes du nord ont tiré le signal l’alarme sur le risque que le Hezbollah puisse creuser des tunnels sous la frontière afin de mener des attaques, après la découverte de nombreux tunnels souterrains creusés par le groupe terroriste du Hamas à la frontière avec Gaza dans le sud.

Israël a combattu deux guerres au Liban, une en 1982 contre des groupes terroristes palestiniens, et une autre en 2006 contre le Hezbollah, mais aussi une série de plus petites opérations.

Même si elle est considérée comme explosive, la frontière n’a pas été le témoin de combats majeurs depuis la fin de la guerre de 2006.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...