Rechercher

Des « déesses » de l’opéra viennent à Tel Aviv

L'événement "Regarding Goddesses" raconte deux histoires : celle d'une femme sauvage et celle d'une mère de la terre, sous la direction d'une olah de Moscou

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Répétitions de "Kundry", un opéra original créé pour le festival artistique "Regarding Goddesses", lancé à Tel Aviv le 21 octobre 2021 (Crédit : autorisation Alexey Kudrik).
Répétitions de "Kundry", un opéra original créé pour le festival artistique "Regarding Goddesses", lancé à Tel Aviv le 21 octobre 2021 (Crédit : autorisation Alexey Kudrik).

Un nouveau festival artistique, « Regarding Goddesses », sera lancé à Tel-Aviv du 21 au 23 octobre. Il étudiera les questions de genre et de pouvoir à travers deux œuvres contemporaines originales d’opéra et de musique classique présentées sur scène et dans les parcs et les rues de la ville.

Il peut être considéré comme courageux d’organiser un festival autour de l’opéra et de la musique classique, mais la fondatrice et directrice du festival, Maria Nasimova, persiste et signe.

« C’est difficile, mais c’est aussi la forme d’art la plus impressionnante », a déclaré Nasimova. « Et si nous parlons de déesses, soyons honnêtes, ce sont les personnages féminins d’opéra qui souffrent le plus. »

C’est certainement le cas de la nouvelle œuvre « Kundry », qui tire son nom de la femme sauvage qui apparaît dans le dernier drame musical du compositeur Richard Wagner, « Parsifal ». L’intrigue de « Kundry » évolue entre la vie personnelle d’une chanteuse d’opéra contemporaine et le personnage de Parsifal de Wagner, un rôle qui a lui-même été interprété par des divas tout au long de l’histoire de l’opéra.

Mais cette « Kundry » ne chantera aucune musique composée par Wagner, connu pour être bigot, antisémite et misogyne.

« Nous n’avons pas choisi Wagner, nous avons choisi le personnage », a déclaré Nasimova. « C’est une façon d’approfondir le personnage ; c’était le personnage le plus compliqué, le plus difficile que nous pouvions choisir. »

Extrait des répétitions de « Kundry », l’opéra original créé pour le festival artistique Regarding Goddesses lancé à Tel Aviv le 21 octobre 2021 (Crédit : autorisation Alexey Kudrik).

« Kundry » sera présenté à l’Opéra d’Israël les 21 et 22 octobre.

L’autre spectacle est « A Message from Gaia » (Un message de Gaia), qui dépeint la figure mythique de la mère grecque ancestrale à travers les déclarations de sept femmes israéliennes, sur une musique de sept compositrices, interprétée par des étudiants en musique et en danse de l’Académie de musique de Jérusalem, qui ont travaillé sur la pièce vocale avec le créateur d’opéra Anthony Heidweiller.

« Un message de Gaia » sera présenté dans les parcs et les rues de Tel Aviv et de Jaffa du 21 au 23 octobre.

Maria Nasimova, récemment immigrée de Moscou en Israël, et fondatrice du festival Regarding Goddesses, présente un nouvel opéra et une œuvre vocale à Tel Aviv, à l’ouverture le 21 octobre 2021 (Crédit: autorisation Maria Nasimova).

Nasimova, récemment immigrée de Moscou en Israël et ancienne conservatrice en chef du musée juif et du centre de tolérance de la ville russe, a toujours été intéressée par les formats culturels non traditionnels.

« Je suis une personne curieuse, c’est pourquoi je suis conservatrice », a-t-elle déclaré. « Je suis intéressée par le fait de mettre des choses dans des endroits inhabituels et de voir ce que cela donne ».

Elle a admis qu’encourager les jeunes publics à écouter de l’opéra est un défi international.

« Vous rencontrez rarement des gens dans les festivals d’opéra sans cheveux gris », a-t-elle déclaré. « L’opéra doit changer beaucoup en lui-même et se manifester de nombreuses façons différentes. »

C’est une forme d’art coûteuse et compliquée à digérer, qui nécessite des billets onéreux et des temps d’écoute longs, ce qui peut être un engagement trop important pour certains. C’est pourquoi Nasimova a décidé d’ajouter l’élément extérieur.

« Je me suis dit que si les gens ne venaient pas à nous, nous viendrions à eux », a-t-elle déclaré. « Ils n’auront pas le choix ».

Elle se sent chanceuse d’avoir réussi le festival, ayant déménagé en Israël pendant l’été tout en mettant en place le festival via des appels Zoom au cours des deux dernières années. Elle n’a rencontré l’équipe en personne que la semaine dernière.

« C’était difficile, mais nous vivons dans une période remplie de difficultés », a déclaré Nasimova. « J’apprécie les artistes et les créateurs qui ont été assez courageux pour dire : ‘Ces fous font quelque chose, suivons-les’. »

Il s’agit de la première partie de « Regarding Goddesses », qui comprend d’autres représentations qui auront lieu l’année prochaine, en novembre 2022. Celles-ci ont été reportées pour l’instant en raison de la pandémie.

La partie de novembre 2022 sera lancée sous la forme d’un festival à l’échelle de la ville qui proposera des spectacles de danse, de théâtre, d’opéra, de musique, de cinéma et d’art dans des lieux de Tel Aviv, notamment au théâtre Cameri, au Suzanne Dellal Center, au parc Midron Yafo et dans d’autres lieux en plein air.

Les billets pour « Kundry » peuvent être achetés en ligne. La représentation du 21 octobre de « Kundry » à l’Opéra d’Israël sera également diffusée et disponible en ligne en novembre. Les billets pour « Un message de Gaia » sont gratuits, mais nécessitent une inscription sur le site web.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...