Des dirigeants haredi demandent l’aide de Rivlin pour libérer un criminel
Rechercher

Des dirigeants haredi demandent l’aide de Rivlin pour libérer un criminel

Dans un rare pèlerinage à sa résidence officielle, les rabbins ont evoqué le cas du rabbin Mordechai Samet

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le rabbi de la dynastie hassidique Vizhnitz (Crédit photo: Yaakov Naumi / Flash90)
Le rabbi de la dynastie hassidique Vizhnitz (Crédit photo: Yaakov Naumi / Flash90)

Un important contingent de la communauté ultra-orthodoxe d’Israël a rencontré lundi le président Reuven Rivlin à sa résidence officielle de Jérusalem pour demander son aide afin d’obtenir la libération d’un homme haredi emprisonné aux États-Unis pour avoir détourné des millions de dollars.

Bien qu’il ne soit pas rare que les dignitaires religieux rencontrent le président ou le Premier ministre, une réunion à la résidence du président ou impliquant autant de représentants n’a pas eu lieu dans un passé récent.

Les Rabbis des dynasties hassidiques ukrainiennes de Vizhnitz et de Rachmastrivka, le chef de la Yeshiva lituanienne Ponevezh à Bnei Brak, le ministre adjoint de la Santé Yaakov Litzman du parti Yahadout HaTorah et d’autres dignitaires ultra-orthodoxes ont participé à la rencontre.

Les plans pour la réunion ont été gardés secrets jusqu’à son déroulement, a rapporté le site d’informations haredi Kikar Hashabbat.

Deux des rabbins qui ont participé à la réunion – le rabbi de Rachmastrivka et le rabbin Ben-Zion Gutfarb – sont affiliés à des mouvements ultra-orthodoxes qui ne reconnaissent pas l’Etat d’Israël.

« Ceux qui étaient présents à la réunion furent les rabbins les plus importants qu’il y a, la crème de la crème », a déclaré à Haaretz Yitzchak Ravitz, le maire adjoint de l’implantation haredi Betar Illit qui est marié à la chef de cabinet de Rivlin.

« La rencontre a été cordiale, et il est clair qu’il y a eu des atomes crochus entre le président et les rabbins. Le président est très connecté, il vient d’un milieu très traditionnel. Sa relation avec les rabbins est bien réelle, et il connait la terminologie. Les rabbins ont estimé qu’ils avaient un partenaire. »

Le président Rivlin lors d'une cérémonie d'allumage des bougies de Hanoucca avec des survivants de la Shoah à sa résidence à Jérusalem, le 22 décembre 2014  (Mark Neyman / GPO / Flash90)
Le président Rivlin lors d’une cérémonie d’allumage des bougies de Hanoucca avec des survivants de la Shoah, à sa résidence à Jérusalem, le 22 décembre 2014 (Mark Neyman / GPO / Flash90)

Les représentants ultra-orthodoxes ont discuté avec Rivlin des besoins généraux de la communauté haredi, demandant qu’il encourage les politiciens à considérer sérieusement les demandes de la communauté, plutôt que de les rejeter aveuglément, a relaté Kikar HaShabbat. Le groupe a également évoqué la relation familiale du président au Gaon de Vilna, le « génie saint de Vilnius » qui a fondé le judaïsme lituanien moderne.

La conversation s’est ensuite orientée vers le cas du rabbin Mordechai Samet. Samet, qui a vécu dans la communauté ultra-orthodoxe de Kiryat Joel dans l’État de New York, a été reconnu coupable en 2002 d’avoir illégalement obtenu 4 millions de dollars à travers une série de manipulations et de fraudes, y compris le dépôt de fausses déclarations de décès et des sollicitations d’argent pour des loteries fictives, et a été condamné un an plus tard à 27 ans de prison. Au moment de sa condamnation, la juge de district Colleen McMahon a qualifié l’affaire « d’extraordinaire », en raison de l’étendue des fraudes commises et de « l’audace des gens qui les ont commises ».

« Mordechai Samet a vécu une vie de fraude sans relâche. Depuis de nombreuses années la vie de Mordechai Samet a été entièrement consacrée à la poursuite du crime. Il répond à la définition du mot « racketteur », a-t-elle dit.

Mais les dirigeants ultra-orthodoxes ont demandé à Rivlin, qui portait une kippa tout au long de leur visite, de plaider spécialement auprès du gouvernement américain pour demander une mesure de clémence pour Samet, qui a déjà purgé près de la moitié de sa peine. Rivlin a cependant expliqué aux rabbins et aux responsables communautaires que la question n’était pas de son ressort, selon Haaretz.

Mais pour Ravitz, le rendez-vous a été crucial pour le maintien d’une relation entre la communauté ultra-orthodoxe, qui peut être perçue comme insulaire et déconnectée par les Israéliens laïques, et le leadership politique du pays.

« L’importance de la réunion réside dans le fait qu’elle a eu lieu », a-t-il affirmé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...