Des femmes prient avec des rouleaux de Torah au mur Occidental – une première
Rechercher

Des femmes prient avec des rouleaux de Torah au mur Occidental – une première

Des échauffourées ont éclaté quand les dirigeants juifs libéraux ont rejoint les Femmes du Mur pour demander la mise en place du compromis au lieu saint

Des échauffourées ont éclaté mercredi matin au mur Occidental, pendant le premier de plusieurs évènements prévus par des associations juives libérales dans la journée. Elles protestent contre les restrictions imposées aux fidèles non orthodoxes au pied du lieu le plus saint du judaïsme.

On ne sait pas exactement combien étaient les manifestants, mais la vidéo semblerait montrer qu’au moins cent personnes ont rejoint la marche et l’office religieux. Le mouvement réformé israélien a déclaré dans un communiqué de presse que des « dizaines » de rouleaux de Torah avaient été transportés dans la section des femmes.

Les prières et la manifestation ont eu lieu, comme toujours, au début du nouveau mois du calendrier juif, alors que le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait appelé la veille les mouvements juifs libéraux à ne pas protester contre le statu quo persistant sur la prière au mur Occidental.

Des vidéos publiées sur les réseaux sociaux ont montré mercredi des affrontements alors que certains spectateurs ultra-orthodoxes et des responsables du mur Occidental se jetaient sur les rouleaux de Torah portés par les manifestants, et tentaient de leur empêcher physiquement l’accès à la zone de prières.

La police a tenté de séparer les groupes, mais n’est pas intervenue, que ce soit auprès des manifestants pluralistes ou des employés du mur et des fidèles ultra-orthodoxes pour les arrêter. Des témoins ont déclaré que les policiers restaient à proximité, prêts à intervenir si les échauffourées dégénéraient.

Pendant la bousculade, chaque côté a raillé l’attention de l’autre pour les rouleaux sacrés.

« Vous êtes fous ? C’est un rouleau de Torah ! », a crié un des manifestants pluralistes à un ultra-orthodoxe qui tentait d’attraper le rouleau, et empêcher ainsi son entrée dans la section des femmes.

https://twitter.com/EylonALevy/status/793699721638506496

Anat Hoffman, présidente des Femmes du Mur, une association qui fait campagne pour des services de prières pluralistes dans la section féminine du site, était enchantée de la réussite de son association à organiser ses offices du matin au mur.

« J’ai l’impression que nous sommes à Simchat Torah, un peu en retard », a-t-elle déclaré à la radio publique israélienne. Simchat Torah est une fête qui célèbre l’achèvement du cycle annuel de lectures de la Torah. Elle a eu lieu cette année le 24 octobre.

« Pour la première fois de l’histoire, a ajouté Hoffman, un rouleau de Torah est dans la section des femmes. C’est un jour historique. Tous les jours, les femmes doivent être autorisées à lire la Torah si cela les intéresse. Et pendant les bat-mitzvot. Le moment est venu. »

Les dirigeants des mouvements réformateurs et conservateurs ont également participé à la marche.

« Le mur Occidental ne sera plus le même mur après aujourd’hui », a promis le rabbin Gilad Kariv, qui dirige le mouvement réformé en Israël.

« Pour la première fois, femmes et hommes, juifs réformés et conservateurs, orthodoxes et laïcs, demandent leur droit d’entrer au mur Occidental. Aujourd’hui, nous avons libéré le mur Occidental du contrôle des ultra-orthodoxes. Les partis ultra-orthodoxes ne vont pas décider pour le reste du peuple juif comment prier… Nous n’accepterons plus la discrimination, l’incitation [à la haine], ou la reddition honteuse du gouvernement israélien devant une petite minorité agressive »

Il a insisté, « si le gouvernement israélien ne met pas en place le cadre du compromis, nous, avec les juifs du monde entier, nous rendrons le mur Occidental aux mains de tout le peuple juif. »

La veille, Netanyahu avait affirmé qu’une solution qui satisfasse les juifs non orthodoxes aurait plus de chances d’être trouvée via des négociations calmes que par des manifestations bruyantes.

Mais les associations pluralistes n’ont pas été convaincues. Elles manifestent contre l’absence de mise en place d’un compromis, accepté le 31 janvier par le cabinet, qui appelle à la construction d’une plate-forme de prières permanente à l’extrémité sud du mur Occidental, en partie dans le parc archéologique Davidson, surnommée l’Arche de Robinson. Il existe pour l’instant deux plate-formes temporaires installées dans deux parties distinctes du parc.

Mardi, Netanyahu a déclaré que « nous sommes un peuple, et nous avons un mur. Oui, c’est notre mur. Et nous avons des problèmes avec le mur maintenant, mais nous travaillons dessus. Moins nous travaillons dessus en public, plus nous parviendrons à une solution », a-t-il déclaré au Conseil des gouverneurs de l’Agence juive, actuellement réuni en Israël.

S’adressant lundi aux dirigeants juifs dans la salle Chagall de la Knesset, Netanyahu n’a pas cité les Femmes du Mur ou une autre association. Il a déclaré que « parfois, les choses demandent de la patience et de la tolérance. Je traite de cela depuis plus de 20 ans maintenant. Je peux vous dire que j’ai de la patience et de la tolérance, et j’espère que vous aussi. »

« La dernière chose dont nous avons besoin pour résoudre ce sujet sensible, alors que le monde dit que nous n’avons rien là-bas, pas de patrimoine, dans un endroit qui a été notre centre spirituel depuis plus de 3 000 ans, la dernière chose dont nous avons besoin, c’est de plus de friction », a déclaré le Premier ministre, en faisant référence à deux résolutions de l’UNESCO, qui ignorent les relations entre le judaïsme et le mont du Temple et le mur Occidental à Jérusalem.

Hoffman a appelé mardi Netanyahu à mettre en place le compromis, déclarant que « nous supposons que la vue de centaines de juifs empêchés d’atteindre le mur Occidental entraînera le Premier ministre à agir. Il est à un cheveu d’une solution historique au conflit du mur Occidental. Cela dépasse l’entendement que M. Netanyahu, qui dénonce toute tentative internationale de délégitimer nos relations historiques au mur Occidental, se tienne entre la communauté juive mondiale et un arrangement équitable pour garantir à chaque juif le droit de prier librement. »

Des militants juifs libéraux entrent au mur Occidental avec des rouleaux de Torah, le 2 novembre 2016. (Crédit : autorisation)
Des militants juifs libéraux entrent au mur Occidental avec des rouleaux de Torah, le 2 novembre 2016. (Crédit : autorisation)

Quand il a été approuvé en janvier, le compromis avait été brandi comme symbole de « l’unité juive » dans la majorité de la Diaspora. Mais quelques jours après son annonce jubilatoire, la décision du cabinet avait attiré la colère des partis ultra-orthodoxes de l’étroite majorité de coalition de Netanyahu.

Ces partis voient la place du mur Occidental comme une synagogue ultra-orthodoxe à ciel ouvert. Sa mise en place est gelée depuis. En mars, le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri, qui dirige le parti ultra-orthodoxe Shas, aurait déclaré que le projet du mur Occidental était « terminé ».

La fondation du patrimoine du mur Occidental, qui dirige le site, ou les députés ultra-orthodoxes qui ont combattu le projet de compromis, n’avaient pas encore réagi mercredi matin.

Pendant le Conseil des gouverneurs de l’Agence juive lundi, Yuli Edelstein, le président de la Knesset, a remercié le public pour ses « apports constructifs » et l’expression de ses « préoccupations légitimes », dont il a promis qu’elles étaient prises au sérieux par le gouvernement israélien.

« Mais, a-t-il ajouté, des pétitions publiques à l’étranger ne permettront pas d’aboutir à une solution. Elles ne font qu’alimenter les manifestations ici, ce qui rend la résolution [du conflit] encore plus difficile. »

Edelstein a appelé les dirigeants juifs à « une nouvelle manière de travailler, différente, pour régler ces sujets difficiles » en tant que famille.

« Une manière de reconnaître et de respecter nos différences, tout en n’attendant pas que quelqu’un change ses sentiments les plus personnels. Il n’est donc pas utile de critiquer les Israéliens pour leur adhésion au judaïsme orthodoxe. Et cela n’aide pas que les Israéliens critiquent les juifs étrangers qui sont réformés ou conservateurs. Quand nous agissons ainsi, nous ne faisons qu’affaiblir les relations entre nous. »

Natan Sharansky, le président de l'Agence juive, s'adresse au Conseil des gouverneurs de l'agence, des dirigeants juifs venus du monde entier, à la Knesset, le 1er novembre 2016. (Crédit : Nathan Roi/Agence juive pour Israël)
Natan Sharansky, le président de l’Agence juive, s’adresse au Conseil des gouverneurs de l’agence, des dirigeants juifs venus du monde entier, à la Knesset, le 1er novembre 2016. (Crédit : Nathan Roi/Agence juive pour Israël)

Le président de l’Agence juive, Natan Sharansky, a déploré qu’il « y ait des personnes dans cette maison [la Knesset] qui refusent à de grandes parties de notre communauté juive une place près du Kotel [le mur Occidental]. C’est une source de frustration. »

Le chef de l’opposition, Isaac Herzog, député de l’Union sioniste, a choisi de ne pas s’opposer à Netanyahu au sujet du compromis du mur Occidental devant les dirigeants réunis pour l’Agence juive.

« Il n’y a pas de différence entre moi et le Premier ministre. Il y a un consensus national sur le besoin de répondre aux demandes de la Diaspora juive, a-t-il déclaré. Cependant, en raison de contraintes politiques, nous devons trouver une solution à l’amiable dès que possible, avant que le Kotel ne devienne un centre de conflits, de souffrance et d’agression, ce qui ne convient pas au peuple juif du tout, et ne détruit que plus d’unité. »

Le bureau du Premier ministre a critiqué la manifestation de mercredi.

« Les violations du statu quo commises ce matin au mur Occidental sapent les efforts que nous menons actuellement pour parvenir à un compromis », a-t-il dit dans un communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...