Rechercher

Des fidèles de Berland réunis devant la prison où il entame une nouvelle peine

Le chef de Shuvu Bonim est incarcéré pour avoir vendu de faux remèdes à des fidèles ; ses partisans ont prié toute la nuit ; les avocats espèrent que la peine sera écourtée

Des fidèles du rabbin Eliezer Berland manifestent devant la prison de Nitzan à Ramle, le 27 octobre 2021 (Roy Alima/Flash90).
Des fidèles du rabbin Eliezer Berland manifestent devant la prison de Nitzan à Ramle, le 27 octobre 2021 (Roy Alima/Flash90).

Un millier de fidèles du rabbin Eliezer Berland, délinquant sexuel condamné, se sont rassemblés devant la prison où il doit arriver jeudi pour purger une nouvelle peine pour fraude, après avoir escroqué des millions de shekels à ses fidèles malades et âgés.

Berland et sa secte extrémiste Shuvu Bonim sont revenus sous les feux de la rampe ce mois-ci avec plusieurs arrestations liées au meurtre présumé d’un adolescent et au meurtre non élucidé d’un homme dans les années 1980 et 1990.

Berland devait entrer en prison jeudi après avoir été reconnu coupable de fraude en juin, dans le cadre d’un accord de plaidoyer qui l’a condamné à 18 mois. La peine comprendra le temps déjà purgé, car Berland a passé un an en prison avant d’être libéré en résidence surveillée en février de cette année.

Berland a été arrêté en février 2020, après que des centaines de personnes ont déposé des plaintes auprès de la police, affirmant qu’il avait vendu des prières et des pilules à des membres désespérés de sa communauté, promis à des familles de personnes handicapées que leurs proches pourraient marcher, et dit à des familles de criminels condamnés que leurs proches seraient libérés de prison.

Lors de l’arrestation, des dizaines de boîtes de poudres et de pilules ont été trouvées au domicile de Berland, données aux fidèles comme des « drogues miracles ». Des contrôles en laboratoire ont révélé qu’il s’agissait d’analgésiques en vente libre et de bonbons, notamment des Mentos.

Au moment de sa condamnation, le juge a déclaré que les infractions de Berland avaient été « commises systématiquement et par cupidité, en profitant des plaignants au moment le plus difficile, en période de crise ».

Rabbi Eliezer Berland se couvrant de son talit au tribunal de Jérusalem où il a été condamné pour actes indécents et voies de fait, le 22 novembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Les partisans de Berland se sont rassemblés devant la prison de Nitzan à Ramle mercredi soir, où ils ont organisé une manifestation et une session d’étude et de prière toute la nuit, entourés d’une forte présence policière.

Les partisans installeront en outre une tente de protestation près de la prison, tandis que les avocats de Berland ont déclaré qu’ils demanderont qu’il soit rapidement libéré pour bonne conduite et coopération, selon le site d’information Walla.

Berland commence sa peine alors que la police semble progresser dans l’enquête sur le meurtre présumé d’un adolescent et le meurtre non résolu d’un homme lié à sa secte, avec l’arrestation de huit suspects, dont le fils d’un ancien ministre.

Des fidèles du rabbin Eliezer Berland manifestent devant la prison de Nitzan à Ramle, le 27 octobre 2021 (Roy Alima/Flash90).

Selon le radiodiffuseur public Kan, les forces de l’ordre cherchent à savoir si Berland était personnellement impliqué dans la disparition et le meurtre présumé de Nissim Shitrit, 17 ans, et dans le meurtre d’Avi Edri, 41 ans.

Shitrit aurait été battu par la « police religieuse » de la secte quatre mois avant d’être vu pour la dernière fois en janvier 1986. Dans un documentaire diffusé par Kan en 2020, l’un des anciens disciples de Berland a déclaré que la police religieuse avait assassiné le garçon, l’avait démembré et avait enterré son corps dans la forêt d’Eshtaol, près de Beit Shemesh. Ses restes n’ont jamais été retrouvés et l’affaire n’a jamais été résolue.

Le deuxième meurtre qui serait lié aux suspects arrêtés est celui d’Edri, retrouvé battu à mort dans la forêt de Ramot, au nord de Jérusalem, en 1990. Kan a rapporté que le meurtre d’Edri était lié à Shuvu Bonim par d’anciens disciples. Cette affaire n’a pas non plus été résolue depuis plus de 30 ans.

Nissim Shitrit (g) et Avi Edri sur des photos non datées (Autorisation)

La branche sectaire de Shuvu Bonim de la secte hassidique Breslev a eu des démêlés répétés avec la justice, notamment en attaquant des témoins.

Berland, son chef, a fui Israël en 2013 sur fond d’allégations selon lesquelles il aurait agressé sexuellement plusieurs fidèles féminines.

Après avoir échappé à l’arrestation pendant trois ans et s’être faufilé dans divers pays, Berland est revenu en Israël et a été condamné à 18 mois de prison en novembre 2016, pour deux chefs d’accusation d’actes indécents et un cas d’agression, dans le cadre d’un accord de plaidoyer qui comprenait sept mois de temps passé en prison. Il a été libéré seulement cinq mois plus tard, en partie en raison de sa mauvaise santé.

Emanuel Fabian a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...