Israël en guerre - Jour 252

Rechercher

Des images des soldats trouvant trois otages dans un appartement de Gaza

Dans la séquence, les agents de l'unité Yamam apparaissent en train de prendre l'assaut du logement à Nuseirat, identifiant Almog Meir Jan, Andrey Kozlov et Shlomi Ziv avant de les faire sortir sous les tirs

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Les otages Almog Meir Jan et Andrey Kozlov secourus par les forces de l'unité Yamam, à Nuseirat, dans le centre de Gaza, le 8 juin 2024. (Crédit : Police israélienne)
Les otages Almog Meir Jan et Andrey Kozlov secourus par les forces de l'unité Yamam, à Nuseirat, dans le centre de Gaza, le 8 juin 2024. (Crédit : Police israélienne)

La police a diffusé, lundi, des images spectaculaires de l’opération qui a permis de secourir samedi trois otages, Almog Meir Jan, Andrey Kozlov et Shlomi Ziv, qui étaient conservés en détention dans le camp de réfugiés de Nuseirat, dans la bande de Gaza. Le raid a été mené par les forces de l’unité anti-terroriste d’élite Yamam, au sein de la police israélienne, et par des agents du Shin Bet.

Sur les vidéos, les hommes de l’unité Yamam prennent d’assaut l’appartement d’Abdallah Aljamal, un terroriste du Hamas qui gardait trois otages en captivité dans son logement.

Les agents entrent dans une pièce où Meir Jan, Kozlov, et Ziv se recroquevillent en entendant les bruits de tirs nourris et d’explosions.

« Hébreu, hébreu, où êtes-vous tous ? », crie un agent de l’unité Yamam en direction des trois hommes. « Là, ils sont là », ajoute un autre membre des forces israéliennes.

« Vos noms, vos noms », dit le premier agent en s’adressant à Meir Jan et Kozlov qui lui répondent en donnant leur identité.

« Nous avons trois otages », déclare l’agent après avoir identifié les trois hommes.

« Tout va bien. Nous sommes venus vous sauver, restez calmes », indique l’argent.

La séquence montre ensuite Meir Jan, Kozlov et Ziv escortés précipitamment hors de la zone par les agents du Shin Bet et de l’unité Yamam sous les tirs.

Un inspecteur en chef de l’unité, Arnon Zmora, a été tué pendant les combats survenus au domicile d’Aljamal. Cette mission délicate de sauvetage a été ultérieurement baptisée « Opération Arnon » en hommage au défunt.

L’armée israélienne a aussi rendues publiques, lundi, de nouvelles images montrant le moment où les trois otages ont été héliportés hors de Gaza.

Dans le clip, les trois hommes embarquent dans l’hélicoptère en direction de l’hôpital Tel Hashomer, qui se trouve dans le centre d’Israël.

La quatrième otage secourue à Nuseirat dans le cadre du raid de samedi, Noa Argamani, a été emmenée par un autre hélicoptère après avoir été sauvée par les forces spéciales dans un bâtiment proche de celui où les trois captifs étaient conservés en détention.

A LIRE : Opération Arnon : Comment les forces spéciales sont parvenues à approcher les otages

Argamani, Meir Jan, Kozlov, et Ziv avaient été kidnappés au festival de musique électronique Supernova, qui était organisé aux abords du Kibboutz Reïm, dans la matinée du 7 octobre – quand une horde de 3 000 terroristes placés sous l’autorité du Hamas avaient franchi la frontière et qu’ils avaient semé la désolation dans le sud d’Israël, massacrant près de 1 200 personnes et prenant en otage 251 personnes dans la bande de Gaza.

Les agents de l’unité anti-terroriste d’élite Yamam au sein de la police israélienne, accompagnés par des agents du Shin Bet, ont lancé samedi lancé une opération simultanée dans deux immeubles de plusieurs étages situés au cœur du camp de réfugiés de Nuseirat, des bâtiments où les quatre otages étaient gardés en détention par des familles proches du Hamas et par des gardes du groupe terroriste, a fait savoir l’armée.

Le service de presse du gouvernement du Hamas a affirmé qu’au moins 274 personnes avaient perdu la vie lors de cette opération, un chiffre invérifiable et qui ne fait pas la différence entre hommes armés et civils.

De son côté, Tsahal a dit avoir tué des civils palestiniens pendant son raid, rappelant que le Hamas était responsable de leur mort dans la mesure où il détenait des otages et où il combattait dans un secteur densément peuplé. « Nous avons connaissance de moins de cent victimes. Je ne sais pas combien d’entre eux étaient des terroristes », a commenté le porte-parole de l’armée, Daniel Hagari, samedi.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.