Des Israéliens arrêtés pour une agression contre un chauffeur de bus arabe
Rechercher

Des Israéliens arrêtés pour une agression contre un chauffeur de bus arabe

Les autorités enquêtent encore sur l'incident mais Salah Abu Jamal, 26 ans, affirme avoir reçu un coup à la tête "avec un objet pointu" de la part d'un passager

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Un bus Dan. Illustration. (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)
Un bus Dan. Illustration. (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)

La police a arrêté deux Israéliens soupçonnés d’avoir agressé un chauffeur de bus palestinien aux abords de l’implantation de Kiryat Arba en Cisjordanie, tôt dans la matinée de dimanche.

Tandis que les autorités ont fait savoir qu’elles enquêtaient encore sur les circonstances qui ont entouré l’incident, le chauffeur de bus, Salah Abu Jamal, a déclaré à la Dixième chaîne qu’un certain nombre de passagers avaient commencé à le harceler dès qu’ils étaient montés dans le bus, et qu’ils avaient dirigé une lampe de poche dans son rétroviseur pour tenter de l’aveugler.

Le groupe d’Israéliens s’était assis juste derrière Jamal et avait commencé à crier et à l’insulter, a raconté cet habitant de Jérusalem-Est âgé de 26 ans.

La police a indiqué dans un communiqué que les Israéliens, âgés de 19 à 21 ans, étaient ivres au moment de l’incident.

« J’ai alors appelé mon superviseur et je lui ai dit que des gens gênaient le voyage et que j’allais donc m’arrêter et stationner sur un parking situé à l’entrée de Kiryat Arba », a expliqué Jamal à la Dixième chaîne.

Le chauffeur a noté avoir tenté de sortir du bus mais avoir été bloqué par l’un des passagers perturbateurs.

« Lorsque je lui ai demandé de bouger, il m’a frappé à la tête avec un objet pointu », s’est-il souvenu.

Jamal a été légèrement blessé et pris en charge au centre médical Shaare Zedek de Jérusalem.

Dans un communiqué, la police a fait savoir que la violence à l’encontre des fournisseurs de service serait traitée avec une « tolérance zéro ». Elle a ajouté que l’enquête sur cet incident survenu au petit matin était en cours.

Au mois d’août, la police avait arrêté deux adolescents de l’implantation de Bat Ayin, au sud de Jérusalem, qui étaient soupçonnés d’avoir agressé des chauffeurs de bus arabes israéliens au cours des mois précédents.

Les suspects avaient été arrêtés alors qu’ils commettaient une autre agression et qu’ils tentaient d’asperger un chauffeur avec un spray au poivre, avait indiqué la police à ce moment-là.

Une déclaration émise par Honenu, une organisation d’aide juridique de droite qui défendait les suspects à l’époque, s’était référée au coup monté qui avait mené à leur arrestation comme à une « provocation ». Honenu avait indiqué que trois bus israéliens avaient été stationnés au milieu de l’implantation pendant une période de temps prolongée pour attirer les suspects alors que des enquêteurs de trouvaient à l’intérieur et vêtus en civil.

L’un des adolescents avait été inculpé pour agression.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...