Des jeunes des implantations filmés jetant des pierres sous le regard de soldats
Rechercher

Des jeunes des implantations filmés jetant des pierres sous le regard de soldats

Dans le même incident, le groupe de défense des droits Yesh Din affirme que l'armée a lancé du gaz lacrymogène sur les Palestiniens, faisant deux blessés par inhalation de fumée

Des soldats israéliens se tiennent prêts alors que des habitants d’implantations israéliens masqués lancent des pierres sur des manifestants palestiniens (non vsisibles) qui se rassemblent lors d'une manifestation contre la construction d'un avant-poste israélien près du village palestinien de Turmusaya et de l’implantation de Shilo, au nord de Ramallah en Cisjordanie, le 17 octobre 2019. (JAAFAR ASHTIYEH/AFP)
Des soldats israéliens se tiennent prêts alors que des habitants d’implantations israéliens masqués lancent des pierres sur des manifestants palestiniens (non vsisibles) qui se rassemblent lors d'une manifestation contre la construction d'un avant-poste israélien près du village palestinien de Turmusaya et de l’implantation de Shilo, au nord de Ramallah en Cisjordanie, le 17 octobre 2019. (JAAFAR ASHTIYEH/AFP)

De jeunes habitants des implantations ont été filmés vendredi après-midi en train de lancer des pierres sur un village palestinien du nord de la Cisjordanie, sous les yeux des soldats de Tsahal, qui ne sont pas intervenus.

Des images du groupe de défense juridique Yesh Din ont montré une demi-douzaine d’Israéliens masqués en train de pilonner des maisons à Burin, près de Naplouse, pendant près de 20 minutes. On peut voir au moins deux soldats passer devant le groupe sans sembler intervenir.

Le groupe de défense des droits de l’homme a déclaré que les habitants des implantations étaient arrivés en provenance de l’avant-poste de Givat Ronen, devenu au fil des ans un foyer de violence ultra-nationaliste.

« A un moment donné, les forces militaires sont arrivées sur les lieux et ont commencé à lancer des gaz lacrymogène sur les Palestiniens qui essayaient de protéger les maisons », a déclaré Yesh Din dans un communiqué, ajoutant que deux enfants avaient été blessés par l’inhalation de fumée et que plusieurs maisons avaient été endommagées par les jets de pierres.

« Comme c’est le cas à certains autres moments de l’année, à la veille du dernier soir de la fête de Souccot, des colons violents ont décidé de semer la terreur auprès des résidents palestiniens des communautés proches de la colonie de Yitzhar », a déclaré le PDG de Yesh Din, Lior Amichai, en référence à une autre ville israélienne en conflit dans le nord de la Cisjordanie. « Cela se produit alors que les soldats se tiennent là sans rien faire, offrant une protection aux émeutiers violents au lieu de les arrêter et de protéger les Palestiniens attaqués dans leurs maisons. »

Plus tôt vendredi, la radio de l’armée a déclaré que les responsables de la défense enquêtaient pour savoir si des pyromanes palestiniens avaient déclenché une partie des incendies survenues dans tout le pays pendant la vague de chaleur étouffante. Les résidents de deux implantations du centre de la Cisjordanie ont été contraints d’évacuer temporairement leurs maisons à cause des flammes.

Le mois dernier, une femme enceinte et trois autres Palestiniens ont été blessés après que des habitants d’implantations israéliens ont jeté des pierres sur la voiture dans laquelle ils voyageaient.

La femme, enceinte de 9 mois, a été gravement blessée, selon l’agence de presse officielle de l’Autorité palestinienne (AP) Wafa, qui a déclaré que l’incident s’était produit près de la ville de Tursmusaya en Cisjordanie.

Cet épisode de violence rappelle un incident similaire survenu en 2018, au cours duquel une mère palestinienne de huit enfants avait été tuée après le jet présumé d’une grosse pierre sur la voiture dans laquelle elle voyageait – une pierre qui avait été jetée par un Israélien de 16 ans.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...