Rechercher

Des milliers de Gazaouis postulent pour des permis de travail en Israël

Un responsable sécuritaire israélien a annoncé que 7 000 permis de travail étaient désormais prévus pour les Gazaouis

Des Palestiniens se rassemblent pour demander des permis de travail en Israël, au camp de réfugiés de Jabalia, dans le nord de la bande de Gaza, le 6 octobre 2021. (Crédit : Mahmud Hams / AFP)
Des Palestiniens se rassemblent pour demander des permis de travail en Israël, au camp de réfugiés de Jabalia, dans le nord de la bande de Gaza, le 6 octobre 2021. (Crédit : Mahmud Hams / AFP)

Des milliers de Palestiniens se sont présentés mercredi devant les chambres de commerce de la bande de Gaza dans l’espoir d’obtenir des permis de travail en Israël, au lendemain de l’annonce par les autorités gazaouies de l’augmentation de leur nombre.

A Jabalia, camp de réfugiés dans le nord de Gaza, de nombreux hommes munis de leurs papiers d’identité ont fait la queue pour ce sésame leur permettant de travailler en Israël, qui rouvre progressivement ses portes à la main d’oeuvre venant de l’enclave palestinienne.

« Il n’y a pas de travail dans la bande de Gaza. Hier, j’ai appris que des travailleurs s’enregistraient pour obtenir des permis », a dit Fathi Abu Nour, un chômeur de 40 ans. « J’espère que les choses iront mieux car la situation est vraiment difficile », a ajouté ce père de cinq enfants.

Le taux de chômage avoisine les 50 % dans la bande de Gaza, territoire palestinien de deux millions d’habitants contrôlé par les terroristes islamistes du Hamas depuis 2007.

Une trêve passée en 2019 entre l’Etat hébreu et le Hamas, négociée sous l’égide de l’Egypte, du Qatar et de l’ONU, prévoyait des milliers de permis de travail en Israël à des Gazaouis, mais la pandémie a ensuite mené à la fermeture pendant des mois de la frontière entre Gaza et Israël.

Après la guerre de 11 jours ayant opposé Israël au Hamas en mai dernier, l’Etat hébreu a progressivement allégé les restrictions sur l’enclave, rouvrant les points de passages, étendant la zone de pêche et autorisant de nouveau l’entrée de certaines marchandises.

Mercredi, un responsable sécuritaire israélien a annoncé à l’AFP que 7 000 permis de travail étaient désormais prévus pour les Gazaouis. En août, environ 5 000 travailleurs et commerçants avaient été autorisés à entrer en Israël.

Pour l’analyste économique palestinien Omar Shaaban, l’octroi des permis de travail permettra de juguler en partie « la crise du chômage et de la pauvreté » dans la bande de Gaza, et pourrait se traduire par des retombées locales de 2,7 millions d’euros par jour si environ 20 000 Gazaouis partent chaque jour travailler en Israël.

Mais « cela dépend grandement du succès des négociations au Caire« , où des pourparlers ont lieu ces dernières semaines avant de s’achever mardi, dans le but d’accoucher d’une trêve durable entre le Hamas et Israël, souligne M. Shaaban.

Le Hamas a fait état mardi soir de « progrès » dans les pourparlers au Caire avec la médiation égyptienne, sans toutefois évoquer d’accord.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...