Israël en guerre - Jour 229

Rechercher

Des ministres accusent Yoav Gallant d’être à l’origine de la vague de terrorisme

À la suite de l'attaque non loin de Hébron, Netanyahu a avancé une réunion du cabinet de sécurité à la semaine prochaine ; Herzog rappelle qu'il faut avoir confiance en l’armée

À gauche, le ministre de la Défense Yoav Gallant, à la Knesset, à Jérusalem, le 30 juillet 2023. À droite, le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir lors d'une réunion avec des officiers de police, à Tel Aviv, le 2 août 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90 ; Avshalom Sassoni/Flash90)
À gauche, le ministre de la Défense Yoav Gallant, à la Knesset, à Jérusalem, le 30 juillet 2023. À droite, le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir lors d'une réunion avec des officiers de police, à Tel Aviv, le 2 août 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90 ; Avshalom Sassoni/Flash90)

Plusieurs ministres d’extrême-droite ont blâmé le ministre de la Défense Yoav Gallant (Likud) pour l’attaque terroriste meurtrière de lundi dans le sud de la Cisjordanie et l’ont exhorté à réimposer des barrages militaires généralisés dans tout le territoire, alors que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a convoqué une réunion du cabinet de sécurité de haut niveau pour la semaine prochaine.

Une Israélienne, Batsheva Nagari, a été tuée par balle et un homme, Aryeh Gottlieb, a été grièvement blessé lors de l’attaque survenue plus tôt dans la journée près de la ville de Hébron, dans le sud de la Cisjordanie. Une enfant de 6 ans, dans le véhicule, n’a pas été blessée.

Les deux personnes, toutes deux âgées d’une quarantaine d’années, ont essuyé des tirs d’un véhicule qui passait sur la Route 60, près de l’embranchement de Beit Hagaï.

La ministre des Implantations et des Missions nationales, Orit Strouk (HaTzionout HaDatit), a blâmé le ministre de la Défense.

« Une nouvelle attaque sanglante a été rendue possible uniquement en raison de l’absence d’une décision nécessaire. Les routes de Judée et de Samarie ne devraient pas être un feu vert pour le terrorisme », a-t-elle déclaré, en utilisant le nom biblique de la Cisjordanie.

« Monsieur le ministre de la Défense, la décision est entre vos mains. Prenez-la avant le prochain attentat », a-t-elle ajouté, indiquant qu’elle souhaitait que les Palestiniens soient soumis à des restrictions de circulation plus importantes.

Des membres des forces de sécurité et des services d’urgence israéliens se tenant sur les lieux d’une fusillade meurtrière près de Hébron, dans le sud de la Cisjordanie, le 21 août 2023. En haut à gauche : Batsheva Nagari, qui a été tuée dans l’attaque. (Crédit : Hazem Bader/AFP ; Autorisation)

Le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, chef du parti d’extrême-droite Otzma Yehudit, a également qualifié la politique de défense actuelle de « trop indulgente ».

Il a demandé qu’une réunion du cabinet de sécurité soit convoquée pour discuter de la réimposition des barrages routiers et du bouclage de certaines villes palestiniennes.

« Nous sommes au milieu d’une vague de terrorisme et notre politique est trop indulgente », a-t-il déclaré.

Le Bureau de Netanyahu a ensuite annoncé qu’une réunion déjà prévue du forum de haut niveau des ministres serait avancée à la semaine prochaine à la suite de l’attaque de lundi, ainsi que d’un autre attentat terroriste meurtrier perpétré samedi, au cours duquel deux Israéliens – un père et son fils – ont été tués par balle dans la ville de Huwara, en Cisjordanie.

La députée Orit Strouk lors d’une marche vers l’avant-poste illégal d’Evyatar, en Cisjordanie, près de Naplouse, le 10 avril 2023. (Crédit : Sraya Diamant/Flash90)

La réunion du cabinet de sécurité était initialement prévue pour le 10 septembre.

Une source du cabinet du Premier ministre a affirmé au site d’information Walla que la décision n’avait rien à voir avec la demande de Ben Gvir de convoquer instamment le forum de haut niveau.

Par ailleurs, Walla a cité un haut fonctionnaire anonyme du Likud qui a fustigé Strouk et Ben Gvir pour leurs critiques.

« Ben Gvir et Strouk veulent une opération militaire avec 150 soldats morts », a déclaré le fonctionnaire.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu présidant une réunion du cabinet, au Bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 17 juillet 2023. (Crédit : Marc Israel Sellem/POOL)

« Ce sont des extrémistes irresponsables qui ne comprennent rien à la sécurité et qui se comportent comme des enfants qui ne savent pas comment calmer leurs ardeurs. Les extrémistes du gouvernement surfent sur le sang des victimes pour faire de la petite politique [de bas étages] ».

Le président Isaac Herzog a semblé mettre en garde contre les attaques d’auto-défense des résidents d’implantations et a déclaré qu’il fallait soutenir « uniquement » Tsahal et les forces de sécurité à la suite de l’attentat.

Ces derniers mois, plusieurs attaques terroristes ont été suivies de saccages par des résidents d’implantations extrémistes dans des villes palestiniennes.

« Le peuple d’Israël a toujours su être uni, déterminé et responsable, et soutenir Tsahal et les forces de sécurité – et elles seules – dans notre lutte constante et sans compromis contre le terrorisme », a déclaré Herzog.

Le président Isaac Herzog, à Jérusalem, le 14 juin 2023. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Cependant, le député Yitzhak Kroizer (Otzma Yehudit) a appelé à la « vengeance », ajoutant que « le sang juif n’est pas bon marché ».

Le député Ohad Tal (HaTzionout HaDatit) a déclaré que le gouvernement de droite radicale, loué par ses partisans comme un « gouvernement de droite totale », avait besoin d’un « examen de conscience ».

Yisrael Lior, le beau-frère de l’homme qui a été grièvement blessé dans l’attentat, s’est adressé à Netanyahu via les médias. « Il y a une nation qui veut nous expulser, et il est temps de riposter. Le meurtrier doit être expulsé ainsi que ses collaborateurs et toute leur famille élargie. Il faut leur interdire l’accès à toutes les routes où ils nous ont fait du mal. »

Gallant devait tenir une réunion d’évaluation avec les hauts responsables de l’armée et de la défense plus tard dans la journée de lundi, a indiqué son bureau.

Les forces de sécurité israéliennes à l’entrée de la ville de Hébron, en Cisjordanie, après la fusillade meurtrière sur la Route 60, le 21 août 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

Nagari, la victime de l’attentat, était mère de trois enfants et enseignante de maternelle dans l’implantation de Beit Hagaï, en Cisjordanie, et ancienne résidente d’Efrat.

Une jeune fille de 12 ans, a priori la fille de Nagari, et qui se trouvait dans la voiture lors de l’attaque, n’a pas été blessée, ont indiqué les secouristes.

Le véhicule a été touché par au moins 22 balles, et trois autres impacts de balles ont été trouvés à proximité, selon l’enquête initiale de l’armée.

Les soldats israéliens qui se trouvaient à un poste proche ont entendu des coups de feu mais n’ont pas immédiatement identifié qu’un attentat était en cours. Lorsque les troupes sont arrivées sur les lieux, les terroristes s’étaient enfuis, selon l’enquête préliminaire.

Tsahal a déclaré avoir lancé une chasse à l’homme pour retrouver les terroristes et avoir fermé un certain nombre de routes dans la région. L’armée a encerclé Hébron et interrogé les Palestiniens qui entraient et sortaient de la ville.

Les forces de sécurité ont ensuite trouvé un véhicule incendié près de la ville palestinienne de Halhul, qui correspondait apparemment à la description de la voiture des terroristes.

Les médias israéliens ont indiqué que Nagari et sa fille avaient fait du stop avec Gottlieb.

Les groupes terroristes du Hamas et du Jihad islamique palestinien ont salué l’attentat comme une réponse à l’expansion des implantations israéliennes en Cisjordanie, mais sans la revendiquer.

Cet attentat a eut lieu deux jours après qu’un terroriste palestinien a tué deux Israéliens, un père et son fils, alors qu’ils faisaient des courses dans la ville de Huwara, en Cisjordanie. Shay Silas Nigreker, 60 ans, et son fils de 28 ans, Aviad Nir, ont été abattus dans une station de lavage-auto samedi après-midi. Ils ont été inhumés dimanche.

La violence s’est intensifiée en Cisjordanie au cours des dix-huit derniers mois, avec une augmentation des tirs palestiniens contre des civils et des soldats israéliens, des arrestations quasi-quotidiennes par l’armée et une recrudescence des attaques de résidents d’implantations extrémistes contre des Palestiniens.

Emanuel Fabian a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.