Rechercher

Dissolution probable de la Knesset mercredi, pour déjouer les plans de l’opposition

Initialement prévu la semaine prochaine, le vote sera anticipé afin d'entraver la tentative du Likud e former un gouvernement alternatif sans passer par les urnes

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett, à gauche, annonce la chute de son gouvernement de coalition lors d’une déclaration conjointe avec le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid, à la Knesset, le 20 juin 2022. (Crédit : AP Photo/Maya Alleruzzo)
Le Premier ministre israélien Naftali Bennett, à gauche, annonce la chute de son gouvernement de coalition lors d’une déclaration conjointe avec le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid, à la Knesset, le 20 juin 2022. (Crédit : AP Photo/Maya Alleruzzo)

La coalition pourrait avancer à mercredi la date du vote prévu pour la dissolution de la Knesset, dans le but de déjouer les projets de l’opposition de former un gouvernement alternatif, a déclaré lundi soir un porte-parole du président de la Knesset, Mickey Levy, au Times of Israel.

Le Premier ministre Naftali Bennett et le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid avaient précédemment annoncé, lundi, ne plus être en mesure de maintenir la coalition et soumettre un projet de loi, la semaine suivante, pour dissoudre la Knesset.

Ils auraient manifestement décidé, lundi soir, d’avancer la date du vote.

Les médias israéliens évoquent la crainte du gouvernement actuel que le chef de l’opposition, Benjamin Netanyahu, ne mette à profit la semaine de délai pour tenter de s’assurer le soutien des membres mécontents de la coalition et former un gouvernement alternatif, sans avoir besoin de passer par les urnes.

L’opposition pourrait en effet substituer son gouvernement à l’actuelle coalition au moyen d’une procédure législative complexe, connue sous le nom de motion de censure constructive.

Tout laisse à penser que le Likud de Netanyahu fait en sorte de réunir les soutiens nécessaires à cette motion, susceptible de le ramener au pouvoir sans nouveau scrutin.

Aujourd’hui, l’opposition est forte de 55 sièges issus du bloc religieux de droite du Likud et de six autres partis de la Liste arabe unie, qui ne soutiendra pas un gouvernement dirigé par Netanyahu.

Le leader de l’opposition et le chef du parti du Likud, Benjamin Netanyahu, lors d’une déclaration aux médias à la Knesset, à Jérusalem, le 20 juin 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Il n’est pas impossible que le bloc dirigé par le Likud cherche à s’assurer le soutien des membres de droite de la coalition actuelle. Le gouvernement a en effet perdu sa majorité à la défaveur de députés renégats de la coalition, qui pourraient être tentés -ainsi que d’autres- de rester députés.

Des députés du parti Yamina de Bennett, parmi lesquels Abir Kara, se sont dits favorables à la formation d’un gouvernement de droite au sein de l’actuelle Knesset. Le parti Tikva Hadasha de Gideon Saar aurait été en pourparlers avec le Likud, ce mois-ci, mais le refus de l’opposition de soutenir son projet de loi sur les implantations aurait nui aux négociations.

Les membres de Yamina et de Tikva Hadasha redoutent un possible retour aux urnes, susceptible d’offrir à leurs opposants toute latitude pour dénoncer leur partenariat avec les Arabes et forces de gauche du gouvernement actuel, et les priver au final d’un retour à la Knesset.

Le Premier ministre Naftali Bennett (G) et le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid lors d’une conférence de presse conjointe à la Knesset, annonçant l’effondrement de leur coalition, le 20 juin 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/FLASH90)

Une fois la Knesset dissoute, Lapid devrait, conformément à l’accord de coalition initial, prendre la charge de Premier ministre de transition jusqu’à la nomination d’un nouveau gouvernement. Bennett deviendrait Premier ministre suppléant, poste actuellement occupé par Lapid, et responsable des « questions iraniennes », ont précisé les médias israéliens.

Compte tenu des contraintes légales et des jours fériés, de nouvelles élections pourraient se tenir fin octobre, peut-être le 25.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...