Documentaire : Quand Dan Geva répond à Chris Marker, 60 ans plus tard
Rechercher

Documentaire : Quand Dan Geva répond à Chris Marker, 60 ans plus tard

Chris Marker, de son vrai nom Christian Bouche-Villeneuve, souhaitait que son documentaire 'Description d'un combat' connaisse une suite. 60 ans plus tard, Dan Geva exhausse son vœu

Chris Marker semblait craindre ce court-métrage qu’il a lui-même réalisé en 1960 dans les rues de Haïfa.

Si, dans La Jetée puis dans Descriptions d’un combat, le réalisateur exprime des interrogations sur la capacité d’Israël à poursuivre le projet socialiste, ainsi que les dangers du nationalisme, comme le rappelle Télérama, perce surtout l’amour et la fascination qu’il porte au petit pays, à travers ces images tournées 12 ans après la déclaration d’indépendance.

Comme lorsqu’il explique, en filmant une jeune fille devant une table à dessiner qu’elle « ne sera jamais la prochaine Anne Franck ».

Mais à l’instar de Serge Gainsbourg qui a interdit la diffusion du Sable d’Israël après son enregistrement de peur d’être trop vite catégorisé, Chris Marker s’est longtemps opposé à la diffusion de ce court-métrage : il lui importait de « faire oublier des enthousiasmes de jeunesse ».

Marqué à vie par sa première vision du documentaire, Dan Geva, qui a grandi dans les rues filmées par Marker est parti à la recherche des personnages filmés en 1960, explique Télérama.

« A commencer par la jeune fille qui dessine à la toute fin du film et qui symbolise clairement l’avenir d’Israël. Lorsque j’ai retrouvé sa trace à Londres, loin de Haïfa où il l’avait filmée, dans ce pays qui entretient un rapport si particulier avec l’histoire israélienne, je me suis dit que Dieu m’aimait, car je tenais mon film ! »

Résultat : « Description d’un souvenir, un documentaire de Dan Geva, commercialisé par Tamasa Diffusion, qui se veut une suite au ‘Description d’un combat’ de Chris Marker qui l’appelait de ses vœux. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...