Rechercher

Echange téléphonique Bennett/Zelensky après la proposition d’un sommet en Israël

Les dirigeants se sont entretenus pendant plus d'une heure ; le ministre de la Défense ukrainien a averti que la réticence d'Israël à prendre parti pourrait nuire aux liens futurs

A gauche, le Premier ministre israélien à Jérusalem, et 6 mars 2022 et à droite, pe président ukrainien Volodymyr Zelenskyy s'exprime en Ukraine, le 12 mars 2022. (Crédit :  Ronen Zvulun/Pool via AP; Ukrainian Presidential Press Office via AP)
A gauche, le Premier ministre israélien à Jérusalem, et 6 mars 2022 et à droite, pe président ukrainien Volodymyr Zelenskyy s'exprime en Ukraine, le 12 mars 2022. (Crédit : Ronen Zvulun/Pool via AP; Ukrainian Presidential Press Office via AP)

Le Premier ministre Naftali Bennett s’est entretenu par téléphone avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans la soirée de samedi, a dit le bureau du Premier ministre.

Selon le bureau, la conversation a duré plus d’une heure et elle a été consacrée « aux moyens qui seront à mettre en œuvre pour mettre un terme aux combats en Ukraine et sur les efforts livrés par Israël à cet égard ».

Dans un tweet, Zelensky a déclaré : « Nous avons parlé de l’agression russe et des perspectives de négociation de paix. Nous devons cesser les répressions contre les civils : j’ai demandé une aide pour obtenir la libération du maire de Melitopol qui a été capturé et celle d’autres personnalités locales ».

Cet entretien téléphonique a eu lieu après que Zelensky a indiqué avoir proposé à Bennett que des négociations de cessez-le-feu entre l’Ukraine et la Russie aient lieu à Jérusalem, disant que l’État juif pouvait tenir « un rôle important » dans les initiatives prises pour mettre un terme à la guerre.

La Douzième chaîne a cité des sources gouvernementales non-identifiées qui ont déclaré que le président russe Vladimir Poutine « réfléchit à cette proposition », mais qu’il serait « prématuré d’évaluer ses chances de réussite ».

Les deux hauts-responsables se sont entretenus à de multiples reprises depuis l’invasion du pays par la Russie. Bennett a aussi parlé à plusieurs occasions avec Poutine et, samedi dernier, il a fait le déplacement au Kremlin pour le rencontrer – il a été le premier leader à le faire depuis le début de l’offensive russe en Ukraine.

Les détails des efforts de médiation israéliens restent opaques. Samedi, un haut-conseiller de Zelensky a démenti des informations qui avaient fait savoir qu’Israël avait demandé au dirigeant ukrainien d’accepter une proposition de Poutine qui aurait amené Kiev à faire des concessions significatives en échange de la fin de l’invasion russe.

Les responsables israéliens ont fait savoir que Jérusalem n’avait pas pris parti, et que le pays n’avait pas encore avancé une proposition de cessez-le-feu. Ils ont noté que le rôle de Bennett avait été plutôt de clarifier les positionnements des deux parties et de les faire connaître clairement à chacune d’entre elles, ainsi qu’aux autres acteurs internationaux – et cela grâce aux bonnes relations entretenues par Israël avec les deux nations.

Zelensky a déclaré samedi que des immigrants ukrainiens se trouvaient parmi les fondateurs d’Israël « qui ont apporté avec eux leur histoire et leur désir de construire un grand pays, tel qu’il l’est devenu aujourd’hui. Ce n’est donc pas une mauvaise chose du tout pour nous d’avoir une telle médiation ».

« Nous soutenons les initiatives de médiation prises par n’importe qui en général », a-t-il déclaré lors d’une question sur le rôle potentiel d’Israël qui avait été posée par un journaliste de Haaretz. « Mais je n’appellerai pas le Premier ministre Naftali Bennett ‘n’importe qui’. Vous pouvez jouer un rôle important parce qu’Israël est un pays avec une histoire riche ».

Zelensky a ajouté qu’il avait dit à Bennett qu’il ne pensait pas que des pourparlers pourraient avoir lieu en Russie, en Ukraine ou en Biélorussie. « Ce ne sont pas des endroits où nous pourrons trouver un accord sur la fin de la guerre – je ne parle pas de rencontres techniques mais bien de rencontres entre dirigeants. En revanche, Israël pourrait être un endroit approprié, en particulier Jérusalem. Je le pense et je l’ai confié à Bennett ».

Il y a eu de nombreux soubresauts apparents dans les relations entretenues par Kiev avec Jérusalem, ces derniers jours – l’Ukraine saluant à certains moments les efforts diplomatiques et humanitaires apparents de l’États juif et critiquant avec force, à d’autres moments, la réticence du pays à faire davantage.

Nouvel exemple de ces soubresauts samedi, le ministre ukrainien de la Défense Oleksii Reznikov a averti que l’absence de positionnement clair contre l’invasion russe pourrait nuire aux liens entre Kiev et Jérusalem dans les prochaines années.

Le ministre de la Défense ukrainien Oleksii Reznikov arrive lors des pourparlers entre les délégations d’Ukraine et de Russie suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie dans la région biélorusse de Brest, le 3 mars 2022. (Crédit : Maxim Guchek/Belta/AFP)

« Israël montre un détachement et une réticence inexpliqués à se positionner face à la guerre en Ukraine », a-t-il dit dans une vidéo partagée sur les réseaux sociaux.

« Cela entraînera un manque de confiance croissant pendant de nombreuses années à venir parce que nous allons l’emporter, sans aucun doute et avec ou sans vous », a-t-il ajouté.

« Ce que vous pouvez faire ? Vous êtes très influent dans le monde et dans votre région », a-t-il continué. « Vous pouvez exprimer votre positionnement de manière plus active ».

L’appel entre Bennett et Zelensky a aussi eu lieu alors que l’ambassade d’Ukraine, au sein de l’État juif, a fait appel devant la Haute cour de justice contre les politiques gouvernementales limitant l’entrée des réfugiés ukrainiens qui fuient l’invasion russe, affirmant que ces limitations contreviennent aux accords internationaux conclus entre les nations ainsi qu’aux conventions internationales signées par l’État juif et qu’elles n’ont pas été adoptées avec l’autorité appropriée.

L’ambassadeur en Ukraine en Israël Yevgen Korniychuk, lors d’une conférence de presse sur la guerre entre la Russie et l’Ukraine à Tel Aviv, le 11 mars 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni‎‏/Flash90)

Israël entretient de bonnes relations avec l’Ukraine et avec la Russie et le pays s’est efforcé d’utiliser ce positionnement pour négocier un accord. Depuis l’invasion de l’Ukraine le 24 février, Israël s’est abstenu de condamner trop ouvertement l’offensive lancée par la Russie, soulignant les liens solides qui l’unissent tant à Moscou qu’à Kiev. Bennett s’est gardé de blâmer directement la Russie pour le conflit, même si le ministre des Affaires étrangères, Yair Lapid, n’a de son côté pas mâché ses mots pour dénoncer l’invasion.

L’Ukraine aurait demandé à l’État juif plus de soutien depuis le lancement de l’offensive russe. Mais Israël a cherché à éviter de mettre en colère la Russie, qui a une présence forte en Syrie où l’armée israélienne entreprend des initiatives militaires contre les groupes liés à l’Iran.

Selon un reportage qui a été diffusé vendredi par la Douzième chaîne, Israël aurait commencé à réfléchir aux demandes ukrainiennes concernant la mise à disposition de certains équipements défensifs, comme des casques ou des gilets pare-balles.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...