Israël en guerre - Jour 144

Rechercher
LES VICTIMES DES MASSACRES DU HAMAS DU 7/10/2023

Eden Ben Rubi, 23 ans : Artiste, l’âme des fêtes qui vivait intensément « chaque moment »

Elle a été assassinée par les terroristes du Hamas aux abords du site où était organisée la rave-party Supernova, le 7 octobre

Eden Ben Rubi (Crédit : Facebook)
Eden Ben Rubi (Crédit : Facebook)

Eden Ben Rubi, une Israélienne d’origine grecque âgée de 23 ans qui vivait à Rishon Lezion, a été assassinée par les terroristes du Hamas alors qu’elle assistait au festival de musique électronique Supernova, le 7 octobre.

Elle avait fui la rave-party quand les tirs de roquette en provenance de la bande de Gaza avaient commencé et elle s’était mise en sécurité dans un abri antiaérien, en bord de route, où elle a été tuée par les terroristes du Hamas qui avaient ouvert le feu à l’intérieur et lancé des grenades. Son petit ami, Ariel Biton, avait également perdu la vie ce jour-là.

Eden a été inhumée le 11 octobre à Rishon Lezion. Elle laisse derrière elle ses parents, Meirav et Uzi et son petit frère Roei.

Elle avait vu le jour à Thessalonique et elle passait tous ses étés en Grèce quand elle était petite fille. Ses amis et sa famille se souviennent d’une jeune femme pleine de vitalité qui adorait les fêtes et être au centre de l’attention, qui se faisait des amis partout où elle évoluait et qui était une dessinatrice et une artiste de talent.

Son ami proche, Sagiv Barazani, a déclaré lors d’un reportage en hommage à la défunte, sur la Treizième chaîne, que « je ne sais pas par où commencer pour parler d’Eden, cette fille que tout le monde voulait avoir dans son entourage. Cette fille qui voulait toujours faire quelque chose. Qui adorait sortir et qui adorait la vie à cent à l’heure ».

« Tu avais un cœur énorme. On savait que tu étais quelqu’un de particulier, que tu étais Eden, tout simplement », a-t-il ajouté devant les caméras. « Nous étions amis depuis si longtemps que j’ai commencé à me rendre compte que je ne me souvenais plus d’avoir vécu sans toi… J’avais tellement de rêves qui impliquaient ta présence, en duo… Nous avions tellement de projets et ces projets devaient se faire avec toi uniquement. Parce que tu étais la meilleure amie que j’avais dans ce monde ».

Son amie Stav Nurieli a indiqué à un site d’information grec qu’Eden « adorait la musique, peindre, elle adorait les tatouages. Elle était drôle et elle était remplie d’amour face au monde. Mes meilleurs souvenirs avec elle, c’est quand nous avons été ensemble au camp pendant dix ans. Nous étions cheffes d’équipe, nous dormions ensemble… ‘Peace and Love’, c’est ce que dirait Eden aujourd’hui si elle était encore là ».

Son oncle, Lior Shikva Assia, a écrit sur les réseaux sociaux que si Eden était sa nièce, il pensait toujours à elle « comme à une petite sœur. Comme à une âme sœur, à celle qui gardait tous mes secrets. Mon Edena. Tu m’as laissé avec un cœur déchiré à qui tu manques déjà ».

Lior a aussi écrit plus tard que « quand je pense au fait que mes enfants entendront un si grand nombre d’histoires au sujet d’Eden (parce qu’il y a tant de choses à dire), ça me tue de me dire qu’ils ne la connaîtront pas… Avec la souffrance, la tristesse, les pensées, le manque et Dieu sait quelle autre émotion qui nous assaille jour après jour en ce moment, je suis sûr, je sais qu’Eden voudrait qu’on prenne du plaisir ».

Son jeune frère, Roei, a confié à la chaîne publique Kan qu’Eden « était le cœur de notre foyer, vraiment, c’est tellement dur maintenant… Eden était quelqu’un qui adorait la vie, qui adorait chaque moment de sa vie, elle savait comment les vivre au mieux. Elle se moquait bien de ce que les gens disaient d’elle : elle était elle-même, c’est tout. »

Sa mère Meirav a écrit sur les réseaux sociaux que « dès un très jeune âge, il s’est avéré qu’Eden était très douée en dessin… Eden peignait sur des toiles de différentes tailles et elle avait développé une ligne de produits en dessinant sur différents objets, des dessins en lien avec l’océan et avec la nature – sur des planches de surf, sur des planches de paddle, sur des jardinières… » Sa mère a noté qu’elle faisait aussi de la peinture sur visage et des tatouages.

« Le moteur d’Eden était de faire l’expérience du monde, d’être entourée par sa famille et par ses amis », a-t-elle ajouté. « Elle adorait voyager à travers Israël et elle aimait encore davantage prendre un avion pour partir explorer le monde. Elle aimait la nature et en particulier, elle aimait le soleil, les lumières de l’aube et du crépuscule ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.