En partant pour l’Inde, Netanyahu critique la « presse hostile »
Rechercher

En partant pour l’Inde, Netanyahu critique la « presse hostile »

Le Premier ministre s'attend à ce que les médias israéliens ne couvrent pas comme ils le devraient son voyage d'une semaine, et se dit choqué par les critiques concernant son fils

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son épouse Sara embarquent pour l'Amérique latine le 10 septembre 2017. (Raphael Ahren / Times of Israel)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son épouse Sara embarquent pour l'Amérique latine le 10 septembre 2017. (Raphael Ahren / Times of Israel)

Quittant le pays samedi soir pour une visite d’une semaine en Inde, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a fustigé les médias israéliens pour leur couverture « moralisatrice » d’un récent scandale impliquant des enregistrements de son fils lors d’une soirée dans des clubs de striptease. Il a également critiqué par avance la « presse hostile » en pressentant qu’elle ne rende pas suffisamment compte du voyage.

Depuis le tarmac de l’aéroport de Ben Gurion, Netanyahu a fait une brève déclaration au sujet du voyage avant de prendre les questions des dizaines de journalistes qui l’accompagnent.

« Lors de cette visite, j’ai l’intention de renforcer davantage les relations bilatérales. Cette visite est l’occasion de renforcer la coopération économique, la sécurité, la technologie et le tourisme », a-t-il déclaré.

« Le Premier ministre indien Modi est un ami proche d’Israël et de moi-même et j’apprécie le fait qu’il m’accompagnera pour de longues parties de ma visite. »

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi Yair Netanyahu, qui devait initialement accompagner ses parents lors de la visite officielle, resterait en Israël, Netanyahu visiblement agacé se lança dans une critique de la polémique autour de son fils.

« Ma femme et moi sommes les parents d’un jeune fils qui aime l’État d’Israël de toutes ses forces », a-t-il déclaré à propos de son fils de 27 ans. « Je voudrais que vous réfléchissiez à ce que vous ressentiriez si [la presse] piétinait vos enfants avec une cruauté sans faille. »

Le Premier ministre a déclaré qu’il n’adressait pas seulement ses commentaires aux médias, « mais aussi aux personnalités publiques qui ont été moralisatrices et hypocrites ».

Néanmoins, a continué Netanyahu, « de nombreux citoyens ont montré un soutien chaleureux à Yair et à nous-mêmes. »

« Il est particulièrement touchant de voir de tels témoignages d’humanité, et je tiens à vous dire à quel point nous l’apprécions », a-t-il déclaré. « Vous nous donnez beaucoup de force pour continuer. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...