Israël en guerre - Jour 189

Rechercher

Erdogan à Raissi : Le monde islamique doit s’unir contre les attaques israéliennes

Les commentaires, faisant suite aux heurts à la mosquée Al-Aqsa, représentent un défi pour les liens diplomatiques récemment rétablis entre Jérusalem et Ankara

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, à gauche, et son homologue iranien Ebrahim Raissi se serrant la main à l'issue de leur conférence de presse conjointe au palais de Saadabad, à Téhéran, en Iran, le 19 juillet 2022. (Crédit : AP Photo/Vahid Salemi)
Le président turc Recep Tayyip Erdogan, à gauche, et son homologue iranien Ebrahim Raissi se serrant la main à l'issue de leur conférence de presse conjointe au palais de Saadabad, à Téhéran, en Iran, le 19 juillet 2022. (Crédit : AP Photo/Vahid Salemi)

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré à son homologue iranien Ebrahim Raissi, lors d’un appel téléphonique vendredi, que « le monde islamique devrait être uni contre les attaques d’Israël en Palestine », a informé son bureau.

Ces propos surviennent dans un contexte d’escalade de la violence en Israël, en Cisjordanie et à Gaza, déclenchée par des affrontements entre les forces de sécurité israéliennes et des émeutiers musulmans à la mosquée Al-Aqsa, qui se trouve sur le site du mont du Temple, point névralgique de la Vieille Ville de Jérusalem. Son appel à l’Iran, l’ennemi juré d’Israël, risque de remettre en question les liens récemment rétablis entre Jérusalem et Ankara.

Depuis ces affrontements, le groupe terroriste palestinien du Hamas, qui entretient des liens étroits avec la Turquie, a tiré des dizaines de roquettes sur Israël depuis la Bande de Gaza et des bases situées au Liban voisin, déclenchant des raids de représailles de la part d’Israël.

Mardi, la police a déclaré avoir pénétré dans Al-Aqsa après que de jeunes émeutiers palestiniens, dont certains portant des masques, se sont barricadés à l’intérieur de la mosquée située au sommet du mont du Temple avec des pétards, des gourdins et des pierres, et ont refusé de sortir pacifiquement. Les policiers pensaient apparemment que le groupe avait l’intention d’agresser les Juifs qui se rendaient sur le mont à l’occasion de Pessah.

Une vidéo montrant des policiers frappant apparemment des émeutiers palestiniens dans la mosquée est devenue virale et a suscité l’indignation du monde musulman. La police a répondu qu’elle avait essuyé des tirs directs.

« Soulignant que le bon sens devait prévaloir pour éviter une nouvelle spirale de violence, Erdogan a déclaré qu’il serait bénéfique de prendre des initiatives pour guider toutes les parties vers le bon sens », a indiqué le communiqué turc, sans fournir plus de détails.

La police israélienne frappant des émeutiers palestiniens à l’intérieur de la mosquée al-Aqsa de Jérusalem dans la nuit du 5 avril. (Crédit : Capture d’écran Twitter, utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur le droit d’auteur)

Erdogan a également demandé à Raissi de « poursuivre conjointement les efforts sur les plate-formes internationales, en particulier au sein de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) et de l’ONU, pour préserver le statut des lieux saints », selon son bureau.

« Erdogan a déclaré qu’il était important de faire preuve d’unité, en particulier face à des actes récents tels que l’incendie du saint Coran dans des villes européennes. »

Cette prise de position représente un changement apparent pour Erdogan, qui, au cours de l’année écoulée, a mené une politique qui a permis à la Turquie de resserrer ses liens avec Israël. Au cours de cette période, les responsables turcs ont toutefois prévenu que la détérioration de la situation israélo-palestinienne entraînerait des tendances similaires dans les liens entre Jérusalem et Ankara.

La Turquie a d’ailleurs prévenu que les affrontements d’Al-Aqsa pourraient avoir un impact sur les liens avec Israël.

« La Turquie ne peut rester silencieuse face à ces attaques. Profaner la mosquée Al-Aqsa est notre ligne rouge », a déclaré Erdogan lors d’un dîner d’iftar organisé mercredi à l’intention des personnes rompant le jeûne, une pratique du ramadan.

« Les Palestiniens ne sont pas seuls », avait-il ajouté.

La police marchant dans l’enceinte de la mosquée Al-Aqsa, après que des affrontements ont éclaté pendant le ramadan, à Jérusalem, le 5 avril 2023. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Les commentaires de Erdogan font suite aux critiques formulées précédemment par son ministre des Affaires étrangères, Mevlüt Cavusoglu.

« Nous condamnons ces attaques », avait déclaré Cavusoglu en marge d’une réunion de l’OTAN à Bruxelles.

« La normalisation avec Israël a commencé, mais notre engagement ne peut se faire au détriment de la cause palestinienne et de nos principes », avait-il ajouté, notant que « ces attaques ont dépassé les limites ».

Israël a tenté d’atténuer l’impact des affrontements sur les liens avec la Turquie et les pays arabes.

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Eli Cohen, s’est entretenu avec Cavusoglu plus tôt dans la journée de vendredi. « Dans le cadre des activités intensives du ministre des Affaires étrangères Eli Cohen avec ses collègues au Moyen Orient et dans le monde entier, Cohen s’est entretenu aujourd’hui par téléphone avec le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu afin de calmer les tensions et d’envoyer un message à l’organisation terroriste du Hamas selon lequel Israël réagira fermement à la poursuite du terrorisme et de la violence », a déclaré le ministère des Affaires étrangères.

Le Hamas est connu pour ses liens étroits avec le gouvernement turc, qui accueille depuis longtemps des responsables du groupe terroriste sur son sol ; Israël utilise souvent cette relation pour faire passer des messages au Hamas.

Des soldats israéliens marchant à côté d’une banque endommagée par une roquette interceptée tirée depuis le Liban et qui a atterri à Shlomi – la succursale était fermée pour Pessah – dans le nord d’Israël, près de la frontière libanaise, le 6 avril 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP)

« Israël répondra fermement à toute tentative de nuire aux citoyens israéliens ; le Hamas est responsable de la dernière escalade – sur le mont du Temple, à Gaza et au Liban – et le Hamas paiera le prix des récents événements ; Israël est attaché au statu quo sur le mont du Temple et à la liberté de culte à Jérusalem pour toutes les religions », a déclaré le ministère.

Les médias israéliens ont rapporté que le président Isaac Herzog essayait également de programmer un appel avec Erdogan, qui aurait probablement lieu samedi.

Herzog a joué un rôle clé dans le rétablissement des liens entre Jérusalem et Ankara, sa visite en Turquie l’année dernière ayant ouvert la voie au retour des ambassadeurs.

De son côté, le ministère des Affaires étrangères du Qatar a indiqué vendredi dans un communiqué qu’il « condamne fermement l’agression israélienne dans la Bande de Gaza et au Sud-Liban ».

« Le ministère des Affaires étrangères tient Israël pour seul responsable de l’aggravation du cycle de la violence », a-t-il déclaré, citant le passage à tabac par la police israélienne d’émeutiers palestiniens sur le mont du Temple et dans l’enceinte de la mosquée Al-Aqsa, trois jours plus tôt. Doha « souligne également la nécessité pour la communauté internationale d’agir de toute urgence » pour inciter Israël à mettre fin à ses actions, a ajouté le ministère des Affaires étrangères, qui a appelé à la création d’un État palestinien sur les lignes d’avant 1967.

Aussi, vendredi, l’Égypte s’est dite « très préoccupée » par l’escalade sécuritaire des dernières 48 heures, depuis que la police israélienne a, selon Le Caire, « pris d’assaut la mosquée Al-Aqsa et attaqué les fidèles ». « Toutes les parties doivent faire preuve de la plus grande retenue et répondre de manière responsable aux efforts visant à rétablir le calme afin d’épargner à la région de nouvelles violences », a déclaré le porte-parole du ministère égyptien des Affaires étrangères, Ahmed Abu Zeid.

Jacob Magid a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.