Israël en guerre - Jour 144

Rechercher

Gaza : L’armée de l’Air riposte ; 350 personnes arrêtées lors des heurts à Al-Aqsa

L'armée affirme avoir frappé une usine d'armement et un entrepôt du Hamas ; des policiers ont pénétré dans la mosquée et se sont battus avec des émeutiers au cours de la nuit

De la fumée s’élevant au-dessus des bâtiments de la ville de Gaza après que Tsahal a frappé l'enclave palestinienne à la suite de tirs de roquettes contre des villes israéliennes, le 5 avril 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)
De la fumée s’élevant au-dessus des bâtiments de la ville de Gaza après que Tsahal a frappé l'enclave palestinienne à la suite de tirs de roquettes contre des villes israéliennes, le 5 avril 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

L’armée de l’Air israélienne a frappé des cibles du groupe terroriste palestinien du Hamas dans la Bande de Gaza mercredi matin après qu’un barrage de roquettes a été tiré sur les villes israéliennes voisines depuis l’enclave aux premières heures de la journée, dans un contexte de flambée de violence sur le mont du Temple à Jérusalem, alors que le ramadan coïncide cette année avec la fête de Pessah.

Selon Tsahal, les frappes ont visé une usine d’armement et un entrepôt d’armes appartenant au groupe terroriste. Les médias ont indiqué que les roquettes avaient été tirées par le groupe terroriste du Jihad islamique palestinien, mais l’armée israélienne tient le Hamas pour responsable de toutes les attaques émanant du territoire qu’elle gouverne.

Les tirs de roquettes ont eu lieu après que des affrontements ont éclaté entre la police israélienne et des Palestiniens à l’intérieur de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem pendant la nuit. La police a déclaré qu’elle était entrée pour déloger des « agitateurs » qui s’étaient barricadés à l’intérieur avec des pétards, des gourdins et des pierres. Mercredi matin, les autorités ont déclaré que 350 personnes avaient été arrêtées dans le cadre de ces troubles.

Après que l’armée de l’Air a frappé des cibles dans la Bande de Gaza, une nouvelle salve de roquettes a été lancée sur les villes frontalières israéliennes peu avant 7h du matin, déclenchant des sirènes d’alerte. Le service de secours du Magen David Adom a déclaré qu’un homme de 30 ans avait été légèrement blessé après avoir trébuché en courant vers un abri anti-bombes.

Au total, 16 roquettes ont été tirées depuis le nord de la Bande de Gaza, dont huit ont été abattues par le système de défense aérienne Dôme de fer.

La municipalité de Sderot a déclaré que l’une des roquettes avait touché une usine dans la zone industrielle, causant des dégâts matériels, mais fort heureusement aucun blessé.

Affrontements à Al-Aqsa

Mardi soir, des dizaines de jeunes masqués se sont barricadés à l’intérieur de la mosquée Al-Aqsa, située au sommet du mont du Temple, munis de pétards, de gourdins et de pierres après les prières du soir, ont verrouillé les portes et ont placé des barricades aux entrées, a déclaré la police.

Il s’agissait apparemment d’une préparation aux visites juives sur le mont du Temple mercredi, veille de Pessah, alors que des groupes marginaux d’activistes juifs religieux tentent de procéder à un sacrifice animal sur le site sacré, ce qui a été fermement interdit par les autorités et un influent rabbin. Si les Juifs sont autorisés à se rendre sur le site des anciens Temples, ils ne peuvent néanmoins, en vertu du statu quo qui y est maintenu, pas y organiser de rituel.

Les forces de l’ordre ont déclaré dans un communiqué que les officiers avaient tenté de convaincre les personnes présentes à l’intérieur de quitter les lieux, mais qu’ils avaient finalement été contraints d’entrer dans la mosquée, où ils avaient été attaqués par des jets de pierres et de pétards.

La police a diffusé une vidéo montrant ce qui semble être des explosions de pétards à l’intérieur de la mosquée et des personnes lançant des pierres. Une autre vidéo de la police montre des policiers anti-émeutes munis de boucliers avançant dans la mosquée sous un barrage d’explosions de pétards. Les images montrent ensuite une porte barricadée et des boîtes de pétards sur le sol, ainsi que des policiers escortant au moins cinq personnes à l’extérieur, les mains menottées dans le dos.

Une vidéo filmée par des Palestiniens montre les forces de sécurité frappant des personnes à l’intérieur de la mosquée.

Le Hamas a dénoncé les actions de la police sur le lieu saint de Jérusalem comme un « crime sans précédent » et a exhorté les Palestiniens de Cisjordanie « à se rendre en masse à la mosquée Al-Aqsa pour la défendre ».

Quelques heures plus tard, un soldat israélien a été blessé lors d’une fusillade présumée près de la ville de Hébron, en Cisjordanie.

Le ramadan, qui coïncide cette année encore avec la fête juive de Pessah, est souvent marqué par de vives tensions israélo-palestiniennes. Des dizaines de milliers de fidèles se rendent à Al-Aqsa – troisième lieu saint de l’islam – tout au long du mois, ce qui entraîne régulièrement une montée des tensions avec Israël et des violences meurtrières.

La police a indiqué qu’elle avait été contrainte d’entrer dans la mosquée après que « plusieurs jeunes violant la loi et des agitateurs masqués » se sont barricadés à l’intérieur.

« Ces instigateurs ont barricadé [la mosquée] quelques heures après la prière de Taraweeh [du soir dernier] afin de troubler l’ordre public et de profaner la mosquée », a déclaré la police dans un communiqué. « Après de nombreuses et longues tentatives pour les faire sortir par la parole, en vain, les forces de police ont été contraintes d’entrer dans l’enceinte afin de les faire sortir dans l’intention de permettre la prière du Faïr [de l’aube] et d’empêcher de violentes perturbations », ont-ils ajouté.

« Lorsque les policiers sont entrés, ils ont été la cible de jets de pierres et de pétards tirés depuis l’intérieur de la mosquée par un groupe conséquent d’agitateurs », ont-ils poursuivi, ajoutant qu’un policier avait été blessé à la jambe par un jet de pierre.

Alors que l’agitation s’intensifie, le ministre de la Défense fait défaut

La semaine dernière, le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait annoncé le renvoi du ministre de la Défense Yoav Gallant après que ce dernier eut publiquement mis en garde contre la nécessité d’interrompre le processus législatif de la réforme du système judiciaire du gouvernement – que le Premier ministre a effectivement suspendu le lendemain. L’annonce de son licenciement a donné lieu à des manifestations de masse spontanées de grande ampleur.

En dépit de cette annonce, Netanyahu n’a pas formellement congédié son ministre, et son cabinet a précisé lundi que la procédure était retardée.

« La sécurité d’Israël n’attend pas. Nos ennemis ne tarderont pas à se manifester », a écrit le chef de l’opposition Yaïr Lapid sur Twitter mercredi matin.

« Ce matin même, Netanyahu doit lever le voile sur le licenciement de Gallant. L’État d’Israël a besoin d’un ministre de la Défense à plein temps, pas d’un ministre en sursis. Netanyahu, revenez à la raison », a écrit Lapid.

Le chef du parti HaMahane HaMamlahti , Benny Gantz, lui-même ministre de la Défense dans le gouvernement précédent, a également demandé à Netanyahu d’annoncer que Gallant ne serait pas limogé, « sans condition », ajoutant que l’escalade de mercredi dans la Bande de Gaza était un « rappel qu’au Moyen Orient, il ne faut pas mélanger la politique et la sécurité ».

Fermetures pour Pessah

La semaine dernière, l’armée israélienne a annoncé qu’elle imposerait un bouclage de la Cisjordanie, qui devrait entrer en vigueur à 17h mercredi, les points de passage étant fermés aux Palestiniens le premier et le dernier jour de Pessah. Les points de passage de Gaza seront également fermés.

Ces fermetures sont une pratique courante pendant les fêtes. L’armée affirme qu’il s’agit d’une mesure préventive contre les attaques en période de tensions accrues.

La fermeture durera jusqu’au samedi 8 avril. Une deuxième fermeture commencera le 11 avril et durera jusqu’au 12 avril.

Le vendredi 7 avril, certains postes-frontières devraient rouvrir pour permettre aux fidèles palestiniens de Cisjordanie d’entrer à Jérusalem pour prier à Al-Aqsa pendant le ramadan.

Emanuel Fabian et l’équipe du Times of Israel ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.