Etats-Unis: 2 Iraniens arrêtés pour espionnage de cibles israéliennes et juives
Rechercher

Etats-Unis: 2 Iraniens arrêtés pour espionnage de cibles israéliennes et juives

L'un des hommes aurait secrètement pris des photos dans plusieurs centres juifs de Chicago, dont le Hillel Center et la Rohr Habad House

Le centre Habad Rohr, Chicago (Google Streetview)
Le centre Habad Rohr, Chicago (Google Streetview)

Deux Iraniens qui ont recueilli des informations sur des cibles israéliennes et juives aux États-Unis et sur des opposants au régime iranien ont été accusés lundi d’espionnage pour le compte de Téhéran.

Ahmadreza Mohammadi-Doostdar, 38 ans, de nationalité américaine et iranienne, et Majid Ghorbani, 59 ans, de nationalité iranienne et résidant en Californie, ont été arrêtés le 9 août.

Selon l’acte d’accusation publié par le ministère de la Justice, Doostdar s’est rendu aux États-Unis depuis l’Iran en juillet 2017 ou autour de cette date, dans le but de recueillir des renseignements sur des entités et des individus considérés comme des ennemis du régime iranien.

Il s’agissait d’intérêts israéliens et juifs, ainsi que de personnes liées à l’Organisation des moudjahiddines du peuple iranien (MEK), une organisation d’opposition iranienne considérée par les États-Unis comme une organisation terroriste jusqu’en 2012.

L’acte d’accusation indique que vers le 21 juillet 2017, Doostdar a effectué une surveillance et pris des photos dans plusieurs centres juifs de Chicago, dont le Hillel Center et la Rohr Habad House. Doostdar est accusé d’avoir pris des photos détaillées des mesures de sécurité au centre ultra-orthodoxe Habad.

L’acte d’accusation ne mentionne pas les cibles israéliennes.

Doostdar s’est ensuite rendu en Californie où il a rencontré Ghorbani, apparemment pour la première fois, selon l’acte d’accusation.

Deux mois plus tard, Ghorbani s’est envolé pour New York pour une journée où il a assisté à un rassemblement MEK et a pris des photos des personnes présentes.

En décembre, Doostdar est retourné en Californie pour récupérer les informations sur la MEK. Dans les conversations entre eux enregistrées par le FBI, Ghorbani a mentionné qu’il essayait de « pénétrer » le groupe, tandis que Doostdar a indiqué qu’il était chargé par d’autres de recueillir les informations.

« Je les remettrai aux gars pour qu’ils fassent leurs recherches », a-t-il dit à propos des photos.

L’acte d’accusation précise qu’il a versé 2 000 dollars à Ghorbani lors de leurs rencontres.

En mars et avril de cette année, Ghorbani s’est rendu en Iran où, selon l’acte d’accusation, il a communiqué aux responsables du gouvernement ses informations sur la MEK et a reçu une liste de « tâches » pour infiltrer le groupe dissident.

En mai, Ghorbani a assisté à la Convention sur la liberté de l’Iran pour les droits de l’homme, soutenue par la MEK, à Washington, en tant que membre de la délégation californienne, où il a également pris des photos des participants, notamment en posant devant la Maison Blanche.

Doostdar et Ghorbani ont tous deux été accusés d’avoir agi en tant qu’agents non enregistrés du gouvernement iranien et d’avoir fourni au gouvernement iranien des prestations de services en violation des sanctions.

En juillet, il a été rapporté que l’agence d’espionnage israélienne du Mossad a contrecarré un projet d’attentat à la bombe lors d’une conférence du 30 juin organisée par la MEK à Paris. L’opération a conduit à l’arrestation d’une cellule dirigée par un diplomate iranien.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...