France: April Benayoum, Miss Provence, cible de tweets antisémites
Rechercher

France: April Benayoum, Miss Provence, cible de tweets antisémites

La ravissante participante a été visée par de très nombreux commentaires antisémites sur les réseaux sociaux après avoir révélé que son père était d'origine israélienne

April Benayoum a été visée depuis samedi par de très nombreux commentaires antisémites sur les réseaux sociaux après avoir révélé que son père était d'origine israélienne. (Crédit : Instagram April Benayoum)
April Benayoum a été visée depuis samedi par de très nombreux commentaires antisémites sur les réseaux sociaux après avoir révélé que son père était d'origine israélienne. (Crédit : Instagram April Benayoum)

Plusieurs élus ont dénoncé dimanche sur Twitter une « abomination » et des propos « inadmissibles » après des tweets antisémites contre la ravissante Miss Provence, qui a terminé samedi première dauphine du concours Miss France.

« La haine antisémite et antisioniste se déploie contre miss Provence. Insupportable », a affirmé la présidente déléguée des députés LREM, Aurore Bergé.

« Inadmissible. Soutien à April Benayoum face à la haine antisémite qui sévit sur les réseaux sociaux. Il est temps que ça cesse », a écrit la députée LREM Laetitia Avia, tandis que son confrère Pieyre-Alexandre Anglade parlait d’un déferlement « ignoble » et qui « exige une condamnation unanime ».

April Benayoum a été visée depuis samedi par de très nombreux commentaires antisémites sur les réseaux sociaux après avoir révélé que son père était d’origine israélienne.

Interrogée dimanche sur BFMTV, Amandine Petit, élue Miss France, a jugé « extrêmement décevants » ces « propos déplacés » visant sa dauphine, à qui elle a apporté son « soutien ».

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin s’est dit « profondément choqué » et a affirmé que « les services de police et de gendarmerie sont mobilisés » tandis que la ministre déléguée à la Citoyenneté Marlène Schiappa a indiqué qu’elle adressait au procureur un signalement sur la base de l’article 40 du code de procédure pénale, qui impose à toute autorité publique de signaler une infraction dont elle a connaissance.

« Rendez-vous devant la justice pour les twittos qui hier soir ont transformé Twitter en cloaque antisémite contre Miss Provence », a promis de son côté la Licra, en invitant les internautes à signaler les contenus sur son site afin de mener « une action de groupe ».

L’union des étudiants juifs de France (UEJF) a elle dénoncé « un concours d’antisémitisme ».

A droite, le président LR de la région Paca Renaud Muselier a déploré une « abomination », soulignant qu’April Benayoum est « française, d’origine italienne et israélienne, provençale, du sud » et « représente parfaitement notre région et notre pays ».

« Nous devons tous condamner cette haine et combattre cette bête immonde », a affirmé le président de la région LR Grand Est Jean Rottner, tandis que le député LR Eric Ciotti estimait que « le combat contre l’antisémitisme n’est pas terminé ».

A gauche, le sénateur PS Rachid Temal a apporté son « soutien » à April Benayoum, accompagné d’une « condamnation de tous ces fachos lâchement anonymes ».

« Insupportable antisémitisme. Ne rien laisser passer », a souligné l’ancien Premier ministre Manuel Valls.

Le secrétaire national du PCF Fabien Roussel s’est interrogé : « twitter complice? » en rappelant que « l’antisémitisme, le racisme sont des délits depuis la loi Gayssot ».

L’élu RN (et membre du bureau) Julien Odoul a lui estimé que « l’immigration massive et l’absence d’assimilation peuvent donc pourrir un concours de Miss France », tandis que l’eurodéputé Gilbert Collard affirmait que « vraiment, ces sales cons salissent tout ! »

TF1, Endemol et les organisateurs de cette 91e cérémonie ont eux aussi condamné « fermement les propos haineux et antisémites proférés » sur les réseaux sociaux.

Tradition oblige, l’animateur juif vedette, Jean-Pierre Foucault, 73 ans, animait la cérémonie pour la 26e fois. Le jury 2021 était composé uniquement d’ex-Miss.

Avec 8,6 millions de téléspectateurs, TF1 a réalisé une part d’audience de 41,5% en moyenne sur l’émission, la meilleure audience pour ce programme depuis 2006, selon la chaîne. Les téléspectateurs ont été jusqu’à 10,4 millions à regarder la cérémonie à un moment donné. L’élection de Miss France 2020 avait réuni 7 millions de téléspectateurs.

Endemol, une société de production, a racheté le concours Miss France à la famille de Fontenay en 2002. Figure emblématique de ces concours de beauté, Geneviève de Fontenay, 88 ans, était absente samedi soir, estimant qu’il s’agissait d’un « faux centenaire ». « C’est en 1927 qu’a eu lieu le premier concours Miss France à la demande à l’époque de Miss Univers », avait expliqué à l’AFP Mme de Fontenay.

Après l’élection la dame au chapeau a néanmoins accordé un bon point aux organisateurs, estimant dans un communiqué que « les Miss étaient très élégantes dans leur maillot de bain avec la cape », et félicitant Amandine Petit pour son élection.

Centenaire ou pas, ce concours reste un anachronisme pour beaucoup de féministes. « 100 ans de sexisme, ça suffit », a ainsi lancé Fabienne El-Khouri, l’une des porte-parole d’Osez le féminisme. L’association voit dans cette élection « un concours sexiste et ringard », réduisant les femmes à un rôle de « potiche ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...