France: Le centre Wiesenthal appelle au retour de l’armée devant les synagogues
Rechercher

France: Le centre Wiesenthal appelle au retour de l’armée devant les synagogues

L'institution regrette que le dispositif de protection mis en place après les attentats de 2015 devant les établissements juifs français "a fini par être supprimé"

Le centre Simon Wiesenthal à Los Angeles. (Crédit : Creative Commons/ Wikimedia / Simon Wiesenthal Center)
Le centre Simon Wiesenthal à Los Angeles. (Crédit : Creative Commons/ Wikimedia / Simon Wiesenthal Center)

Le Centre Simon Wiesenthal, par l’intermédiaire de son directeur des relations internationales, le Dr. Shimon Samuels, a appelé Gérald Darmanin, ministre français de l’Intérieur, à « rappeler l’armée en appui à la sécurisation des quartiers à forte présence juive, des synagogues, des écoles et des institutions communautaires ».

Dans un communiqué, le centre a appelé le ministre à « appliquer des contre-mesures appropriées ». « Si les auteurs de crimes haineux sont pris, il n’est plus possible de les envoyer dans des hôpitaux psychiatriques ni de les relaxer parce qu’ils ont agi ‘sous l’influence de stupéfiants ou sous l’emprise de l’alcool' », a expliqué M. Samuels. Il faisait référence dans ce dernier cas à l’affaire Sarah Halimi, meurtre antisémite suite auquel le suspect a été déclaré pénalement irresponsable fin 2019.

« Après l’attaque djihadiste contre le supermarché Hyper Cacher de la porte de Vincennes, François Hollande, alors président de la République, avait déployé des agents de la Gendarmerie nationale et des soldats de l’armée devant tous les établissements juifs qui en avaient besoin. Ce dispositif a fini par être supprimé et l’administration Macron ne l’a jamais remis en place », a regretté Shimon Samuels.

Il rappelle aussi que le centre avait recommandé « une application pour téléphones portables qui serait munie d’un signal d’alarme émettant une forte sirène, à mettre à la disposition des écoliers, des fidèles se rendant dans les synagogues et de toute cible potentielle. Cette proposition est restée sans suite ».

Le responsable a également rappelé l’importance de la vidéo-surveillance sur les synagogues et lieux fréquentés par la communauté juive afin « d’assurer une identification et une intervention rapides » en cas d’agression antisémite.

La semaine dernière, à Paris, un homme juif a été victime d’une violente agression antisémite.

Selon les premiers éléments, les enquêteurs envisageaient de pouvoir retrouver les agresseurs grâce aux caméras de surveillance, qui les ont filmés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...