France : Une banderole nazie déployée sur une préfecture interpelle
Rechercher

France : Une banderole nazie déployée sur une préfecture interpelle

La banderole, symbole du IIIe reich, a été déployée, sur le devant de la Préfecture des Alpes-Maritimes, pour les besoins d’un film

Crédit : Facebook/ Gilles Chomel/Préfecture des Alpes-Maritimes
Crédit : Facebook/ Gilles Chomel/Préfecture des Alpes-Maritimes

Lundi matin, une banderole rouge ornée d’une croix gammée a été déployée sur le devant de la préfectures des Alpes-Maritimes.

Malgré la courte durée de l’exposition, cette apparition n’a pas manqué de surprendre les passants qui ont relayé l’information sur les réseaux sociaux.

La banderole, symbole du Troisième Reich, avait été déployée pour les besoins d’un film rapporte Nice Matin.

Comme l’explique la page Facebook de la Préfecture, le Palais sarde a servi « de décor pour une scène d’un long métrage de Christian Duguay, « Un sac de Billes », d’après le récit autobiographique de Joseph Joffo, » paru en 1973.

En poursuivant : « un drapeau nazi, symbole d’une période de souffrance et d’oppression, a été déployé brièvement aujourd’hui et le sera de nouveau demain, 29 septembre 2015, jour de tournage, reconstituant ainsi ce qu’il s’est passé à Nice sous l’Occupation. »

Le Palais Sarde, décor d'un jour au service d'une mémoire à perpétuerLes services du ministère de l’Intérieur (ministè…

Posted by Préfecture des Alpes-Maritimes on Monday, 28 September 2015

Un Franco-américain a confié à Nice Matin que : « Les gens ne savaient pas s’il s’agissait d’un canular, d’un tournage de film, d’une provocation… »

François-Xavier Lauch, le directeur de cabinet du préfet des Alpes-Maritimes est intervenu en expliquant que l’adaptation de ce livre en film fait « partie intégrante de notre devoir de mémoire. C’est pour cette raison et évidemment pas pour choquer la population que le tournage a été permis. C’est un honneur pour la ville et le département d’accueillir le tournage de ce film ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...