Rechercher

Fusillade dans la vallée du Jourdain : l’un des tireurs, en fuite, est Israélien

Le terroriste, marié à une Israélienne, a réussi à fuir après que son fils et son neveu ont sauté du camion en feu en tentant de mettre le feu au bus déjà criblé de balles

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Les forces de sécurité israéliennes se tiennent à côté d'une voiture brûlée qui aurait été utilisée par les suspects qui ont commis une fusillade contre un bus dans la vallée du Jourdain, le 4 septembre 2022. (Crédit : Flash90)
Les forces de sécurité israéliennes se tiennent à côté d'une voiture brûlée qui aurait été utilisée par les suspects qui ont commis une fusillade contre un bus dans la vallée du Jourdain, le 4 septembre 2022. (Crédit : Flash90)

Les troupes israéliennes ont lancé dimanche une chasse à l’homme pour retrouver le troisième membre d’une cellule qui a ouvert le feu sur un bus transportant des soldats dans la journée et blessé sept personnes. Un haut responsable militaire a déclaré que les trois hommes sont parents et que le suspect en fuite avait la nationalité israélienne.

Dimanche après-midi, à bord d’une camionnette, les suspects ont doublé un bus dans la vallée du Jourdain et les terroristes ont ouvert le feu sur le pare-brise, blessant gravement le conducteur, un civil, ainsi que six soldats, légèrement à modérément blessés.

Les hommes armés ont également tenté, pendant l’attaque, de verser un liquide inflammable sur le bus pour y mettre le feu, selon l’armée israélienne.

Le trio s’est enfui après que les soldats dans le bus ont ouvert le feu sur eux en riposte, et, après environ deux kilomètres, leur voiture a pris feu, probablement à cause du produit qu’ils ont tenté de verser sur le bus, selon une enquête préliminaire de Tsahal. La camionnette du trio avait des plaques d’immatriculation israéliennes et non palestiniennes.

Le haut responsable a déclaré que les trois attaquants était de la même famille. Il s’agit d’un homme, de son fils et de son neveu.

Deux des tireurs – le fils et le neveu – ont sauté hors du véhicule en feu et ont été rapidement arrêtés par des soldats et des policiers. Deux armes à feu ont été retrouvées à proximité.

Des soldats israéliens inspectent un bus transportant des soldats cible d’une fusillade, dans la vallée du Jourdain, le 4 septembre 2022. (Crédit : Flash90)

Les médias palestiniens les ont identifiés comme étant Muhammed et Walid Turkman, résidents de la région de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie. Les deux hommes ont été placés en garde à vue pour être interrogés par l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet.

Le troisième suspect a quitté la voiture à environ 200 mètres de l’endroit où les deux autres ont sauté, a déclaré le responsable, alors que la voiture, en feu, continuait à avancer. Il a réussi à fuir la scène alors que les soldats arrêtaient les deux plus jeunes.

Selon l’officier, le père, âgé d’une cinquantaine d’années, est marié à une Israélienne de la ville de Jadeidi-Makr, en Galilée, et est donc citoyen israélien. Cependant, l’armée pense que les suspects passent la plupart de leur temps dans les régions de Jénine et de Jéricho.

Le colonel Meir Biderman, commandant de la 417e brigade territoriale, a déclaré que les forces israéliennes continuaient à traquer le membre supplémentaire de la cellule. « Nous n’aurons de cesse de les attraper tous », a-t-il déclaré.

La police israélienne inspecte les armes utilisées lors d’une attaque par des tireurs palestiniens, dans la vallée du Jourdain en Cisjordanie, le 4 septembre 2022. (Crédit : AP Photo/Mahmoud Illean)

L’armée cherche toujours à savoir si les tireurs savaient que le bus, attaqué près de l’implantation de Hamra, transportait des militaires lorsqu’ils ont ouvert le feu.

Le bus, qui transportait des soldats pour la plupart désarmés vers une base d’entraînement, n’était pas blindé, contrairement aux bus qui circulent plus dans les zones reculées de Cisjordanie.

L’officier a déclaré que l’attaque menée depuis une voiture était « un événement inhabituel que nous n’avions pas connu depuis longtemps, et certainement pas dans la vallée du Jourdain ».

Des membres des forces de sécurité et des services d’urgence israéliens inspectent un bus transportant des soldats cible d’une fusillade, dans la vallée du Jourdain, le 4 septembre 2022. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Le mois dernier, des coups de feu ont été tirés sur un bus israélien circulant sur la route 60, la principale autoroute nord-sud de Cisjordanie, près de l’implantation d’Ofra. Le bus était plein au moment de l’attaque et au moins huit impacts de balles ont été relevés sur les vitres et la carrosserie du bus. Aucun blessé n’avait été rapporté.

Les tensions sont montées d’un cran en Cisjordanie ces derniers temps, les forces de sécurité israéliennes ayant intensifié les raids et les opérations d’arrestation à la suite d’une vague meurtrière d’attentats terroristes qui ont fait 19 morts au début de l’année.

Rien que la semaine dernière, plusieurs attaques ont été perpétrées : des hommes armés palestiniens ont tiré sur plusieurs postes militaires en Cisjordanie et un soldat a été poignardé près de Hébron

De nombreuses attaques aux pierres ont également été perpétrées contre des civils israéliens circulant en voiture en Cisjordanie.

« Nous sommes ici dans une période très complexe qui n’est pas encore terminée », a déclaré l’officier supérieur. « La région est en ébullition, et c’est un fait. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...