Rechercher

Fusillade sur un café de Rahat : 5 blessés dont 1 dans un état critique

Quelques jours plus tôt, un autre café du sud de la ville avait été ciblé pour avoir employé des femmes bédouines ; « nous continuerons à employer nos filles », déclare le maire

Illustration : Des unités de police dans la ville bédouine de Rahat après une fusillade, le 8 avril 2021. (Crédit: Police israélienne)
Illustration : Des unités de police dans la ville bédouine de Rahat après une fusillade, le 8 avril 2021. (Crédit: Police israélienne)

Cinq personnes ont été blessées après que des inconnus ont ouvert le feu sur un café de la ville bédouine de Rahat, dans le sud d’Israël, vendredi soir, a indiqué la police.

Les victimes, toutes dans la vingtaine, ont été emmenées à l’hôpital Soroka de Beer Sheva.

Une personne était dans un état critique et les quatre autres légèrement blessées.

Des forces de police supplémentaires appelées sur les lieux pour rétablir l’ordre ont été attaquées par des émeutiers qui leur ont lancé des pierres, a indiqué la police.

Samedi, la police a annoncé l’arrestation de quatre personnes soupçonnées d’être impliquées dans la fusillade.

Des images montraient des hommes entre vingt et trente ans armés faisant irruption dans le café et ouvrant le feu.

L’incident fait suite à un autre incident de tir sur un café de la ville qui a eu lieu dans la nuit de mercredi, mais il n’a pas encore été confirmé que les deux attaques par balle seraient liées.

Un certain nombre d’hommes masqués sont arrivés mercredi dans une succursale locale de la franchise « Café Café » et ont ouvert le feu vers son entrée principale peu après son ouverture.

Aucun blessé n’a été signalé lors de cet incident, mais le restaurant a été lourdement endommagé.

Le lendemain matin, la police a arrêté un habitant de la ville de 25 ans, soupçonné d’être impliqué dans l’incident.

Selon l’enquête, l’incident était lié aux objections locales aux entreprises de la ville qui embauchaient du personnel féminin qui travaillait tard.

Peu avant l’attaque, un message anonyme publié sur les réseaux sociaux et cité par le site d’information Ynet disait : « A Rahat, les hommes et les femmes travaillent jusqu’à 01h00 du matin. Le monde a oublié que nous sommes le peuple du prophète Mahomet. Un peuple qui ne pense qu’à l’argent et qui n’a plus de chaleur et d’intégrité, comment peut-il accepter que sa sœur et sa mère nettoient une table alors que des gens sont assis à proximité ? »

Des Bédouines passent devant la ville bédouine de Rahat, dans le sud d’Israël, le 16 février 2014 (Crédit : Hadas Parush / Flash 90)

Le maire de Rahat, Fayez Abu Sahiban, a condamné la fusillade sur  « Café Café ».

« C’est un acte odieux. Elle n’a pas été menée contre « Café Café » mais contre les services qui y sont fournis, en employant des serveuses bédouines », a déclaré Abu Sahiban.

« Ils prétendent que c’est contraire à nos traditions, mais chacun devrait vivre selon sa propre vision du monde et ses propres croyances. Nous continuerons à employer nos filles car c’est leur gagne-pain et il n’y a rien d’inhabituel à cela. Nous espérons que la police israélienne appréhendera les criminels au plus vite », a-t-il déclaré.

Rahat a connu plusieurs incidents violents ces derniers mois, notamment des bagarres et des fusillades.

Le mois dernier, un habitant de 27 ans a été abattu par des policiers en civil lors d’une opération d’arrestation dans la ville du sud.

Fin janvier, un garçon de 7 ans a reçu une balle dans le cou lors d’une apparente fusillade entre malfaiteurs dans la ville, à la suite d’une violente rixe qui a fait trois blessés.

Les communautés arabes d’Israël ont connu une recrudescence de la violence ces dernières années, principalement, mais pas exclusivement, à cause du crime organisé. Les Israéliens arabes blâment la police, qui, selon eux, n’a pas réussi à réprimer les puissantes organisations criminelles et ignore largement la violence, qui comprend les querelles familiales, les guerres de territoire mafieux et la violence contre les femmes.

La communauté arabe a également souffert de décennies de négligence.

Le groupe Abraham Initiatives, qui surveille et fait campagne contre la violence dans la communauté arabe, ont déclaré que 125 Arabes – un record absolu – ont été tués en Israël en 2021 à la suite de violences et de crimes.

Le Premier ministre Naftali Bennett et le ministre de la Sécurité intérieure Omer Bar-Lev se sont engagés à réprimer la violence ainsi que les armes illégales.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...