Rechercher

Gadi Eizenkot : Sans l’action d’Israël, l’Iran aurait l’arme nucléaire depuis 7 ans

« Israël a mené plusieurs opérations, la plupart secrètes, pour empêcher l’Iran d’atteindre la capacité nucléaire », a déclaré l'ex-chef de Tsahal

L’ex-chef de cabinet de Tsahal, Gadi Eisenkot, s'exprime lors d'une conférence, le 1er juin 2022 (Crédit : Capture d’écran de la Douzième chaîne)
L’ex-chef de cabinet de Tsahal, Gadi Eisenkot, s'exprime lors d'une conférence, le 1er juin 2022 (Crédit : Capture d’écran de la Douzième chaîne)

L’Iran aurait obtenu l’arme nucléaire il y a des années, sans les opérations secrètes menées par Israël contre le programme nucléaire de la République islamique, a déclaré mercredi l’ex-chef de l’armée israélienne.

« Israël a mené plusieurs opérations, la plupart secrètes, pour empêcher l’Iran d’atteindre la capacité nucléaire », a indiqué Gadi Eizenkot lors d’une conférence sur la sécurité tenue au Netanya Academic College.

« Sans ces actions, je crois que l’Iran serait un État nucléaire depuis 7 à 10 ans déjà. »

L’ex-chef militaire a également déclaré qu’Israël pourrait avoir besoin de plus que la seule puissance militaire pour relever les futurs défis de sécurité, évoquant la situation en Ukraine.

« Quand j’examine l’équilibre stratégique, je vois une tasse à moitié pleine et une tasse à moitié vide », a-t-il dit, expliquant qu’Israël a, certes, construit « une force de sécurité impressionnante et massive » lui donnant une bonne raison d’être confiant. « Mais si vous regardez ce qui se passe entre la Russie et l’Ukraine, vous voyez un pays avec des capacités militaires très impressionnantes face à une armée très faible. Mais vous pouvez aussi voir l’influence de la perception et du soutien internationaux sur les prouesses d’un pays », a noté Eizenkot.

Ces propos font suite à la simulation, par l’armée de l’air israélienne, de frappes sur des installations nucléaires iraniennes, mardi soir. Cette simulation fait partie d’un exercice de grande envergure impliquant la quasi-totalité des forces de Tsahal, axé sur la formation au combat aux frontières nord d’Israël, et notamment contre le groupe terroriste Hezbollah, au Liban, soutenu par l’Iran.

Face aux capacités nucléaires croissantes de l’Iran et au doute quant-au rétablissement de l’accord nucléaire iranien de 2015, avec des négociations longtemps au point mort, Tsahal a redoublé d’efforts ces derniers mois pour mettre sur pieds une réponse crédible au [danger que représentent les] installations nucléaires de Téhéran.

Mardi, le Premier ministre Naftali Bennett a publié des documents attestant, selon lui, de l’espionnage par l’Iran de l’agence atomique de l’ONU afin de dissimuler au mieux ses activités nucléaires.

Dans une information – sans rapport – publiée lundi, l’Agence internationale de l’énergie atomique a estimé que le stock d’uranium enrichi de l’Iran avait atteint plus de 18 fois la limite convenue dans l’accord nucléaire entre Téhéran et les grandes puissances.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...