Israël en guerre - Jour 262

Rechercher

Gali Baharav-Miara va-t-elle enquêter sur Miri Regev après un reportage accablant ?

La culpabilité post-7 octobre a poussé l’ex-chef du personnel du ministère des Transports à présenter des documents montrant que le bureau était corrompu et gangrené de l’intérieur

La ministre des Transports Miri Regev donnant une conférence de presse, à Jérusalem, le 19 avril 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
La ministre des Transports Miri Regev donnant une conférence de presse, à Jérusalem, le 19 avril 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La procureure générale Gali Baharav-Miara devrait ouvrir une enquête sur la conduite de la ministre des Transports Miri Regev, ont rapporté vendredi les médias israéliens, après l’apparition d’allégations selon lesquelles son bureau serait en proie à la politisation, accordant systématiquement un traitement préférentiel à des fonctionnaires locaux qui sont également des acteurs du pouvoir du Likud.

Ces allégations ont été formulées dans un reportage de la Treizième chaîne diffusé jeudi, sur la base de mémorandums officiels et de discussions de groupe internes fournis par Yonatan Yehosef, ancien chef du personnel du ministère des Transports.

Regev a rejeté ces allégations comme étant fausses et a affirmé que Yehosef avait volé des documents et cherchait à la diffamer. Ni Regev ni Yehosef n’ont précisé quand il avait cessé de travailler à ses côtés en tant qu’assistant principal.

Yehosef a déclaré que Regev avait ignoré les aspects professionnels du ministère et s’était concentrée sur une équipe politique parallèle, qui avait un jour concocté une histoire sur l’insurrectionnalisme de l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet pour contrecarrer une nouvelle embarrassante dans laquelle la ministre était impliquée.

Yehosef a déclaré qu’il avait décidé de faire son mea culpa pour son implication dans ce type de politique qui, selon lui, était typique des échecs de l’État avant le 7 octobre, lorsque des milliers de terroristes dirigés par le groupe terroriste palestinien du Hamas ont pris d’assaut le sud d’Israël, tuant près de 1 200 personnes et enlevant 252 otages.

La police a déclaré dans un communiqué qu’elle examinait les allégations du reportage. Un haut responsable des forces de l’ordre, cité par la Treizième chaîne, a déclaré que la conduite présumée de Regev « dégageait une odeur de pourriture et de corruption » et qu’elle était peut-être de nature « criminelle ».

Yonatan Yehosef, ancien chef de l’équipe professionnelle de la ministre des Transports Miri Regev, lors d’une interview de dénonciation à l’émission d’investigation « Makor » sur la Treizième chaîne, diffusée le 23 mai 2024. (Crédit : Capture d’écran de la Treizième chaîne ; utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur les droits d’auteur)

Parmi les documents produits par Yehosef figurait une feuille de calcul dans laquelle les villes étaient classées par code couleur. Les villes « vertes » devaient être « défendues » à tout prix ; les villes « jaunes » pouvaient être traitées avec charité dans la mesure du possible, mais « si ce n’est pas le cas, ce n’est pas la fin du monde » ; et les villes « blanches » signifiaient : « envoyez des lettres, nous discuterons », a expliqué Yehosef.

Les villes « rouges », qui doivent être activement ignorées, sont encore pires. Par exemple, Nisan Ben Hamo, maire de la ville « rouge » d’Arad, a déclaré à la Treizième chaîne que le ministère de Regev n’avait jamais répondu à ses demandes de réparation de la Route 31, notoirement dangereuse, qui relie la ville méridionale à la mer Morte.

Yehosef a expliqué que le code couleur de chaque localité était déterminé par le nombre de votes, s’il y en avait, que son maire avait obtenu pour Regev lors des primaires du Likud.

Un autre document classait les militants du Likud sur la même base, le rang le plus élevé, « diamant », valant à son détenteur un traitement préférentiel, ainsi qu’un appel de Regev à l’occasion de son anniversaire, à propos duquel la ministre aurait été particulièrement méticuleuse.

Un groupe Whatsapp spécial, appelé « Priorité 1 », a été mis en place pour les demandes spécifiques des « diamants » que la ministre devait traiter, a déclaré Yehosef. Dans l’un de ces cas, Regev est intervenue personnellement pour empêcher l’enlèvement d’un trottoir devant la maison de la mère d’un militant, dans le Conseil régional de Shafir – où l’ensemble du trottoir a finalement été arraché, à l’exception de ce segment.

En prenant de telles décisions, a souligné Yehosef et le reportage télévisé, Regev a souvent ignoré les recommandations de son personnel, mais dans les documents officiels, elle a pris l’habitude d’insérer – souvent de sa propre main – une ligne indiquant que la décision de la ministre avait été prise « en coordination avec des professionnels ».

La politique politicienne a eu des effets tangibles sur l’allocation du budget de son ministère, selon le reportage télévisé. Beit Shemesh, par exemple, s’est vu refuser le milliard de shekels qui lui avait été promis – sur recommandation du personnel du ministère – et qui a été réparti entre d’autres projets, vraisemblablement sur l’insistance de Regev.

Dans une déclaration, Regev a qualifié le reportage de « collection de mensonges, de fausses affirmations, de demi-vérités et de déformation de la réalité », qualifiant Yehosef de personne « qui a volé des documents du ministère des Transports » pour la diffamer.

Un document interne du ministère des Transports produit par l’ancien chef de cabinet Yonatan Yehosef montrant les localités israéliennes et leurs maires classés, en fonction de leur degré d’utilité politique pour la ministre Miri Regev, dans l’émission d’investigation « Makor » de la Treizième chaîne, le 23 mai 2024. (Crédit : Capture d’écran de la Treizième chaîne ; utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur les droits d’auteur)

Le quotidien Israel Hayom a rapporté qu’à la suite de ce reportage, Regev avait fait appel aux services de Me Amit Haddad, un avocat qui conseille également le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans le cadre de ses procès en cours pour corruption.

Yehosef a déclaré que la ministre – une ancienne porte-parole de l’armée israélienne – adopte souvent une approche caustique dans ses relations avec la presse, sur ordre de ses proches conseillers politiques, collectivement connus sous le nom de « kitchenette ». Selon Yehosef, cette coterie s’étend bien au-delà du personnel politique alloué à chaque ministre par la loi, au détriment du personnel professionnel.

« Une fois, elle m’a dit ‘Yonatan, écoute, le ‘professionnel’ ne m’intéresse pas du tout. C’est pour cela que j’ai un directeur exécutif. Je ne suis là que pour faire de la politique' », a rapporté Yehosef à la Treizième chaîne, estimant que Regev ne consacrait que 5 % de son temps à des discussions purement professionnelles. Même cela, a-t-il dit, s’est progressivement érodé avant de s’évaporer complètement avant la campagne pour les élections municipales qui, avant la guerre de Gaza, devaient avoir lieu en octobre.

Yehosef a décrit à la Treizième chaîne comment, un mois auparavant, il avait été particulièrement désemparé par la conduite du personnel politique. En septembre, Regev a été entendue exhortant à plusieurs reprises son chauffeur à se frayer un chemin à travers un groupe d’agents du Shin Bet, une altercation que l’agence de sécurité avait imputée à la ministre, affirmant que son véhicule avait foncé vers les forces de l’ordre, blessant à la jambe un agent de sécurité – que Regev avait accusé d’avoir agi « violemment ».

Depuis l’intérieur de la voiture de la ministre des Transports Miri Regev lors d’une altercation avec des agents de sécurité du Shin Bet, le 4 septembre 2023. (Crédit : X ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d’auteur)

Des images ont ensuite été diffusées montrant la ministre dans la voiture, ordonnant avec colère à son chauffeur de poursuivre sa route alors que ce dernier s’y refusait, avertissant qu’il risquerait de percuter des agents du Shin Bet. Dans la vidéo, Regev ne semble pas être en danger.

Selon Yehosef, le porte-parole de Regev a divulgué cette dernière séquence par accident, plutôt qu’un autre enregistrement dans lequel on ne peut pas entendre la ministre. Les SMS, qui, selon la Treizième chaîne, provenaient du groupe Whatsapp du cercle rapproché de Regev, montraient la ministre furieuse de la confusion, et la « kitchenette » cherchant désespérément un moyen de se sortir de ce désastre en termes de relations publiques.

« Il y a une menace ici, et c’est une opportunité rare ! Le mouvement de protestation s’est infiltré parmi le Shin Bet », aurait écrit un conseiller de Regev, faisant référence aux manifestations de masse contre la refonte du système judiciaire – largement controversée – prévue par le gouvernement.

« Une ministre s’est sentie menacée. Nous n’autoriserons pas un coup d’État », poursuit le message. Le soir même, selon Yehosef, Regev a diffusé le message sur la Quatorzième chaîne, une chaîne d’information de droite.

Afin d’aplanir leurs divergences, Netanyahu a tenu une séance commune avec Regev et le chef du Shin Bet, Ronen Bar, à laquelle Yehosef a déclaré avoir assisté. Au cours de cette séance agitée, Regev a répété le message anti-« insurrection » de son assistant. Yehosef se souvient – à son grand dam – que Netanyahu a pris le parti de Regev sur cette question.

Yehosef a déclaré que Regev était fascinée par les pièges du pouvoir, le fustigeant pour ne pas avoir été assez rapide pour lui ouvrir la porte. Ses conseillers les plus proches se pliaient régulièrement à ses exigences, l’un d’entre eux qualifiant ses qualités relationnelles de « surnaturelles », comme le montrent les messages du groupe Whatsapp de la « kitchenette ».

Yehosef a également partagé avec la Treizième chaîne d’autres messages du groupe de discussion, dans lesquels la ministre et ses associés utilisaient divers termes insultants pour décrire les opposants politiques qu’ils percevaient. Il s’agit notamment du « fils de pute » du ministre de l’Énergie Eli Cohen – qui a battu Regev lors des primaires du Likud – ainsi que de « l’affreuse » chef de file du parti Avoda Merav Michaeli et du « nain zélé » du ministre des Finances Bezalel Smotrich, deux des prédécesseurs de Regev au ministère des Transports.

Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen s’exprimant lors d’une conférence de presse, au Bureau européen des Nations unies, Palais des Nations, à Genève, le 14 novembre 2023. (Crédit : Pierre Albouy/AFP)

Raviv Drucker, le correspondant politique aguerri qui a produit le reportage, a déclaré qu’en trente ans de journalisme, il n’avait jamais vu un ministre aussi obsédée en termes de politique politicienne. Un reportage de suivi sur la conduite de Regev tout au long de la guerre déclenchée par l’assaut barbare du groupe terroriste palestinien du Hamas sur le sud d’Israël le 7 octobre devrait être diffusé la semaine prochaine, a déclaré Drucker.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.