Galon appelle les Travaillistes mécontents à la rejoindre
Rechercher

Galon appelle les Travaillistes mécontents à la rejoindre

La présidente du Meretz est en pourparlers avec des membres du parti Travailliste pour "construire la gauche" alors que Avi Gabbay tire son parti vers la droite

Zehava Galon, présidente du parti Meretz, lors d'une réunion du comité des finances à la Knesset le 11 septembre 2017. (Miriam Alster / FLASH90)
Zehava Galon, présidente du parti Meretz, lors d'une réunion du comité des finances à la Knesset le 11 septembre 2017. (Miriam Alster / FLASH90)

Zehava Galon a appelé samedi des membres mécontents du parti Travailliste à rejoindre son propre parti Meretz, dans le but de consolider le soutien à la gauche politique réduite et marginalisée.

S’exprimant lors d’un événement culturel à Tel Aviv, Galon a déclaré qu’elle était en pourparlers avec des membres du parti Travailliste sur un possible changement d’allégeance, disant que le chef actuel du parti Avi Gabbay a « signifié à certains qu’ils n’étaient pas désirés dans leur propre parti ».

« Je leur dis carrément de venir au Meretz, maintenant c’est possible », a-t-elle déclaré. « Ensemble, nous allons construire le camp de la gauche. »

Depuis son élection en tant que président du parti Travailliste en juillet dernier, Gabbay a cherché à faire bouger le parti vers la droite dans une tentative évidente de renforcer sa position, et a fait un certain nombre de commentaires en contradiction avec les positions historiques du parti Travailliste.

Le président travailliste Avi Gabbay dirige une réunion de faction à la Knesset le 1er janvier 2018. (Miriam Alster / Flash90)

En décembre, il a déclaré qu’il était plus important de préserver une Jérusalem « unie » sous souveraineté israélienne que de conclure un accord de paix avec les Palestiniens.

En novembre, il a insinué que la gauche « a oublié ce que signifie être Juif », bien qu’il soit revenu plus tard sur ces commentaires.

En octobre, il a déclaré qu’il n’évacuerait pas les implantations de Cisjordanie dans le cadre d’un accord de paix avec les Palestiniens et, quelques jours plus tard, il a qualifié les implantations de « visage beau et dévoué du sionisme ».

De tels commentaires ont été reçus de façon plutôt négative par d’autres membres du parti.

L’appel de Galon vient juste une semaine après qu’elle et d’autres dirigeants de Mertez ont conclu un accord qui verrait le parti tenir des primaires ouvertes en mars pour la première fois.

Pendant des mois, Galon avait prôné des primaires ouvertes au sein du parti et avait démissionné de son siège à la Knesset en octobre pour se concentrer sur le projet.

Jeudi dernier, elle et les responsables du parti ont accepté de supprimer le système des délégués et ont trouvé un compromis permettant à tout Israélien de s’inscrire comme membre du Meretz jusqu’à un mois avant les primaires du 22 mars et de voter pour la liste du parti.

Galon, le président de la faction, le député Ilan Gilon, la députée Tamar Zandberg et le militant Avi Dabush ont tous annoncé leur candidature au poste de chef du parti.

S’exprimant lors d’une manifestation culturelle distincte à Holon, Gabbay a déclaré que le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait occupé le poste pendant trop d’années et qu’il ne pouvait pas conduire à un changement en Israël.

« Je pense qu’un Premier ministre devrait se retirer après avoir terminé son second mandat », a-t-il dit, ajoutant que les partis de l’opposition étaient « déterminés à renverser ce gouvernement et à organiser de nouvelles élections ».

Gabbay a déclaré la semaine dernière que des élections immédiates étaient nécessaires pour le bien du pays, qui était actuellement dirigé par un gouvernement « préoccupé par lui-même et sa survie ».

Il a prédit que les élections auraient lieu à la fin de l’année et qu’il serait élu Premier ministre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...