Israël en guerre - Jour 142

Rechercher

Gantz à Netanyahu : « C’est la vie » n’est pas la réponse à la mort d’un civil tué par un soldat

Le ministre de la Guerre a réagi aux propos du Premier ministre suite à la mort d'un cvil israélien tué par un militaire de Tsahal alors qu'il venait d'aider à neutraliser des terroristes à Jérusalem

Carrie Keller-Lynn est la correspondante politique et juridique du Times of Israël.

Le ministre du cabinet de guerre Benny Gantz, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Yoav Gallant, lors d'une conférence de presse organisée au siège du ministère de la Défense, à Tel Aviv, le 22 novembre 2023. (Crédit :Chaïm Goldberg/Flash90)
Le ministre du cabinet de guerre Benny Gantz, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Yoav Gallant, lors d'une conférence de presse organisée au siège du ministère de la Défense, à Tel Aviv, le 22 novembre 2023. (Crédit :Chaïm Goldberg/Flash90)

Le ministre de la Guerre Benny Gantz s’en est pris dimanche au Premier ministre Benjamin Netanyahu, pour sa réaction quant au meurtre, par un soldat israélien, de Yuval Castleman, civil qui avait tiré sur les auteurs d’une fusillade terroriste meurtrière à Jérusalem, en disant « C’est la vie ».

« Le cas de Yuval Castleman, ce héros, ne mérite pas un ‘C’est la vie’. C’est un signe avant-coureur, qui nous enseigne des choses qui sauveront des vies à l’avenir », a écrit Gantz sur X.

Le chef de Kakhol lavan a demandé « une enquête approfondie » pour faire le point sur les failles, sur le terrain comme au niveau politique, qui ont conduit à la mort de Castleman.

« En plus de l’enquête obligatoire sur cette tragique affaire, de la part des services militaires et policiers compétents, une enquête approfondie s’impose pour faire toute la lumière sur les circonstances, les procédures et le respect de la doctrine en matière d’armes à feu », a écrit Gantz sur X, qui fut ministre de la Défense.

Une vidéo choquante de la scène montre Castleman jeter son arme, tomber à genoux et lever les mains en l’air tout en criant « Ne tirez pas » tandis que les soldats s’approchent de lui. Il est ensuite abattu par un des militaires.

La famille de Castleman a qualifié sa mort d’« exécution ».

« C’est notre engagement envers Yuval Castleman, sa famille et la société israélienne dans son ensemble », a poursuivi Gantz, ajoutant que : « La scène d’une attaque est presque toujours complexe et je suis sûr que le soldat qui a tiré sur Yuval l’a fait par erreur, une erreur très lourde de conséquences. »

À LIRE : Le père de l’homme tué après avoir neutralisé des terroristes dénonce le silence de l’État

Netanyahu s’est ensuite adressé dimanche au père de Yuval Castleman, et l’a décrit comme un « héros » pour avoir sauvé de nombreuses vies lors d’une attaque terroriste avant d’être abattu par un soldat en permission.

« Yuval Castleman est un héros d’Israël. Yuval a sauvé de nombreuses vies dans un acte d’héroïsme suprême, mais malheureusement une terrible tragédie s’est produite là-bas – l’homme qui les a sauvées a lui-même été tué. Cette affaire doit faire l’objet d’une enquête approfondie », a affirmé le Premier ministre dans un communiqué.

« Aujourd’hui, j’ai parlé avec Moshe, le père de Yuval. Le sel de la terre, une famille sioniste, une famille merveilleuse. Moi et toute la nation pleurons avec eux la mort d’un héros d’Israël », a déclaré Netanyahu.

Après avoir initialement annoncé qu’elle n’avait aucune intention d’examiner l’incident, l’armée avait changé son fusil d’épaule dans la journée de vendredi – disant que suite aux conclusions d’une enquête initiale menée par le Shin Bet et par la police israélienne, il avait été décidé que l’unité ad-hoc au sein de la police militaire prendrait également part aux investigations.

Le soldat en question, Aviad Frija, sera interrogé dimanche, selon le site d’information Ynet, tandis que l’autre militaire présent sur les lieux, qui a été blessé, subira un interrogatoire à une date ultérieure.

La Treizième chaîne a indiqué que plusieurs personnes, et notamment le soldat blessé, avaient demandé à Frija de ne plus tirer sur Yuval. Les balles du militaire avaient aussi touché les voitures de civils qui circulaient aux abords de la scène de l’attentat.

L’autre soldat s’était occupé de Castleman, qui avait été grièvement blessé.

Frija s’était entretenu avec la Quatorzième chaîne avant la révélation des blessures mortelles infligées à Castleman. Il avait dit être fier de ses actions et il n’avait pas évoqué l’incident survenu avec le civil israélien.

« J’étais au bon endroit au mauvais moment. Mais tous les soldats meurent d’envie de connaître ça un jour », avait-il expliqué, ajoutant qu’il faisait partie des « Jeunes des collines » – ces jeunes extrémistes du mouvement pro-implantation qui établissent des avant-postes en Cisjordanie et qui commettent des violences à l’encontre des résidents palestiniens.

Il avait affirmé ne jamais avoir pris part « à des émeutes, mais je suis intégré dans le mouvement ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.