Gantz et Lapid invités à la conférence de l’AIPAC
Rechercher

Gantz et Lapid invités à la conférence de l’AIPAC

La télévision israélienne a ajouté que Moshe Yaalon et Avi Gabbay ont également été conviés à Washington aux côtés de Netanyahu, deux semaines avant les élections israéliennes

Benny Gantz et Yair Lapid de la toute nouvelle alliance Kakhol lavan lors d'une conférence de presse à Tel Aviv, le 21 février 2019. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)
Benny Gantz et Yair Lapid de la toute nouvelle alliance Kakhol lavan lors d'une conférence de presse à Tel Aviv, le 21 février 2019. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Un certain nombre d’adversaires politiques du Premier ministre Benjamin Netanyahu ont été invités à s’exprimer lors de la conférence annuelle du groupe de lobby pro-israélien américain au mois de mars, quinze jours avant les élections nationales en Israël, selon la télévision israélienne, samedi.

Selon des informations transmises par la Douzième et la Treizième chaînes, les leaders de Kakhol lavan, Benny Gantz, Yair Lapid et Moshe Yaalon ont été invités à prendre la parole à l’occasion de la conférence annuelle de l’AIPAC (American Israel Public Affairs Committee) à Washington. C’est le cas également du dirigeant du parti Travailliste Avi Gabbay.

Lapid avait été invité à l’AIPAC avant la fusion de sa formation Yesh Atid avec Hossen LeYisrael, le mouvement de Benny Gantz, une alliance dont est dorénavant issue la faction Kaklhol lavan, a fait savoir la Douzième chaîne. La présence effective des politiciens n’a pas été confirmée.

Selon le reportage qui a été diffusé, Gantz, ancien chef d’Etat-major de l’armée israélienne, devrait accepter l’invitation.

Tandis que les plus éminentes personnalités politiques s’expriment régulièrement à la conférence annuelle de l’AIPAC, l’événement, cette année, aura lieu deux semaines seulement avant le scrutin du 9 avril pour désigner la 21ème Knesset – des élections dans lesquelles les équipes de Netanyahu et de Gantz sont presque au coude à coude, selon de récents sondages.

Nul ne sait encore si les invités – s’ils sont présents – apparaîtront sur la scène principale et devant une assistance de 16 000 à 18 000 personnes ou à l’occasion de sessions plus modestes.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prend la parole lors de la conférence 2018 de l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), au Washington Convention Center, le 6 mars 2018, à Washington. (AP Photo/Jose Luis Magana)

Netanyahu devrait prononcer un discours lors de la conférence qui aura lieu du 24 au 26 mars et il espère pouvoir arranger une rencontre avec le président américain Donald Trump à la Maison Blanche, alors qu’il se trouvera à Washington.

Le Premier ministre israélien s’est souvent vanté de ses liens avec Trump qui bénéficie d’une forte popularité parmi les Israéliens, et son parti du Likud a mis en place des campagnes d’affichage sur des panneaux géants installés sur les carrefours de circulation majeurs montrant les deux hommes se serrant la main.

Tandis que l’AIPAC n’intervient généralement pas dans la politique intérieure israélienne, la conférence, cette année, suivra un blâme rare de la part du groupe d’un accord négocié par Netanyahu lui-même qui pourrait permettre au parti Otzma Yehudit d’entrer à la Knesset via une fusion avec HaBayit HaYehudi.

L’AIPAC n’a pas directement mentionné Netanyahu mais a fustigé Otzma Yehudit – un parti « raciste et répréhensible » – et a répété sa politique mise en place qui consiste à ne pas rencontrer ses responsables, des disciples de feu le rabbin suprémaciste juif Meir Kahane.

Les manoeuvres politiques de Netanyahu visant à faire entrer Otzma Yehudit dans une alliance constituée de petits partis nationaux-religieux ont également été critiquées par ses adversaires électoraux, notamment par Gantz et Lapid, auquel le Premier ministre a riposté samedi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...