Gantz refuse que Netanyahu décide seul au sujet de l’Iran
Rechercher

Gantz refuse que Netanyahu décide seul au sujet de l’Iran

Le Premier ministre a écrit aux chefs de la sécurité que seul son bureau élaborera une politique sur le projet de Biden de renouer avec l'Iran ; le ministre de la Défense refuse

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (à gauche), et le ministre de la Défense Benny Gantz, assistent à une cérémonie de remise des diplômes des nouveaux pilotes de l'armée de l'air à la base aérienne de Hatzerim près de Beer Sheva, le 25 juin 2020. (Crédit : Ariel Schalit / Pool / AFP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (à gauche), et le ministre de la Défense Benny Gantz, assistent à une cérémonie de remise des diplômes des nouveaux pilotes de l'armée de l'air à la base aérienne de Hatzerim près de Beer Sheva, le 25 juin 2020. (Crédit : Ariel Schalit / Pool / AFP)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Benny Gantz s’affronteraient au sujet de la stratégie du gouvernement pour répondre aux plans du président américain élu Joe Biden de revenir sur l’accord nucléaire iranien.

La semaine dernière, le conseiller à la sécurité nationale Meir Ben-Shabbat a envoyé une lettre à Gantz ainsi qu’au ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi, au chef d’état-major de l’armée israélienne Aviv Kohavi, au chef du Mossad Yossi Cohen et à l’ambassadeur aux Etats-Unis Ron Dermer, a rapporté jeudi le site d’information Walla.

« Voici une directive du Premier ministre : La position du gouvernement israélien sur l’accord nucléaire avec l’Iran sera formulée par le Premier ministre seul, sur la base de consultations avec le personnel du Conseil national de sécurité au sein du bureau du Premier ministre », indique la lettre.

Un assistant de Netanyahu a dit à Walla que la lettre avait été envoyée avec pour toile de fond la colère du Premier ministre suite à une interview que Dror Shalom, le chef sortant de la Division de la recherche du renseignement militaire de Tsahal, a donnée en octobre, affirmant que le retrait du président américain Donald Trump de l’accord nucléaire de 2018 n’avait peut-être pas amélioré la position stratégique d’Israël.

Le président américain Donald Trump, (à gauche), et le Premier ministre Benjamin Netanyahu se rendent à une réunion dans le bureau ovale de la Maison Blanche à Washington, le 27 janvier 2020. (AP Photo/ Evan Vucci)

Netanyahu a fait l’éloge de Trump pour s’être retiré de l’accord, connu sous le nom de Plan d’action global conjoint, [Joint Comprehensive Plan of Action – JCPOA].

En outre, l’assistant de Netanyahu a déclaré que le Premier ministre avait été contrarié par les commentaires sur l’accord avec l’Iran faits par Gantz et d’autres hauts fonctionnaires des services de sécurité lors de réunions avec le président de l’état-major interarmées américain Mark Milley, commentaires que le Premier ministre a jugés trop modérés.

Selon le média, Gantz a été choqué par la lettre envoyée au nom de Netanyahu et a choisi d’y répondre deux jours plus tard.

Gantz a répondu en affirmant que si c’est à Netanyahu de déterminer la politique, il n’a cependant pas le pouvoir de contourner l’establishment de la défense et le cabinet de sécurité.

« La question de la sécurité, surtout en ce qui concerne la question iranienne, n’est pas l’affaire d’un seul homme », a écrit M. Gantz.

Le ministre de la Défense a ajouté que l’élaboration de la politique devrait être effectuée par l’ensemble de l’établissement de sécurité et pas seulement par le Conseil national de sécurité, qui est sous la juridiction du bureau du Premier ministre.

De gauche à droite : Aviv Kohavi, chef d’état-major de Tsahal, général Mark Milley, président des chefs d’état-major interarmées des États-Unis, et Benny Gantz, ministre de la Défense, se rencontrent au quartier général militaire à Tel Aviv le 18 décembre 2020. (Crédit : Ariel Hermoni / ministère de la Défense)

Ce combat a lieu alors que les relations entre Netanyahu et Gantz sont au plus bas, leur accord de coalition s’étant effondré fin décembre, entraînant le pays vers une quatrième élection en deux ans.

Sur un certain nombre de questions de sécurité ces dernières années, Netanyahu a préféré donner l’autorité exclusive au Conseil national de sécurité, laissant Gantz, le ministère de la Défense et l’armée israélienne dans l’ignorance. Cela a inclus les accords de normalisation signés avec les pays arabes voisins, ainsi que la vente de F-35 par les États-Unis aux Émirats arabes unis et la vente de sous-marins militaires par l’Allemagne à l’Égypte.

Le bureau du Premier ministre et le ministère de la Défense ont refusé de commenter les informations de Walla.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...