Gaza : L’Égypte maintient exceptionnellement ouvert Rafah deux mois de plus
Rechercher

Gaza : L’Égypte maintient exceptionnellement ouvert Rafah deux mois de plus

Le poste-frontière avec Gaza, qui a été ouvert pendant le mois du Ramadan, le resterait encore tout l'été pour des raisons humanitaires

Les portraits du président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi et du leader palestinien Mahmoud Abbas dressés au carrefour de Rafah avec l'Egypte, le 1er novembre 2017 (Crédit : SAID KHATIB / AFP)
Les portraits du président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi et du leader palestinien Mahmoud Abbas dressés au carrefour de Rafah avec l'Egypte, le 1er novembre 2017 (Crédit : SAID KHATIB / AFP)

Le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi aurait ordonné que le poste-frontière de Rafah avec la bande de Gaza reste ouvert pour des raisons humanitaires jusqu’à la fête musulmane de l’Aïd al-Adha, à la fin du mois d’août.

L’Egypte avait d’ores et déjà ouvert le poste pendant un mois, dans les deux directions, au cours du Ramadan. Jamais une période d’ouverture du point de passage frontalier n’avait été aussi longue au cours de ces dernières années.

Mardi, des sources proches des services égyptiens de sécurité, qui ont été citées par les médias locaux, ont indiqué que les personnes et les biens pourront transiter via le poste de Rafah pendant deux mois supplémentaires pour réduire le fardeau placé sur la population de Gaza.

Pendant des années, l’Egypte n’a ouvert son seul point de passage avec Gaza que de manière sporadique et pour des périodes courtes alors que le pays combattait une insurrection dans le nord du Sinaï, adjacent à l’enclave palestinienne.

L’Aïd al-Adha, ou « fête du sacrifice » devrait être célébrée cette année par tous les musulmans du monde du 21 au 25 août, même si les dates exactes peuvent varier.

Le Hamas, groupe terroriste à la tête de la bande, a salué cette décision et déclaré que « les résidents de Gaza remercient le président Sissi et appellent au maintien de l’ouverture du poste-frontière de Rafah ».

Depuis 2007, Israël et l’Egypte imposent un blocus à Gaza qui, selon l’Etat juif, est nécessaire pour empêcher le Hamas de faire entrer clandestinement des armes dans la bande. Actuellement, les produits arrivent dans les ports israéliens où ils sont contrôlés et amenés à Gaza au rythme de centaines de camions par jour.

Les conditions de vie qui ne cessent de se détériorer dans la bande ont été citées par des responsables de la sécurité comme étant un facteur majeur attisant les affrontements violents sur la frontière avec Israël, ainsi qu’un sentiment négatif de désespoir.

Lundi, Haaretz a fait savoir que les Etats-Unis cherchent à collecter la somme de plus de 500 millions de dollars auprès des états du Golfe pour financer des projets de développement énergétique et économique avec pour objectif d’améliorer la situation humanitaire à Gaza, avant de révéler le plan du président américain Donald Trump de résolution du conflit israélo-palestinien.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...