Gaza : un soldat israélien tué par des tirs de snipers palestiniens du Hamas
Rechercher
Breaking News

Gaza : un soldat israélien tué par des tirs de snipers palestiniens du Hamas

Tsahal n'a pas exclu une offensive terrestre majeure ; L'armée a indiqué que le Hamas a choisi "l'escalade" ; l'ONU demande aux deux parties de "s'éloigner du bord du précipice"

Une photo prise le 20 juillet 2018 montre des explosions suite à des bombardements israéliens à Khan Yunis dans le sud de la bande de Gaza suite à des tirs de roquettes. (Crédit : Afp / DIT KHATIB)
Une photo prise le 20 juillet 2018 montre des explosions suite à des bombardements israéliens à Khan Yunis dans le sud de la bande de Gaza suite à des tirs de roquettes. (Crédit : Afp / DIT KHATIB)

Un soldat israélien a été tué vendredi à la frontière par des tirs de snipers palestiniens du groupe terroriste du Hamas, a annoncé l’armée dans un communiqué.

« Durant un incident, un groupe de terroristes a tiré vers des soldats israéliens. L’un d’entre eux a été grièvement atteint et a succombé ensuite à ses blessures », a ajouté l’armée précisant avoir riposté par une série de raids aériens contre l’enclave palestinienne.

Trois projectiles ont été tirés vendredi soir de la bande de Gaza vers le territoire israélien dont deux ont été interceptés en vol par le système du Dôme de fer, a annoncé l’armée israélienne dans un communiqué.

L’armée n’a pas précisé où le troisième projectile avait explosé. Selon la radio publique israélienne, il a atteint un champ en territoire israélien sans faire ni victime ni dégât.

L’aviation israélienne dit poursuivre ses frappes aériennes dans la bande de Gaza.

Quatre Palestiniens dont trois « combattants » du mouvement terroriste islamiste du Hamas ont été tués vendredi à Gaza par l’armée israélienne. La branche militaire du Hamas, les Brigades Ezzedine al-Qassam, a indiqué dans un communiqué que ces trois Palestiniens étaient des « combattants » membres de cette organisation terroriste.

Un quatrième Palestinien a été tué par des tirs de soldats israéliens près de la zone frontalière à l’est de la ville de Gaza, selon le ministère de la Santé gazaoui, contrôlé par le Hamas.

« En ce moment, nous menons des attaques généralisées contre des cibles terroristes appartenant au Hamas dans la bande de Gaza », a ajouté l’armée israélienne, précisant que cette attaque avait eu lieu après les « tirs nourris contre nos forces ». Une émeute a eu lieu à la frontière plus tôt dans la journée.

L’armée a indiqué que le Hamas a choisi « l’escalade ». L’armée a déclaré avoir visé le quartier général du Hamas qui a été complètement détruit avec « des magasins d’armes et de munitions, des terrains d’entraînement, des postes d’observation, des centres de contrôle et les bureaux du commandant de la brigade.  »

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a mené des consultations vendredi soir avec le chef d’état-major le général Gadi Eizenkot et M. Liberman au ministère de la Défense.

Le porte-parole de Tsahal, Ronen Manelis, n’a pas exclu une offensive terrestre majeure, mais a déclaré que l’armée israélienne ne cherchait pas à entrer dans un conflit à grande échelle. Néanmoins, les tirs sur les troupes israéliennes à la frontière étaient « l’incident le plus grave » depuis le conflit de 2014, a déclaré Manelis.

Eizenkot a assuré que l’armée était prête à n’importe quel scénario.

Gadi Eizenkot, chef d’état-major de l’armée israélienne, lors d’une conférence au Centre interdisciplinaire d’Herzliya, le 2 janvier 2018 (Crédit : FLASH90)

« La semaine dernière, l’armée de l’air a mené des frappes qui ont été décrites comme les plus importantes depuis l’Opération Bordure Protectrice en 2014, nous y reviendrons après notre réponse et nous dirons que c’était une blague », a déclaré le ministre Tzachi Hanegbi à Hadashot TV.

« Les gants se détachent. »

« La situation est que le Hamas a ignoré à plusieurs reprises nos avertissements, à la fois privés et publics », a déclaré M. Hanegbi.

Les analystes de Hadashot TV ont déclaré que si la réponse d’Israël serait généralisée, il était peu probable qu’elle inclue l’entrée des forces terrestres.

Les Israéliens vivant près de la frontière de Gaza ont été invités à rester près des abris anti-aériens et à ne pas assister aux offices du vendredi soir dans les synagogues.

Les rapports ont indiqué que des forces spéciales israéliennes avaient été postées près des communautés frontalières pour empêcher d’éventuelles attaques du Hamas à travers des tunnels d’attaque en Israël.

Manelis a déclaré que le Hamas avait passé les trois derniers mois et demi à perpétrer des actes de terrorisme lors de manifestations de masse à la frontière, en tirant des roquettes et des obus de mortier sur Israël et en lançant des cerfs-volants et des ballons.

Israël a essayé de faire comprendre aux chefs terroristes qu’il était temps que le terrorisme cesse, mais le Hamas n’a évidemment pas reçu le message, a-t-il déclaré à Hadashot TV.

Manelis a noté que les troupes israéliennes ont effectué un exercice majeur cette semaine, dont une simulation d’une incursion terrestre pour reprendre le contrôle de Gaza, d’où Israël s’est retiré en 2005.

Interrogé si c’était un scénario probable, Manelis a dit qu’il serait plus raisonnable d’attendre comment la situation se présente « au cours des prochaines heures ».

Il a noté qu’Israël avait déployé des batteries de défense anti-missiles du Dôme de fer dans le sud et le centre du pays, et a déclaré que l’armée israélienne était prête « pour tous les scénarios ».

Nickolay Mladenov, envoyé de l’ONU pour la paix au Moyen-Orient, est interviewé à la suite de la conférence de l’INSS à Tel Aviv le 30 janvier 2018. (Crédit : AFP / Jack Guez)

L’envoyé spécial de l’ONU pour le Moyen-Orient, Nickolay Mladenov a appelé vendredi Israël et le Hamas à « s’éloigner du bord du précipice » à la suite d’une flambée de violences dans la bande de Gaza qui a coûté la vie à quatre Palestiniens.

« Chacun dans la bande de Gaza doit s’éloigner du précipice. Pas la semaine prochaine. Pas demain. IMMEDIATEMENT », a écrit M. Mladenov sur son compte Twitter. « Ceux qui veulent provoquer une guerre entre Palestiniens et Israéliens ne doivent pas y parvenir », a-t-il ajouté.

Des membres du Hamas et des Palestiniens lancent continuellement depuis des mois des cerfs-volants et ballons incendiaires depuis Gaza qui ont mis le feu à plus de 2 600 hectares sur le territoire israélien.

Le week-end dernier, Israël et le Hamas avaient connu leur plus importante confrontation depuis la guerre qui les a opposés en 2014.

Le ministre israélien de la Défense Avigdor Liberman a multiplié ces derniers jours les menaces d’une opération de grande envergure dans la bande de Gaza si le Hamas ne mettait pas fin au lancement de cerf-volants et ballons incendiaires.

Les télévisions israéliennes ont diffusé cette semaine des images de manœuvres de l’armée s’entraînant pour une incursion terrestre dans la bande de Gaza.

Des membres du gouvernement tels que les ministres de l’Education Naftali Bennett et de la Sécurité intérieure Gilad Erdan ont préconisé d’attaquer systématiquement les lanceurs de cerf-volants en les considérant comme des « terroristes ».

Le ministère de la Défense a suspendu jusqu’à dimanche les livraisons de fioul et de gaz via Kerem Shalom, le seul point de passage de marchandises entre Israël et l’enclave.

La semaine dernière, Israël avait déjà annoncé la fermeture de ce point de passage pour nombre de marchandises, le Hamas qui contrôle l’enclave palestinienne dénonçant un « crime contre l’humanité ».

Israël a aussi réduit la zone maritime ouverte aux pêcheurs de Gaza.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...