Gouverneur de la Banque d’Israël : Il faut adopter le budget 2021 au plus vite
Rechercher

Gouverneur de la Banque d’Israël : Il faut adopter le budget 2021 au plus vite

Le Fonds monétaire international avait aussi appelé jeudi le gouvernement israélien à adopter rapidement un budget pour 2021

Le gouverneur de la Banque d'Israël, Amir Yaron, lors d'une conférence de presse, le 31 mars 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)
Le gouverneur de la Banque d'Israël, Amir Yaron, lors d'une conférence de presse, le 31 mars 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)

S’adressant à la commission des finances de la Knesset, Yaron a déclaré lundi que « le problème de l’incertitude en Israël est critique ».

Le Premier ministre et son parti, le Likud, ont insisté pour que le budget 2021 soit reporté en raison de l’incertitude causée par la pandémie de coronavirus.

Selon les critiques, il s’agit d’une tactique dilatoire, le Premier ministre cherchant à utiliser le budget de l’année prochaine pour manœuvrer en vue de nouvelles élections.

Les tensions politiques entre le Premier ministre Benjamin Netanyahu et ses partenaires de la coalition, dirigée par Benny Gantz, ont empêché l’adoption des budgets 2020 et 2021.

Le Fonds monétaire international (FMI) avait aussi appelé jeudi le gouvernement israélien à adopter rapidement un budget pour 2021 afin d’aider à positionner l’économie pour la croissance.

Une « adoption rapide » du budget « aiderait à hiérarchiser les dépenses, à positionner l’économie pour la croissance et à réduire l’incertitude économique liée à la pandémie », ont écrit les responsables du FMI dans un premier résumé du rapport 2020 sur l’économie israélienne présenté à la Banque d’Israël jeudi. Un rapport final est attendu en décembre.

Dans le rapport, le FMI a déclaré que les mesures politiques mises en œuvre par Israël pour contenir les retombées économiques de la pandémie ont réussi à calmer les marchés et à « limiter les dégâts » à l’économie.

Malgré cela, les perspectives restent difficiles, « les risques sont sans précédent » et le produit intérieur brut devrait se contracter, le chômage restant probablement à deux chiffres.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...