Grèce : naufrage d’une embarcation de migrants, un mort, 27 rescapés
Rechercher

Grèce : naufrage d’une embarcation de migrants, un mort, 27 rescapés

Les naufrages des embarcations de fortune de ces immigrants fuyant les guerres et la pauvreté sont fréquents lors de la traversée du bras de mer entre la Grèce et la Turquie

Illustration : Des migrants et des réfugiés arrivent en dériveur sur l'île grecque de Lesbos, après avoir traversé la mer Egée depuis la Turquie, le 14 octobre 2015. (AFP Photo / Dimitar Dilkoff)
Illustration : Des migrants et des réfugiés arrivent en dériveur sur l'île grecque de Lesbos, après avoir traversé la mer Egée depuis la Turquie, le 14 octobre 2015. (AFP Photo / Dimitar Dilkoff)

Le corps d’un migrant a été retrouvé mardi et 27 personnes ont été secourues par la police portuaire sur l’île grecque de Lesbos en mer Egée, après le naufrage de leur embarcation arrivée de Turquie par un froid glacial, selon les autorités.

Le groupe de migrants, dont la majorité sont des Somaliens, avait appareillé des côtes turques voisines avant d’arriver lundi soir sur la côte de Gera, dans l’est de Lesbos, où ils ont passé la nuit, a indiqué un responsable de la police portuaire.

Selon les premières informations, l’homme est mort de froid, le mercure étant tombé en dessous de 0 degré Celsius à Lesbos. La Grèce est frappée depuis deux jours par une vague de froid et des chutes de neige.

L’identité de la victime n’a pas été annoncée pour l’instant par les autorités.

« Les autorités ont initialement retrouvé 24 personnes dont 15 femmes, un enfant et huit hommes » sur la côte de Gera, a indiqué à l’AFP un responsable du bureau de presse des gardes-côtes.

Les rescapés ayant indiqué que trois autres hommes manquaient à l’appel, les autorités ont poursuivi leurs recherches et les ont retrouvés sains et saufs sur une plage voisine, a ajouté ce responsable.

Les personnes secourues doivent être transférées à l’hôpital de Mytilène, chef-lieu de l’île, pour recevoir des premiers soins.

Un canot transportant des réfugiés débarque sur une plage de l’île de Lesbos au nord de la Grèce (Crédit : Boaz Arad/IsraAID)

Les îles grecques de l’Est de la mer Egée, dont Lesbos, sont l’une des portes d’entrée en Europe des personnes fuyant guerres et pauvreté. Les naufrages de leurs embarcations de fortune sont fréquents lors de la traversée du bras de mer entre la Grèce et la Turquie.

Le nombre d’arrivées a considérablement baissé l’année dernière après un tour de vis sécuritaire du gouvernement conservateur grec et des restrictions imposées pour endiguer la pandémie du coronavirus.

« 2020 est une année charnière (…) nous avons réduit le flux de 80 % en appliquant une politique efficace », s’est félicité mardi Notis Mitarachi, ministre des Migrations et de l’Asile, dans un communiqué.

Il a souligné que le nombre de migrants dans les camps de cinq îles en mer Egée, dont Lesbos, avait baissé de plus de 50 % « passant de 34.000 au début de 2020 à 15.000 actuellement » et que le nombre de retours avait atteint 11.000 personnes.

Toutefois, le nombre de refoulements illégaux de migrants en mer Egée a augmenté en 2020 selon de nombreuses vidéos publiées par des ONG et des médias.

Une enquête est actuellement en cours par l’Office européen de lutte contre la fraude (Olaf) sur les pratiques de l’Agence de surveillance des frontières de l’UE, Frontex, visée par ces accusations.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...