Rechercher

Grippe aviaire dans le nord d’Israël, la même souche qui a causé l’épidémie en 2021

Premiers cas observés chez les dindes d'un abattoir près de Beit Shean ; les fermes environnantes mises en quarantaine, afin d’empêcher la propagation aux oiseaux sauvages

Des ouvriers en tenue de protection au Moshav Givat Yoav, dans le nord d'Israël, suite à une épidémie de grippe aviaire, le 29 décembre 2021. (Crédit : Michael Giladi/Flash90)
Des ouvriers en tenue de protection au Moshav Givat Yoav, dans le nord d'Israël, suite à une épidémie de grippe aviaire, le 29 décembre 2021. (Crédit : Michael Giladi/Flash90)

Le ministère de l’Agriculture a annoncé mardi que des dindes infectées par la grippe aviaire ont été détectées dans un abattoir du nord d’Israël, faisant craindre une nouvelle épidémie du virus qui a ravagé les volailles domestiques et sauvages dans le pays il y a un an.

Le virus a été découvert dans un élevage de dindes du kibboutz Shluhot, situé près de Beit She’an.

Les tests ont révélé que les volailles étaient infectées par la même souche de la grippe aviaire, H5N1, qui avait ravagé les poulaillers du nord d’Israël, nécessitant l’abattage de centaines de milliers de volatiles l’hiver dernier.

Le virus s’est par ailleurs propagé aux oiseaux sauvages l’an dernier, pour la première fois, et a entraîné la mort de 5 000 grues dans la réserve du lac Hula.

Les volailles provenant de l’abattoir touché n’ont pas été vendues aux distributeurs et cet abattoir ainsi que les poulaillers situés dans un rayon de 10 km autour de Shluhot ont été placés en quarantaine, a indiqué le ministère de l’Agriculture.

Le ministère a également demandé le transfert immédiat de tous les poulets biologiques, élevés en plein air, ainsi que les autres, vers des installations fermées.

La souche H5N1 du virus est transmissible à l’homme et, l’année dernière, les experts ont averti que le risque de propagation du virus à l’homme constituait une sérieuse source d’inquiétude, bien qu’aucun être humain n’eut finalement été contaminé.

Une photo de l’épidémie de grippe aviaire, avec des travailleurs du ministère de l’Agriculture enterrant les carcasses de dindes mortes au kibboutz En Hashlosha, dans l’ouest du Neguev, en Israël, en 2006. Illustration (Crédit : chameleonseye/iStock/Getty Images)

D’autres souches de la grippe aviaire, notamment H7N9, H5N6 et H5N8, sont également transmissibles à l’homme.

Le mois dernier, l’Autorité israélienne de la nature et des parcs a déclaré qu’elle avait cessé de nourrir les pélicans migrateurs dans le nord d’Israël cette année afin de réduire les risques que la grippe aviaire décime les volées concentrées. Israël se trouve sur la route de migration annuelle des oiseaux entre l’Europe, l’Asie et l’Afrique.

Les responsables du ministère de l’Agriculture ont également déclaré qu’ils coordonnaient leurs efforts avec ceux du ministère de la Santé et de l’autorité chargée de la nature et des parcs afin d’atténuer le risque de transmission du virus entre les enclos par les volailles sauvages.

Grues mortes qui ont été infectées par l’influenza aviaire (grippe aviaire) dans la réserve naturelle de la vallée de Hula, dans le nord d’Israël, le 2 janvier 2022. (Crédit : Moraz Brom/Flash90)

Les cas de grippe aviaire en Israël ne sont pas rares, mais sont généralement maîtrisés rapidement par la mise en quarantaine des poulaillers et l’abattage des volailles touchées.

Les autorités ont déclaré que l’épidémie de 2021 était en partie due à l’utilisation par les agriculteurs de poulaillers de fortune, aux conditions insalubres et au manque de surveillance ou de signalement par les agriculteurs de Margaliot, la communauté du nord où l’épidémie a pris naissance.

Au total, l’épidémie de grippe aviaire de 2021 avait touché 20 complexes de poulaillers – principalement dans le nord d’Israël, qui comptent environ un million de poules – ainsi que 15 habitats d’oiseaux.

La ministre de l’Environnement, Tamar Zandberg, a qualifié l’épidémie de « pire coup porté à la faune sauvage dans l’histoire du pays. »

Sue Surkes a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...