Rechercher

La grippe aviaire pourrait atteindre le Lac de Tibériade et contaminer les humains

Le ministère de la Santé assure que les tests effectués jusqu'à présent n'ont pas révélé de pollution de l'eau provenant de la réserve du lac Hula, où 5 000 grues sont mortes

La promenade de la plage de Tibériade, au nord d'Israël, au bord du lac de Tibériade, le 30 janvier 2020. (Crédit : David Cohen/Flash90)
La promenade de la plage de Tibériade, au nord d'Israël, au bord du lac de Tibériade, le 30 janvier 2020. (Crédit : David Cohen/Flash90)

Un expert a averti jeudi que l’épidémie de grippe aviaire qui a tué un grand nombre d’oiseaux domestiques et sauvages ces dernières semaines dans le nord d’Israël risquait de se propager au lac de Tibériade.

Le professeur Moshe Gofen, ancien directeur du laboratoire limnologique du Kinneret, a déclaré que l’écoulement des eaux de la réserve du lac Hula – où quelque 5 000 grues sauvages sont mortes de la grippe aviaire – vers la mer de Galilée représente un danger pour les humains, selon le radiodiffuseur public Kan.

Gofen a affirmé qu’il n’y avait aucun moyen d’empêcher les eaux du lac d’être polluées et a appelé à mettre en garde le grand public, alors que le ministère de l’Agriculture a déclaré qu’il était préoccupé par la possibilité que le virus infecte les humains.

Mais l’Autorité de l’eau et le ministère de la Santé ont déclaré que les tests effectués jusqu’à présent n’ont pas révélé que les eaux du lac de Tibériade et du Jourdain étaient contaminées par le virus.

« Il est important de souligner que l’ont peut contracter la grippe aviaire en cas de contact étroit avec des oiseaux infectés et leurs sécrétions. Cependant, la possibilité que l’homme soit contaminé est faible », ont déclaré les agences gouvernementales dans un communiqué conjoint.

Rassemblement des carcasses de grues sauvages tuées par la grippe aviaire dans la réserve naturelle du lac Hula, dans le nord d’Israël, le 27 décembre. (Hadas Kahaner, Autorité israélienne de la nature et des parcs)

Les autorités ont souligné qu’aucun cas d’infection humaine par la grippe aviaire à partir d’eau ou de nourriture n’avait été enregistré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...