Guterres appelle au calme dans le Golan ; Israël veut une condamnation de l’ONU
Rechercher

Guterres appelle au calme dans le Golan ; Israël veut une condamnation de l’ONU

Le chef des Nations unies recommande vivement "un arrêt immédiat de tous les actes hostiles"

L'ambassadeur d'Israël auprès des Nations unies, Danny Danon s'adressant à l'Assemblée générale. (Crédit : Photo de l'ONU / Manuel Elias)
L'ambassadeur d'Israël auprès des Nations unies, Danny Danon s'adressant à l'Assemblée générale. (Crédit : Photo de l'ONU / Manuel Elias)

L’ambassadeur israélien aux Nations unies a appelé le Conseil de sécurité et son secrétaire-général à « condamner les actes d’agression de l’Iran » et leur a également demandé d’exiger de l’Iran « un retrait de sa présence militaire en Syrie », alors que le chef de l’instance mondiale a appelé au calme.

Danny Danon a déclaré dans ses courriers adressés au Conseil et au chef de l’ONU, Antonio Guterres, que « la communauté internationale ne peut pas rester à ne rien faire alors qu’un régime tyrannique a attaqué une nation souveraine et continue à menacer l’existence même d’un état membre des Nations unies ».

« Israël n’est pas intéressé par une escalade mais nous ne permettrons en aucun cas à l’Iran d’établir une présence militaire en Syrie dont le but sera d’attaquer Israël et de détériorer une situation déjà fragile dans la région », a ajouté Dannon.

Lors des échanges de les plus importants entre les deux ennemis jusqu’à présent, l’Iran a lancé 20 roquettes vers Israël depuis la Syrie jeudi en début de matinée, entraînant une attaque massive de représailles qui a décimé les implantations iranienne dans ce pays déchiré par la guerre, ont fait savoir les militaires israéliens.

La communauté internationale a appelé à la retenue face au danger d’une guerre ouverte entre les deux pays ennemis sur le théâtre syrien.

Le chef de l’ONU Antonio Guterres prononce un discours lors de la séance d’ouverture annuelle du comité de décolonisation, auquel la Syrie a été élue le 22 février 2018. (Capture d’écran: UN Web TV)

Guterres a demandé jeudi un «  »un arrêt immédiat de tous les actes hostiles ».

Dans son communiqué, Antonio Guterres a aussi réclamé au « Conseil de sécurité de rester activement saisi » du dossier syrien, qui doit aboutir à « une solution politique », et « à assumer ses responsabilités » en vertu de la Charte des Nations unies.

« Le secrétaire général recommande avec force un arrêt immédiat de tous les actes hostiles et provocations afin d’éviter une nouvelle conflagration » au Moyen-Orient, une « région déjà plongée dans des conflits terribles avec une souffrance immense des civils », a commenté un porte-parole de Guterres.

Jeudi, aucun des 15 pays membres du Conseil de sécurité ne semblait en voie de demander une réunion d’urgence sur l’escalade militaire inédite entre Israël et l’Iran. Interrogés par des médias à ce sujet, plusieurs ambassadeurs (Russie, France, Royaume-Uni et Pologne) ont tous répondu: « Pas pour le moment ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...