Hamas : « Inacceptable » qu’Ilhan Omar nous mette sur le même plan qu’Israël
Rechercher

Hamas : « Inacceptable » qu’Ilhan Omar nous mette sur le même plan qu’Israël

Le groupe terroriste accuse la démocrate du Minnesota d'avoir "mis sur un pied d'égalité la victime et le bourreau", mais la félicite pour son soutien aux droits des Palestiniens

Des membres de l'aile militaire du groupe terroriste du Hamas piétinent un drapeau israélien à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 27 mai 2021, alors que le Hamas revendique la victoire après un conflit de 11 jours avec Israël. (Crédit : SAID KHATIB / AFP)
Des membres de l'aile militaire du groupe terroriste du Hamas piétinent un drapeau israélien à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 27 mai 2021, alors que le Hamas revendique la victoire après un conflit de 11 jours avec Israël. (Crédit : SAID KHATIB / AFP)

Le groupe terroriste palestinien du Hamas a rejeté samedi les propos d’Ilhan Omar, membre du Congrès américain, qui a assimilé le groupe terroriste à la tête de la bande de Gaza à Israël, aux États-Unis et aux talibans dans ses commentaires sur les enquêtes relatives aux crimes de guerre présumés.

Ilhan Omar, une démocrate du Minnesota, a fait l’objet de vives critiques de la part de ses collègues juifs en raison de ses remarques, mais elle affirme qu’elle ne mettait pas Israël et les États-Unis sur le même plan que le Hamas et les Talibans.

Qualifiant ses commentaires de « singuliers », le Hamas n’a pas accepté son démenti.

« Elle a mis sur un pied d’égalité la victime et le bourreau lorsqu’elle a traité sur un pied d’égalité la résistance du peuple palestinien, les crimes israéliens en Palestine et l’agression américaine en Afghanistan », a déclaré Bassem Naim, porte-parole international de l’organisation terroriste islamiste, dans un communiqué.

La représentante du Minnesota Ilhan Omar à Washington, le 6 mars 2019. (Crédit : AP/J. Scott Applewhite)

Naim a loué Omar pour son « soutien à la justice et aux droits des opprimés dans le monde entier », en particulier pour les « droits justes » des Palestiniens.

« Cependant, il est inacceptable de faire une telle comparaison injuste, qui contredit les normes fondamentales de la justice et du droit international », a-t-il déclaré.

Il a également appelé Omar « et tous les défenseurs des droits des Palestiniens… à fournir une description correcte et précise de la situation ».

Omar n’a pas réagi à cette répudiation, qui est intervenue quelques jours après qu’elle s’est emportée contre ses collègues juifs du parti démocrate, qui avaient déclaré que ses commentaires fournissaient « une couverture aux groupes terroristes ».

« Il est honteux que des collègues qui m’appellent lorsqu’ils ont besoin de mon soutien fassent maintenant une déclaration demandant une ‘clarification’ et ne se contentent pas d’appeler », a tweeté Omar. « Les tropes islamophobes de cette déclaration sont offensantes. Le harcèlement constant et le silence des signataires de cette lettre sont insupportables. »

Dans une déclaration ultérieure, jeudi, Omar a déclaré : « Lundi, j’ai interrogé le secrétaire d’État Antony Blinken sur les enquêtes en cours de la Cour pénale internationale. Pour être clair : la conversation portait sur la responsabilité d’incidents spécifiques concernant ces affaires de la CPI, et non sur une comparaison morale entre le Hamas et les Talibans et les États-Unis et Israël. »

« Je ne mettais en aucun cas sur un pied d’égalité les organisations terroristes et les pays démocratiques dotés de systèmes judiciaires bien établis », a-t-elle ajouté. Elle n’a pas tweeté cette déclaration.

Lundi, Mme Omar avait posté des images d’elle interrogeant M. Blinken lors d’une audition de la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants sur l’opposition de l’administration Biden aux enquêtes de la Cour pénale internationale en Afghanistan, en Israël, en Cisjordanie et à Gaza.

« Nous devons avoir le même niveau de responsabilité et de justice pour toutes les victimes de crimes contre l’humanité », a-t-elle écrit. « Nous avons été témoins d’atrocités impensables commises par les États-Unis, le Hamas, Israël, l’Afghanistan et les Talibans », a-t-elle écrit dans le post qui inclut les images de l’audience de la commission.

L’affaire a également été au centre d’une réunion mercredi du caucus officieux des 25 démocrates juifs de la Chambre, qui avait été convoqué pour discuter de la récente montée de l’antisémitisme, mais qui a été orienté par le représentant Brad Schneider de l’Illinois pour se concentrer sur Omar.

Près de la moitié du caucus a accepté de soutenir une déclaration qualifiant la comparaison d’Omar d' »offensante et malavisée… Ignorer les différences entre les démocraties régies par l’État de droit et les organisations méprisables qui s’engagent dans le terrorisme discrédite au mieux l’argument que l’on veut faire valoir et reflète au pire un préjugé profondément ancré ».

Alors que Mme Omar a été critiquée de toutes parts, plusieurs démocrates progressistes ont pris sa défense.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...