Hezbollah : venger Soleimani est la « responsabilité » de la « Résistance »
Rechercher

Hezbollah : venger Soleimani est la « responsabilité » de la « Résistance »

"Nous qui sommes restés après lui, nous allons poursuivre sa voie et allons œuvrer nuit et jour pour réaliser ses objectifs", a promis Hassan Nasrallah

Un discours du chef du Hezbollah Hassan Nasrallah est retransmis sur un écran géant dans la banlieue sud de la capitale libanaise, le 31 août 2019. (Photo par ANWAR AMRO / AFP)
Un discours du chef du Hezbollah Hassan Nasrallah est retransmis sur un écran géant dans la banlieue sud de la capitale libanaise, le 31 août 2019. (Photo par ANWAR AMRO / AFP)

Le chef du mouvement chiite libanais Hezbollah, grand allié de l’Iran, a promis vendredi « le juste châtiment » aux « assassins criminels » responsables de la mort du général iranien Qassem Soleimani, tué en Irak dans un raid américain.

« Apporter le juste châtiment aux assassins criminels (…) sera la responsabilité et la tâche de tous les résistants et combattants à travers le monde entier », a promis dans un communiqué le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah.

Le Hezbollah utilise généralement le terme de « Résistance » pour désigner le mouvement et ses alliés, Iran et Syrie en tête, dans leur lutte contre Israël et la présence militaire des Etats-Unis dans la région, qu’il dénonce comme une puissance impérialiste.

« Nous qui sommes restés après lui, nous allons poursuivre sa voie et allons œuvrer nuit et jour pour réaliser ses objectifs », a promis M. Nasrallah, évoquant Soleimani.

« Nous porterons son étendard sur tous les champs de bataille et sur tous les fronts, nous allons intensifier les victoires de l’axe de la Résistance, avec la bénédiction de son sang pur », a-t-il ajouté.

Une image publiée sur le site officiel d’Ali Khamenei le 25 septembre, montrant Khamenei, le chef suprême de l’Iran, à gauche, aux côtés du chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, au centre, et du commandant de la Force Al-Qods du Corps des Gardiens de la révolution islamique Qassem Soleimani. (Crédit : Khamenei.ir)

L’Iran a directement participé à la création du Hezbollah et l’alliance se maintient depuis des décennies.

Le mouvement du Hezbollah a des combattants déployés en Syrie pour soutenir avec les forces iraniennes le pouvoir de Bachar al-Assad.

Dans un rare entretien diffusé en octobre à la télévision d’Etat iranienne, le général Soleimani avait indiqué qu’il était présent à l’été 2006 au Liban au côté du Hezbollah lors de sa confrontation avec Israël.

Le général a assuré être resté au Liban pratiquement tout au long de la durée de cette guerre de plus de trente jours.

Il a raconté comment, pris sous des bombardements israéliens sur la banlieue sud de Beyrouth, il a évacué Hassan Nasrallah de la « chambre d’opérations » où il se trouvait, avec Imad Moughniyeh, haut commandant militaire du Hezbollah tué en 2008.

Selon son récit, lui et Moughniyeh font passer le chef du Hezbollah cette nuit-là d’abri en cachette avant de revenir tous deux à leur centre de commandement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...