Rechercher

Iran : mesures sévères contre les contrevenants à l’obligation du port du voile

Les peines sont applicables à toute personne qui ne respecterait pas le port du voile, comme une femme non voilée ou un restaurateur qui accueillerait une cliente sans hijab

Une femme regarde un foulard sur un marché du centre-ville de Téhéran, en Iran, le 3 juillet 2019. (Crédit : AP Photo/Ebrahim Noroozi)
Une femme regarde un foulard sur un marché du centre-ville de Téhéran, en Iran, le 3 juillet 2019. (Crédit : AP Photo/Ebrahim Noroozi)

L’Autorité judiciaire iranienne veut faire appliquer de nouveau une loi prévoyant de sévères sanctions, comme l’exil, pour les personnes qui ne respecteraient pas l’obligation du port du voile, a indiqué mardi une agence locale.

Cette annonce survient alors que l’Iran est secoué par des manifestations déclenchées par la mort le 16 septembre de Mahsa Amini, 22 ans, à la suite de son arrestation par la police des mœurs pour violation présumée du code vestimentaire pour les femmes.

« La police a reçu récemment une directive du procureur général lui ordonnant d’agir fermement contre toute infraction au port du voile », a indiqué Abdolsamad Khoramabadi, l’adjoint du procureur, cité par l’agence Mehr.

Dans ce cadre, « les tribunaux doivent condamner les contrevenants, en plus d’une amende, à des peines supplémentaires (…) comme l’exil, l’interdiction d’exercer une certaine profession et la fermeture du lieu de travail », a ajouté M. Khoramabadi.

Ces peines sont applicables à toute personne qui ne respecterait pas le port obligatoire du voile, comme une femme non voilée ou un restaurateur qui accueillerait une cliente sans hijab.

Après le début du mouvement de contestation ayant suivi la mort d’Amini, de plus en plus de femmes ont été vues tête nue dans la rue, ou en voiture, sans entraîner de réaction de la police.

Mais début janvier, des médias locaux ont rapporté que la police avait recommencé à surveiller le port du hijab dans les voitures, envoyant un texto au propriétaire de la voiture en cas de non respect du voile par la femme la conduisant, sans pour autant menacer de sanctions.

« L’absence de voile est un délit flagrant et les forces de l’ordre doivent arrêter leurs auteurs et les présenter à la justice », a indiqué mardi l’adjoint au procureur.

Ces dernières semaines, la justice a fermé plusieurs cafés et restaurants pour avoir accueilli des clientes non voilées.

Des centaines de personnes, dont des membres des forces de sécurité, ont été tuées pendant les manifestations et des milliers arrêtées, selon les autorités qui dénoncent généralement des « émeutes ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.