Israël arrête un haut dirigeant du Hamas en Cisjordanie
Rechercher

Israël arrête un haut dirigeant du Hamas en Cisjordanie

Le Hamas et son rival le Fatah prétendent que l'arrestation de Hassan Youssef pour "activité renouvelée" vise à saboter les pourparlers de réconciliation entre Palestiniens

Hassan Yousef, responsable du Hamas, dans son bureau de Ramallah, le 30 juillet 2015. (Crédit : Elhanan Miller / Times of Israel)
Hassan Yousef, responsable du Hamas, dans son bureau de Ramallah, le 30 juillet 2015. (Crédit : Elhanan Miller / Times of Israel)

Hassan Youssef, dirigeant du Hamas en Cisjordanie et l’un des membres fondateurs du groupe terroriste, a été arrêté vendredi matin à son domicile de Ramallah par les forces de sécurité israéliennes.

Interrogée par le Times of Israël, une source de la sécurité israélienne a confirmé l’arrestation et a allégué que Youssef avait été impliqué dans « une reprise des activités du Hamas ». Aucune inculpation publique n’a été enregistrée pour l’instant.

Le service de sécurité intérieure du Shin Bet, responsable des activités de lutte contre le terrorisme en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, a refusé de commenter.

Depuis qu’il a aidé à fonder le mouvement terroriste du Hamas dans les années 1980, Youssef a été arrêté à de nombreuses reprises et a passé des années dans les prisons israéliennes. Il a été élu au parlement palestinien alors qu’il était toujours emprisonné en 2006.

Hassan Yousef s’adresse aux médias après sa libération d’une prison israélienne, à Ramallah, en Cisjordanie, le 19 janvier 2014. (Majdi Mohammad / AP)

Le Hamas a toujours affirmé que Youssef n’était actif que dans sa branche politique, et non dans la branche militaire du mouvement, et qu’il n’était pas impliqué dans des activités terroristes. Les deux branches du groupe terroriste affirment ouvertement vouloir la destruction Israël.

Dans une déclaration condamnant l’arrestation de Youssef, le Hamas a affirmé qu’Israël avait arrêté le commandant de Cisjordanie pour des raisons purement politiques.

Les mouvements rivaux du Fatah et du Hamas sont en désaccord depuis 2007, depuis qu’une lutte sanglante pour le contrôle de la bande de Gaza a conduit le Hamas à expulser de l’enclave côtière l’Autorité palestinienne dominée par le Fatah. Plusieurs séries de pourparlers ont eu lieu au cours des treize dernières années pour les réconcilier, mais le Fatah et le Hamas ne sont pas parvenus à rapprocher leurs positions.

Après des pourparlers de réconciliation à Istanbul fin septembre, les deux mouvements rivaux ont convenu d’organiser des élections législatives palestiniennes dans les six mois à venir. Des annonces similaires par le passé n’ont jamais abouti, ce qui n’a pas empêché les hauts responsables du Fatah et du Hamas d’affirmer que ce serait cette fois-ci différent.

À droite, Jibril Rajoub, haut responsable du Fatah, dans la ville de Ramallah en Cisjordanie, lors d’une vidéoconférence avec le chef adjoint du Hamas Saleh al-Arouri, basé à Beyrouth, le 2 juillet 2020. (Crédit : Abbas Momani / AFP)

« Nous affirmons par la présente que l’arrestation du cheikh Hassan Youssef par l’occupation n’empêchera pas le chemin de l’unité pour lequel il a travaillé ces deux derniers mois », a déclaré le Hamas dans un communiqué.

Le secrétaire général du Fatah, Jibril Rajoub, a également condamné l’arrestation de Youssef, accusant les autorités israéliennes de ce qu’il a qualifié de « sabotage » des pourparlers de réconciliation en cours entre Palestiniens.

« Cette arrestation s’inscrit dans la continuité de l’approche de l’occupation consistant à arrêter chaque jour des dizaines de nos citoyens palestiniens, et la poursuite de l’agression constante contre notre peuple depuis des décennies. Cela s’inscrit dans le cadre d’une tentative de s’immiscer dans les affaires palestiniennes et d’influencer la réalisation de l’unité nationale », a déclaré Rajoub.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...