Israël démolit la maison d’un Palestinien accusé du meurtre d’un rabbin
Rechercher

Israël démolit la maison d’un Palestinien accusé du meurtre d’un rabbin

Ahmed Konba est accusé d'avoir pris part à l'assassinat du rabbin Raziel Shevah ; l'opération a donné lieu à des heurts entre forces israéliennes et Palestiniens

Le rabbin Raziel Shevach avec sa fille, photo non-datée (Autorisation de la famille)
Le rabbin Raziel Shevach avec sa fille, photo non-datée (Autorisation de la famille)

L’armée israélienne a démoli dans la nuit de lundi à mardi la maison d’un terroriste palestinien accusé d’appartenir au groupe qui avait tué par balles un rabbin en janvier en Cisjordanie.

La maison d’Ahmed Konba à Jénine, a été détruite à l’aide d’explosifs, ont indiqué des sources de sécurité palestiniennes.

L’opération a donné lieu à des heurts entre forces israéliennes et Palestiniens.

Les gardes-frontières israéliens ont essuyé des jets de pierres et d’engins incendiaires et ont fait usage de moyens anti-émeutes, ont indiqué la police et l’armée israéliennes. Une policière a été légèrement blessée par balle à la jambe, a rapporté la police.

Ahmed Konba est accusé d’avoir pris part à l’assassinat du rabbin Raziel Shevah.

Ce dernier a été tué par balles le 9 janvier dans sa voiture près de Naplouse et de l’implantation de Havat Gilad où il vivait. Le principal suspect et deux autres Palestiniens ont été abattus par les forces israéliennes. Ahmed Konba a quant à lui été arrêté.

Les forces israéliennes de sécurité lors d’un raid dans la ville de Jénine, en Cisjordanie, à la poursuite des meurtriers palestiniens du rabbin israélien Raziel Shevach, le 18 janvier 2018 (Crédit : Police israélienne)

Israël démolit régulièrement les maisons de Palestiniens auteurs d’attaques anti-israéliennes meurtrières.

Le gouvernement israélien défend l’effet dissuasif de ces démolitions pour ceux qui seraient tentés de passer à l’acte. Les détracteurs de cette pratique la dénoncent comme relevant du châtiment collectif et affectant des familles qui se retrouvent à la rue.

Photo de l’avant-poste de Havat Gilad en Cisjordanie, le 10 janvier 2018 (Miriam Alster / Flash90)

En réponse à l’assassinat du rabbin Raziel Shevah, le gouvernement israélien a annoncé son intention de régulariser l’implantation de Havat Gilad, établie sans autorisation israélienne. Une telle régularisation est une première depuis des années.

Israël fait une distinction entre les implantations qu’il a approuvées et les avant-postes.

Environ 400 000 résidents des implantations israéliennes mènent sous la protection de l’armée une coexistence souvent conflictuelle en Cisjordanie avec 2,6 millions de Palestiniens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...