Le rabbin assassiné était un père et un enseignant dévoué
Rechercher

Le rabbin assassiné était un père et un enseignant dévoué

Les amis et la famille se souviennent d'Itamar Ben-Gal, un homme dévoué à ses élèves et à sa famille et un moteur de l'implantation de Har Bracha en Cisjordanie

Itamar Ben-Gal, assassiné par un terroriste palestinien le 5 février 2018 photographié avec son épouse et sa famille (Autorisation)
Itamar Ben-Gal, assassiné par un terroriste palestinien le 5 février 2018 photographié avec son épouse et sa famille (Autorisation)

Le rabbin tué lors d’un attentat terroriste lundi en Cisjordanie a été salué par sa famille et ses amis comme ayant été un professeur aimant et un idéaliste qui aura consacré sa vie à l’éducation et à aider à construire l’implantation dans laquelle il vivait.

Itamar Ben-Gal, 29 ans, a été poignardé à mort alors qu’il attendait à un poste d’auto-stop à proximité de l’implantation d’Ariel en Cisjordanie. Il se rendait à la cérémonie de circoncision de son neveu. Son meurtrier présumé est parvenu à fuir.

Ben-Gal, originaire de Rehovot, était père de quatre enfants et il vivait au sein de l’implantation de Har Bracha, une communauté de 2 500 personnes environ, qu’il avait aidé à construire, aux abords de Naplouse.

Dans une déclaration faite dans la soirée de lundi, la veuve de Ben-Gal a indiqué qu’elle avait perdu son époux « sur le sol de la terre d’Israël ».

Itamar Ben-Gal, qui a été assassiné par un terroriste palestinien le 5 février 2018, photographié ici avec son épouse Miriam. (Autorisation)

« Je suis ici dans ma maison, une maison dans laquelle mon époux ne reviendra pas. Nous l’enterrerons demain à Har Bracha, cette communauté qu’il aimait tant et qu’il voulait développer ».

L’implantation de Har Bracha dans le nord de la Cisjordanie en septembre 2014.

Le responsable de la communauté de Har Bracha, Yoni Hayisraeli, a indiqué que l’implantation tenterait de continuer son expansion en réponse au meurtre.

« Itamar était une personne spéciale, énergique, dynamique, jeune et pleine de vie qui a consacré son existence à l’éducation et à ajouter de la vie, à ajouter de la Torah », a-t-il déclaré aux médias en hébreu.

Ben-Gal était professeur de collège à la yeshiva Bnei Akiva dans le quartier de Givat Shmuel, à Tel Aviv.

« Son image morale, ce qu’il était en tant qu’enseignant restera gravé en nous pour toujours », a fait savoir l’établissement scolaire, selon le site internet Walla.

« Il était un bon professeur et un bon éducateur et il aidait toujours tout le monde », a confié Ariel Dubnik, un élève de quatrième, au site d’information Ynet.

Itamar Ben-Gal, troisième depuis la gauche, assassiné par un terroriste palestinien le 5 février 2018, photographié avec sa famille en train de fêter Hanoukka en 2017. (Autorisation)

Yogev Cohen, un ami de Ben-Gal, a évoqué un « père modèle », un « époux étonnant » et un « idéaliste » qui avait aidé à construire Har Bracha, où il étudiait également dans une yeshiva.

« Il était un mélange spécial de derekh eretz et de Torah, un homme avec un cœur d’or », a-t-il dit aux médias en hébreu, utilisant un terme définissant les bonnes manières.

« Encore la semaine dernière, il m’avait dit combien il adorait ses élèves et combien il adorait leur enseigner ce mélange de Torah, de sciences et de valeurs », a-t-il ajouté.

Les bénévoles de Zaka sur la scène d’un attentat terroriste à proximité de l’entrée d’Ariel en Cisjordanie, le 5 février 2018 (Crédit : Ben Dori/Flash90)

La classe politique a également présenté ses condoléances suite au meurtre.

« Nous envoyons de chaleureuses étreintes et notre force à la famille », a dit le président Reuven Rivlin.

Le ministre de l’Education Naftali Bennett, chef du parti pro-implantations HaBayit HaYehudi, l’a qualifié « d’homme de valeurs qui adorait la terre et son peuple ».

« Le peuple d’Israël souffre avec vous et se tient à vos côtés dans ce deuil », a-t-il déclaré, s’adressant à la famille de Ben-Gal. « Il s’agit d’une autre tentative de la part d’un terroriste palestinien de terroriser notre terre ».

« Un autre attentat terroriste et un autre rabbin qui a été assassiné, le rabbin Itamar Ben-Gal », a tweeté le président de l’opposition Isaac Herzog (Union sioniste), faisant allusion à une attaque à l’arme à feu qui, le mois dernier, a coûté la vie au rabbin Raziel Shevach également dans le nord de la Cisjordanie. « Mes plus profondes condoléances à sa famille, à son épouse et à ses enfants et à ceux qu’il aimait. Nous continuerons, nous continuerons et nous dépasserons tout cela ensemble ».

Ben-Gal devrait être inhumé mardi à 10 heures du matin à Har Bracha.

Raziel Shevach (debout) photographié avec Itamar Ben-Gal (deuxième à droite) lors de la fête d’anniversaire d’un ami commun (Publié avec l’autorisation d’Aviad Sharara)

Il est le deuxième israélien à avoir été assassiné en Cisjordanie en moins d’un mois. Le 9 janvier, le rabbin Raziel Shevach, 35 ans, avait été tué par balle à proximité de Naplouse, en Cisjordanie.

Lundi, la veuve de Shevach Yael Shevach a indiqué que les familles se connaissaient. Elle a partagé une photo de feu son époux en compagnie de Ben-Gal.

« Je n’aurais jamais pu penser que je pourrais avoir ce sentiment d’avoir une soeur », a-t-elle écrit. « Nous traverserons ensemble cette épreuve ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...